string(1) "5"

dong Datianjiaodong - 大天角洞

Détail


Datianjiaodong est une entrée de :
Datianjiaodong - 大天角洞
Nom de la grotte : Datianjiaodong - 大天角洞
Autres noms : Grotte de la grande corne de ciel
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Zunyi 遵義, Suiyang 绥阳
Latitude Nord - Longitude Est :
28.2458737 - 107.2736899
Altitude (m) : 750
Développement (m) : 1 398
Profondeur (m) : 42
Profondeur - / + (m) : 6 / 36
Volume (m3) : 0
Géologie : Cambrien moyen-supérieur (Loushanguan) Ꞓ2-3ls

2Entrée : Datianjiaodong 大天角洞, Datianjiaodongerkou 大天角洞二口,

Carte



Description 2



"BOTTAZZI, Jean; LI, Po; FAURE, Nicolas; SANSON, Eric; BOUGNOL, Aymeric; HE, Wei; ZHU, Wenxiao"
Spelunca Mémoires, n° 30 : Voyages en terre chinoise tome 2 : Chapitre 1
Analyse :
Le réseau de Shuanghe se trouve sur le district de Suiyang (Guizhou, Chine). Il se développe dans les dolomies d'un plateau de 78 km2 et de 700 à 1700m d'altitude. 100 entrées y sont inventoriées dont 64 topographiées. La complexe réseau de Shuanghe, 85 km, possède 27 entrées et trois rivières principales. Les paramètres lithologiques, structurels et hydrologiques, et spécialement le niveau de gypse inclu dans la stratification, déterminent le développement de ces grottes dont la formation peut être décomposée en quatre phases. Nous présentons ici la description du massif, l’inventaire des cavités, une approche des facteurs génétiques et les résultats des expéditions 2004 et 2005. (Author, BJ).

caractères - lu : Fois


e. Dàtiánjiáodòng

Grotte de la Grande Corne de Ciel (Sui 0403)

L'entrée de 6 m par 3 m de haut, présente des vestiges de fortifications dus à l'exploitation du nitrate. En passant un rideau d'eau, on accède à une galerie fossile horizontale de 3 m par 3 m, développant d'abord ouest puis nord-ouest. Le parcours est agrémenté de concrétionnements et de nombreuses galeries parallèles. Un carrefour forme une salle de 20 m par 20 m. Au nord-ouest, une branche se poursuit sur 50 m et se termine à la cote +8 m. Un virage à 180 ° sur la gauche nous mène sur une fracture azimut 260° d'où s'échappe un actif 8 litres / seconde qui se perd aussitôt. Ce point est à la même altitude que l'entrée. Suite impénétrable. [Nicolas Faure]



Analyse :

caractères - lu : Fois


Datianjiaodong (37)

Datianjiaodong est une petite grotte en relation avec une résurgence secondaire à proximité de Shuangheshuidong qui est une des résurgences principales du massif. Il s’agit vraisemblablement d’un réseau relativement récent drainant la perte de Luodang qui n’est pas très éloignée.

Sa découverte date de 2004, la poursuite des explorations en 2015 étaient motivée par la présence dans Shuangheshuidong de galeries d’altitudes équivalentes, ce qui pouvait constituer un espoir de jonction dans un secteur où le pendage est très faible. Mais bien que des galeries fossiles anciennes aient été découvertes et que l’étage géologique soit sans doute le même, il semblerait qu’il n’y ait aucun chance de relier ces deux réseaux entre eux.

Accès:la vallée a énormément changé depuis 2004. Le sentier débute juste après la dernière maison avant la ligne droite menant au portail de la grotte touristique qu’est devenu Shuangheshuidong. On monte dans les bois, puis on part à l’horizontale parallèlement à la rivière. Il y a deux sentiers parallèles, mais celui du haut est meilleur. Il passe devant la grotte, au pied d’une barre de falaise. L’entrée est naturellement dissimulée par un tas de blocs recouvert d’une végétation luxuriante. [Jean Bottazzi]

La partie explorée en 2004

Ceci est un court extrait de Voyages en terre chinoise tome 2 - Chapitre 1, page 46.

L’entrée de 6x3m, présente des vestiges de fortifications dus à l’exploitation du nitrate. En passant un rideau d’eau, on accède à une galerie fossile horizontale de 3x3 m, se développant d’abord ouest puis nord-ouest. Le parcours est agrémenté de concrétions et de nombreuses galeries parallèles. Un carrefour forme une salle de 20x20m. Au nord-ouest, une branche se poursuit sur 50 m et se termine à la cote +8 m. Un virage à 180 ° sur la gauche nous mène sur une fracture azimut 260° d’où s’échappe un actif 8 l/s qui se perd aussitôt. Ce point est à la même altitude que l’entrée. [Nicolas Faure]

Vers l’entrée

L’actif se perd dans une fissure impénétrable, mais juste au-dessus, un laminoir continue en direction de la sortie. Tout d’abord parallèle à la galerie principale, il rencontre une fracture, la croise par dessous une première fois, puis une seconde avec cette fois-ci une connexion et finalement ressort par un petit soupirail dans la galerie, tout près de l’entrée. Au-dessus, on peut encore monter dans un étage supérieur concrétionné.

Vers la seconde entrée

L’actif observé en 2004, dont le débit étiage n’atteint pas 1l/s, arrive en cascade. On peut passer dessous et trouver ainsi un actif secondaire sur fracture qui vient d’un siphon à 25m de là. On ne peut pas parler d’affluent car, même si tout se joue à quelques mètres près, cet actif dispose de son propre cours aval. Il commence dans un laminoir qu’il quitte pour descendre dans une fissure au fond impénétrable. Le laminoir continue et rencontre une autre rivière d’un débit voisin de 1l/s que l’on ne peut pas remonter au-delà de quelques dizaines de mètres. L’aval également devient impénétrable, mais une petite escalade de 3m, par un labyrinthe de boyaux, permet de trouver une branche aval de trop plein parallèle s’achevant sur une étroiture et un étage fossile.

Dans l’étage fossile, sur la gauche, la galerie devient un laminoir concrétionné. On arrive à un P2 en haut duquel on remarque dans l’argile de nombreuses bauges d’animaux disparus.

En bas du puits, la galerie est un peu plus sèche. On trouve quelques structures bâties : des blocs formant des marches et on sort dehors par un boyau étroit.

La citronnelle

Dans le fossile, à droite, un P4 permet de retrouver la rivière précédemment entrevue. Sans surprise, l’aval s’écoule dans un laminoir impénétrable. L’amont débute par une escalade de 6m sur une coulée de calcite. Après un passage en trou de serrure sur la fracture, on poursuit dans une galerie basse, puis à travers une série de petites cascades en fractures et méandres. On monte ainsi de 14 m. Un rétrécissement ponctuel, mais infranchissable bloque la progression. Dans la galerie basse, on observe une coulée de calcite. Derrière arrive un petit affluent qui offrait à l’aller comme au retour une très nette odeur de citronnelle. Il n’a pas été possible d’en déterminer la provenance. Après avoir pataugé un peu, on débouche dans une fracture azimut 260°. À gauche, une trémie barre la route, à droite, l’actif vient d’une petite cascade, mais cela semble impénétrable en haut.

La cascade

La cascade observée en 2004 provient d’un méandre étroit, mais on peut -par une escalade de 12m- atteindre la petite galerie qui la surmonte. L’amont actif est très étroit. Il faut monter encore deux escalades de 3 m pour atteindre un étage supérieur fossile. D’un côté, on revient au-dessus de la cascade que l’on surplombe de 30m. De l’autre, on joue en opposition dans des méandres et des fractures, jusqu’à une étroiture impénétrable et ventilée. [Jean Bottazzi]

Bibliographie 1



"BOTTAZZI, Jean; LI, Po; FAURE, Nicolas; SANSON, Eric; BOUGNOL, Aymeric; HE, Wei; ZHU, Wenxiao"
Spelunca Mémoires, n° 30 : Voyages en terre chinoise tome 2 : Chapitre 1
Le réseau de Shuanghe se trouve sur le district de Suiyang (Guizhou, Chine). Il se développe dans les dolomies d'un plateau de 78 km2 et de 700 à 1700m d'altitude. 100 entrées y sont inventoriées dont 64 topographiées. La complexe réseau de Shuanghe, 85 km, possède 27 entrées et trois rivières principales. Les paramètres lithologiques, structurels et hydrologiques, et spécialement le niveau de gypse inclu dans la stratification, déterminent le développement de ces grottes dont la formation peut être décomposée en quatre phases. Nous présentons ici la description du massif, l’inventaire des cavités, une approche des facteurs génétiques et les résultats des expéditions 2004 et 2005. (Author, BJ).
Source :


Images 0



Topographie 0




Expédition 2


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche