dong Xiaobailongdong - 小白龙洞

Détail


Xiaobailongdong est une entrée de :
Xiaobailongdong - 小白龙洞
Nom de la grotte : Xiaobailongdong - 小白龙洞
Autres noms : Grotte Du Petit Dragon Blanc
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Liupanshui 六盘水, Panxian 盘县
Latitude Nord - Longitude Est :
26.04083 - 104.81792
Altitude (m) : 1616
Développement (m) : 561
Profondeur (m) : 170
Profondeur - / + (m) : 170 / 0
Volume (m3) : 306832
Géologie : Permien Inférieur

1Entrée : Xiaobailongdong 小白龙洞,

Carte



Description 1



"BARBARY, Jean-Pierre; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; MATRICON, Sylvain; VANARA, Nathalie; ZHANG, Shouyue"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 1
Analyse :
A l'est du Guizhou (Chine), en bordure du Yunnan, le district de Panxian présente de forts dénivelés, le karst occupe 59 % de la surface et les couvertures basaltiques offrent des surfaces de drainage importantes. Un mois d'exploration lors de l'année 2000 a permi de topographier 32 km dans 66 cavités réparties sur quatre zones. La plus impressionante inclut le système perte-résurgence de la Gesohe capable de drainer 1700 m3/s avec de spectaculaires systèmes perte-résurgence sur son cours aval. La perte de Biyundong, 2 km, avait été explorée en 1638 par Xu Xiake. Le petit massif de Dabashan présente des karstifications dans les conglomérats. (BJ).

caractères - lu : Fois


c. Xiaobailongdong - Grotte du petit dragon blanc

(fig. 14) - Code : Pa0056 - Village : Yuni

Lat. : 26°02’27” N - Long. : 104°49’04,5” E - Alt. : 1 616 m

Dév. : 561 m - Dén. : - 170 m - Vol. : ± 306 800 m3

Située à 10 km au nord-est de Yuni (fig. 8, zone I.B, point 59), cette grotte-gouffre originale de 170 m de profondeur se situe à l’extrémité de la vallée aveugle de la Yunihe, en position perchée. Le puits d’entrée de 20 m a été ouvert par l’érosion du versant (photo 55). Au fond, il butte sur une grosse fracture orientée N-S inclinée à 50°. En s’enfilant entre les blocs et la paroi, on arrive au sommet d’un puits. On peut descendre sur la gauche par le passage E.F.S. qui se développe sur une grande coulée très concrétionnée qu’il faut équiper. En bas de la descente, une courte remontée à droite dans la fracture donne sur un balcon qui domine une petite salle séparée de la grande salle suivante par un rideau de concrétions.

On peut aussi court circuiter le passage E.F.S. par le passage Chinois qui permet une descente plus directe sur la droite en partant du sommet de la fracture. Mais cet itinéraire en libre est parfois délicat et exposé. En suivant des ressauts qui descendent entre les blocs d’une grosse trémie, on rejoint finalement l’autre itinéraire au pied d’un éboulis. On entre alors de plein pied dans la salle des Piliers longue de 200 m et large de 50 à 80 m. Celle-ci est orientée W-E et présente d’abord une antichambre de 50 m de large débutant par une série de gours passant entre deux stalagmites très massives, d’un diamètre de 15 m. Derrière, on aboutit sur une première coulée stalagmitique qui va en s’élargissant. Des gros blocs recouverts de calcite dominent ensuite la deuxième coulée. Celle-ci, très inclinée et lisse, se contourne aisément par la droite. On arrive alors à la base de la salle, formée par une esplanade quasi-horizontale de 110 m de long sur 60 m de large. Sa moitié gauche est occupée par de grands gours secs en cette période de l’année, parfois tapissés d’argile, et menant à un suçoir. L’autre moitié est formée par un terre-plein terreux présentant des dépôts de calcite originaux comme ces taches rondes et blanches, les «Cercles Magiques», dont l’épaisseur est inférieure à un millimètre d’épaisseur. Ce type de dépôt, détruit lors de la saison humide ou recouvert par l’argile, semble se reformer chaque année.

On peut noter également l’acoustique exceptionnelle de la salle des Piliers qui résonne longtemps après l’émission des sons, gênant ainsi l’échange des notes topographiques ! La ventilation est aspirante dans le passage des blocs situé à la base du puits d’entrée. Le courant d’air descend ensuite par le passage E.F.S. et remonte par le passage Chinois selon un mouvement de convection. La température est plus fraîche que dans les autres grottes de la région. [S. Matricon, J.-P. Barbary]

Bibliographie 2



"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :

"BARBARY, Jean-Pierre; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; MATRICON, Sylvain; VANARA, Nathalie; ZHANG, Shouyue"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 1
A l'est du Guizhou (Chine), en bordure du Yunnan, le district de Panxian présente de forts dénivelés, le karst occupe 59 % de la surface et les couvertures basaltiques offrent des surfaces de drainage importantes. Un mois d'exploration lors de l'année 2000 a permi de topographier 32 km dans 66 cavités réparties sur quatre zones. La plus impressionante inclut le système perte-résurgence de la Gesohe capable de drainer 1700 m3/s avec de spectaculaires systèmes perte-résurgence sur son cours aval. La perte de Biyundong, 2 km, avait été explorée en 1638 par Xu Xiake. Le petit massif de Dabashan présente des karstifications dans les conglomérats. (BJ).
Source :


Images 0



Topographie 0




Expédition 1


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche