dong Dongxitiankeng - 东西天坑

Détail


Dongxitiankeng est une entrée de :
Dongxitiankeng - 东西天坑
Nom de la grotte : Dongxitiankeng - 东西天坑
Autres noms : Puits Est-Ouest
Province, Préfecture, District :
Hubei 湖北省, Yichang Shi 宜昌市, Wufeng 五峰土家族自治县
Latitude Nord - Longitude Est :
30.236067 - 110.808227
Altitude (m) : 1080
Développement (m) : 5 844
Profondeur (m) : 382
Profondeur - / + (m) : 382 / 0
Volume (m3) : 0
Géologie : Cambrien

1Entrée : Dongxitiankeng 东西天坑,

Carte



Description 2



BARBARY, Jean-Pierre; BOTTAZZI, Bernard; MAIRE, Richard; MOUDOUD, Jean-Luc; ZHANG, Shouyue; CHEN, Shicai (1991): Karsts et cavités du Comté de Wufeng (Hubei).-
Karsts de Chine, expé Gebihe 89 - Karstologia Mémoires n°4: 80-100 (18 fig., cartes ou topos; 6 ph.).
Analyse : BBS
Présentation physique, description cavités. (RL).

caractères - lu : Fois


B. DONGXITIANKENG

Puits Est - Puits Ouest  (fig. 72, 73)

Wufeng n° 89/10

Z = 1080 m  Dév. = 5003 m  Dén. =  - 382 m

Situation : Ces puits-pertes se situent 3 km à l'est du village de Changpuxi au bout de la vallée aveugle et à l'ouest de la grotte du Général.

Géologie : Située sur le flanc nord de l'anticlinal coffré de Changleping, cette cavité s'est développée dans les calcaires et les dolomies du Cambrien supérieur. Le pendage est de 17° et de direction N305°.

Description du puits Est :

Au bas du P 80 d'entrée, une courte progression  mène à une bifurcation avec une belle galerie d'orientation NNW.

A droite, après avoir parcouru 150 m vers le nord, nous arrivons au sommet d'un beau P15. A sa base, la galerie se divise en deux branches parallèles qui se dirigent vers le nord et se rejoignent 50 m plus loin. A partir de ce point, la direction change brusquement vers l'est. La galerie haute de 5 à 10 m n'est pas trop large, ce qui permet de passer, tantôt en opposition, tantôt en escalade, au-dessus d'un profond lac de 50 m de long se terminant sur un nouveau croisement.

A gauche, malgré un fort courant d'air aspirant, nous ne pourrons découvrir la suite qui semble se situer sous des blocs.  A droite, la galerie continue en descendant ; elle est aussi parcourue par un violent courant d'air aspirant : arrêt sur rien (cote - 156 m), si ce n'est une marmite profonde qui nécessite l'utilisation d'un canot. Cette partie de la cavité semble particulièrement intéressante et peut réserver de bonnes surprises.

A gauche, nous explorons sur la droite un petit diverticule en conduite forcée qui repart vers l'aval, parallèlement à la galerie. Celui-ci se termine au bout de 100 m sur un siphon. Trente mètres plus loin, nous croisons une petite rivière qui arrive en cascadant, "la rivière du Puits Est". Après une petite escalade, nous suivons son cours pendant 70 m jusqu'à un siphon  à la cote -83 m . Un peu avant, 150 m de petites galeries fossiles remontantes, se développant vers l'est, vont buter sur une trémie-faille orientée N-S.

A l'aval, on laisse sur la gauche deux galeries distantes de 100 m ; celles-ci proviennent du Puits Ouest. Un peu avant la seconde, sur la droite, un petit réseau de conduites forcées permet de rejoindre la base du P15. La rivière continue son chemin vers le nord-ouest, puis bifurque plein ouest dans un passage étroit peu engageant. 30 m  avant, nous prenons sur la gauche une galerie basse où il faut bientôt ramper sur les galets. Au bout d'une trentaine de mètres, nous arrivons au confluent avec la rivière du Puits Ouest qui débouche en rive gauche. Nous franchissons la voûte mouillante du tronc. La progression se fait ensuite en opposition dans une fracture. L'affluent du Puits Ouest quitte la fracture au profit d'une petite conduite forcée de 1 m de diamètre en moyenne. Durant son parcours sinueux d'une soixantaine de mètres, il reçoit en rive droite les eaux du trop-plein d'un minuscule siphon. Puis, de nouveau, il croise une fracture E-W.

C'est alors que le trou fait à ses explorateurs le cadeau d'un superbe puits-faille de 70 m qu'il faut équiper sur la gauche. Nous faisons de multiples pendules pour éviter l'eau, et descendons le P30 qui suit. Le bas de la faille est occupé par des laisses d'eau qui imposent de progresser en opposition. Après un chaos de blocs descendant, la rivière quitte la faille.

Ici commence une longue succession de marmites et de cascatelles ; une  branche latérale passe au pied d'une faille d'où souffle un courant d'air, puis rejoint la galerie principale. Un premier affluent "sous marmite" augmente fortement le débit de la rivière. La progression est très aquatique et nous regrettons de ne pas avoir nos pontonnières ; malgré le climat subtropical, il fait froid ! Un nouvel affluent vient doubler le débit, puis cette très belle rivière souterraine se jette dans le siphon terminal à la cote - 382 m.

Faute de temps, tous les diverticules ne sont pas explorés et ce trou très particulier nous réserve probablement encore de belles surprises.

Description du Puits Ouest :

En bas du P 40 d'entrée, deux petits passages permettent de rejoindre la paroi du Puits E ; mais l'eau prend un tout autre chemin, elle descend un petit ressaut dans une belle galerie (20 m x 10 m)  qui se divise rapidement. A l'extrême gauche, un complexe de conduits remonte jusqu'à la cote - 2 m et débouche à plusieurs reprises dans la paroi du puits ou dans la zone d'entrée.

La galerie aval continue par un laminoir rempli de galets. Il vaut mieux emprunter sur la gauche une branche latérale (2 m x 4 m) où la progression est plus aisée. Celle-ci monte légèrement, puis descend franchement tandis qu'une succession de marmites en agrémente le parcours. De nombreux troncs d'arbres gisent çà et là comme pour nous rappeler qu'il ne doit pas faire bon trainer dans les parages quand il pleut !

On arrive alors dans une belle faille N-S formant un P37 suivit d'un P10. Fort heureusement, la rivière est à sec lors de l'exploration. A l'extrémité sud, la faille remonte à la verticale avec des troncs coincés dans tous les sens jusqu'à 20 m de haut. Un petit siphon actif arrive sur le côté ouest et forme la rivière du Puits Ouest dont les eaux se jettent dans un long lac siphonnant. Au sud-est, une galerie sèche remonte en pente douce et on arrive alors par une patte d'oie. Tout droit, on recoupe rapidement la "rivière du Puits Est".

A gauche, la conduite forcée descend, retrouve la "rivière du Puits Ouest" qui sort de l'aval du lac siphonnant, puis  rejoint au bout de 170 m la "rivière du Puits Est". La "rivière du Puits Ouest" bifurque 50 m avant cette jonction dans une conduite forcée ;  la confluence se fait finalement  tout près de la voûte mouillante du tronc.

BARBARY, Jean-Pierre; MAIRE, Richard; ZHANG, Shouyue; POMEL, Simon; COLLIGNON, Bernard; GEBAUER, Daniel; BENAVENTES, Jean; BOTTAZZI, Jean; CHEN, Shicai; FULCRAND,Serge; JIN, Yushang; MATRICON, Sylvain; ORSOLA, Jacques; REMY, Cyriaque; QI, Zhonglin; ZHANG, Dachang; SHI, Mengxiong (1995): Les cavités du comté de Wufeng (Hubei, Chine).-
Donghe 92, karsts de Chine Centrale, Karstologia Mémoires n°6, 1995: p.19-40 (17 figures, 1 tableau, 8 photos).
Analyse : BBS
Description et topos de 15 cavités es secteurs de Changleping et Huanglongdong dans le comté de Wufeng dont: Dadong (10922 m, -214/ +100 m); Dongxitiankeng (5807 m, -382 m); Donghe (4828 m, -270 m); Tiankengcao (3748 m, -216/ +10 m); Jiangjundong (2282 m, -83/ +56 m); Huanglongdong (1531 m, -20 m). (FB).

caractères - lu : Fois


C. DONGXITIANKENG

"Puits Est-Ouest" (Wf89/10)

Long. 110° 48,6' E   Lat. 30° 14,8' N   Alt. 1 080 m

Dév. 5 807 m   Dén. - 382 m

Ce gouffre-perte exceptionnel, exploré en 1989, s'ouvre par deux puits jumeaux (P40 et P80) dans lesquels se précipitent, en saison des pluies, des torrents impétueux chargés de galets. Le fond se termine sur siphon, mais 841 m de galeries nouvelles sont topographiées au nord. (cf. Karstologia Mémoires, n° 4, p. 96).

Le nouveau réseau se situe au nord du complexe Puits Est / Puits Ouest et démarre à la cote - 156 m, là où nous nous étions arrêtés en 1989 sur une vasque d'eau profonde. La galerie est agrémentée par une série de bassins profonds, avec de belles formes d'érosion et de corrosion : marmites, coups de gouge, lames aux bords arrondis. Comme cette galerie des Marmites fonctionne en trop-plein, il y a très peu de sédiments fins car le courant est trop rapide pour permettre leur dépôt ; en effet, le débit passe rapidement de quelques m3/s à 0, dès que toute l'eau peut être évacuée par la galerie de basses eaux située plus au nord. La violence des crues est soulignée par les bois flottés coincés un peu partout, mais en hiver le débit est insignifiant fort heureusement !

N'oublions pas que cette perte est perchée plus de 400 m au-dessus de la zone noyée, les conduits ne devenant fonctionnels qu'après de fortes pluies. Ils drainent alors un bassin-versant très vaste de sorte que les crues sont très violentes : plus de 5 m3/s, voire plus, d'après la taille et la pente des talwegs, et le niveau des hautes eaux indiqué par les paysans. En novembre, nous n'avons vu que quelques suintements de moins de 1 l/s. Ils suffisent à garder en eau la plupart des marmites et des lacs qui constituent alors de sérieux obstacles à cause de l'eau froide. On progresse soit en opposition au-dessus de l'eau (la galerie fait souvent moins de 1,5 m de large), soit en nageant dans les bassins.

Un très fort courant d'air aspirant est sensible tout au long de la galerie des Marmites et les parois sont donc très sèches. Il y a une faune assez diversifiée : crabes, criquets blancs, gros têtards blancs que nous surnommons "steambread à queue" ; celle-ci est alimentée par les débris organiques apportés par la rivière. De nombreuses banquettes perchées marquent l'ancien niveau de la rivière. De multiples petits conduits recoupent la galerie principale : ce sont de petits affluents ou des recoupements de méandre, et il faudrait les explorer méthodiquement. Cette progression aquatique se termine brutalement en arrivant au plafond d'une salle de 30 m de haut, 20 m de long et 6 m de large.

A partir de cette salle démarre une grande galerie de 40 m de haut sur 8 m de large appelée galerie des Autobus. Elle est vraisemblablement alignée sur une faille car son tracé rectiligne recoupe brutalement la galerie des Marmites. Elle est encombrée de bois flottés et d'énormes blocs tombés du plafond de format "autobus", polis par les crues. En rive droite, un ruisseau de 1 l/s tombe d'une galerie très inclinée (6 m x 30 m), à 200 m de la galerie des Marmites. Pour l'atteindre, il faudrait réaliser une escalade de 6 m. La galerie des Autobus siphonne au bout de 450 m dans un petit lac encombré de nombreux troncs d'arbres. Le courant d'air est perceptible jusqu'à ce lac, puis se perd dans de nombreuses cheminées encombrées de branches instables.

Pour la galerie des Marmites, une néoprène et une bouée sont conseillées. Le parcours en bateau est possible, mais un peu délicat à cause de nombreux lacs étroits et d'embarquements parfois "héroïques". Quelques équipements sont à placer : une corde de 15 m dans la première marmite (AN), une main courante de 10 m dans la troisième (AN + piton). Pour la galerie des Autobus, il faut équiper les trois ressauts au début du réseau : 4 spits, 2 pitons, 60 m de corde en continu pour une série de puits décomposée en P18, P15 et P15. (Bernard) - ^ -

Bibliographie 5



BARBARY, Jean-Pierre; BOTTAZZI, Bernard; MAIRE, Richard; MOUDOUD, Jean-Luc; ZHANG, Shouyue; CHEN, Shicai (1991): Karsts et cavités du Comté de Wufeng (Hubei).-
Karsts de Chine, expé Gebihe 89 - Karstologia Mémoires n°4: 80-100 (18 fig., cartes ou topos; 6 ph.).
Présentation physique, description cavités. (RL).
Source : BBS

BARBARY, Jean-Pierre; MAIRE, Richard; ZHANG, Shouyue; POMEL, Simon; COLLIGNON, Bernard; GEBAUER, Daniel; BENAVENTES, Jean; BOTTAZZI, Jean; CHEN, Shicai; FULCRAND,Serge; JIN, Yushang; MATRICON, Sylvain; ORSOLA, Jacques; REMY, Cyriaque; QI, Zhonglin; ZHANG, Dachang; SHI, Mengxiong (1995): Les cavités du comté de Wufeng (Hubei, Chine).-
Donghe 92, karsts de Chine Centrale, Karstologia Mémoires n°6, 1995: p.19-40 (17 figures, 1 tableau, 8 photos).
Description et topos de 15 cavités es secteurs de Changleping et Huanglongdong dans le comté de Wufeng dont: Dadong (10922 m, -214/ +100 m); Dongxitiankeng (5807 m, -382 m); Donghe (4828 m, -270 m); Tiankengcao (3748 m, -216/ +10 m); Jiangjundong (2282 m, -83/ +56 m); Huanglongdong (1531 m, -20 m). (FB).
Source : BBS

GEBAUER, Herbert Daniel (1991): GEBIHE 89 - die unbekannten Flüsse.-
Mitt. Verb. dt. Höhlen- u. Karstforsch., 37 (1): 4-6, 3 Abb., München 1991
Kurzbericht über eine Expedition in den chinesischen Provinzen Guizhou, Sichuan und Hubei. Mehrere aktive Grosshöhlen werden beschrieben. Engl summary und franz. résumé. Unter "Anschrift der Autoren" ist auch Jean-Pierre BARBARY genannt. (DZ)
Source : BBS

Auct. var. (1995): Donghe 92, karsts de Chine centrale.-
Karstologia Mémoires n°6, 1995: 240 p. (16 tableaux, 100 figures, 17 photos, résumés français, anglais, allemand, chinois).
PLONGEE SPELEO CLUB JEUNES ANNEES DE VENISSIEUX; INSTITUTE OF GEOLOGY ACADEMIA SINICA; KARST & GROUNDWATER RESEARCH DIVISION; URA 1978 DU CNRS - DYMSET (TALENCE). Compte rendu de travaux spéléologiques et scientifiques en Chine centrale (Hunan et Hubei): contexte géologique et climatique, description et topographie des cavités, hydrogéochimie, géomorphologie, sédimentologie, pédologie, évolution morphologique des karsts de pays agraires, exploitation du karst, logistique. (FB).
Source : BBS

ZHANG, Shouyue (1993): Grand caves of China.-
Proceedings XI Intern. Congress of Speleology, 2nd-8th August 1993, Beijing 1993: 236-237 (3 tab.) (chines. summ.).
Lists 21 caves with more than 200 m in elevation (Zhaidong -552 m; Gebihe -445 m, Wuajidong -430 m etc.); and 19 caves with more than 4,8 km in length (Tenglongdong 33,52 km; Duobingdong 17,2 km; Baimodong 13,7 km etc.). (RB).
Source : BBS


Images 0



Topographie 0




Expédition 2


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche