dong Longtandong - 龙潭洞

Détail


Longtandong est une entrée de :
Longtandong - 龙潭洞
Nom de la grotte : Longtandong - 龙潭洞
Autres noms : Grotte De La Vasque Du Dragon
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Anshun 安顺, Xifeng 息烽
Latitude Nord - Longitude Est :
27.18306 - 106.49444
Altitude (m) : 0
Développement (m) : 1 356
Profondeur (m) : 82
Profondeur - / + (m) : 29 / 53
Volume (m3) : 0
Géologie :

1Entrée : Longtandong 龙潭洞,

Carte



Description 1





Analyse :

caractères - lu : Fois


1. Longtandong - Grotte de la Vasque du Dragon

(fig. 93) - Code : Xi981 - Village : Jiuzhuang

Doline amont : Lat. : 27°10’59”N - Long. : 106°29’40”E

Doline aval : Lat. : 27°11’18”N - Long. : 106°29’36”E

Dév. : 1 500 m - Dén. : 82 m (- 29, + 53) - Vol. : ± 112 281 m3

Cette cavité aquatique à plusieurs entrées, dont trois principales, se situe 1,2 km au sud du hameau de Xinsha, lequel domine les gorges du Wujiang. La première entrée est formée par la perte d’une rivière à écoulement temporaire, même en septembre. Celle-ci est située à l’extrémité d’une vallée aveugle, encaissée de plus de 150 m, en provenance de Jiuzhuang. Sur le parcours de la rivière souterraine, alimentée à l’étiage par des eaux karstiques pures et vertes, deux grandes dolines d’effondrement constituent des accès au réseau. La rivière souterraine, qui résurge en pleine paroi, s’est développée dans les roches carbonatées du Trias inférieur (T1y), représentées ici par des calcaires purs à bancs intercalés de dolomies. Si l’on tient compte du puits intermédiaire profond de plus de 100 m, la cavité présenterait une dénivellation totale comprise entre 150 et 180 m.

Premier aval. Cette partie du réseau se développe sur 1 km environ entre la doline-perte complexe amont et la grande doline d’effondrement intermédiaire qui constitue un regard sur la rivière souterraine. L’accès se fait depuis la route en une demi-heure en traversant les champs de maïs pour atteindre une doline d’effondrement située à l’extrémité de la vallée. La descente s’effectue sur le bord ouest, par un mauvais sentier qui emprunte une pente très escarpée envahie par une végétation dense. Au nord, deux porches éventrent latéralement les parois. Le porche amont n’est pas accessible directement. Le porche aval donne dans une belle galerie de 15 m de large sur 10 m de haut envahie par de gros blocs provenant d’effondrements du porche. A l’amont, vers l’est, le conduit rejoint l’extérieur au bout de 50 m (photo 150). On se situe à l’extrémité d’un canyon aveugle qui donne sur le bord est de la doline d’effondrement par deux ressauts (R5 et R7). A l’aval, après le premier porche d’accès, la galerie aboutit au bout de 75 m sur la première difficulté aquatique, un lac nécessitant l’emploi d’un canot. A partir de là, la direction de la galerie s’infléchit franchement vers l’ouest pendant 300 m jusqu’à la salle de la Source. Le profil de la galerie s’apparente à un canyon souterrain mesurant 1 m de large au seuil du bief de la Barre Fixe. De gros blocs polis et quelques marmites témoignent d’une circulation d’eau qui a dû être importante, mais actuellement ce ne semble plus être le cas.

Dans un recoin discret, sur une fracture localisée en rive gauche, émerge une belle rivière souterraine aux eaux limpides. Elle est probablement très chargée en carbonate comme le prouvent les grands gours actifs que l’on rencontre désormais dans toute la rivière souterraine jusqu’au siphon terminal. La rivière franchit le chaos de la salle en se jetant par une bruyante cascade de 3 m dans un lac qui s’étire plein nord sur 80 m jusqu’à un coude de la galerie. Ici la pente s’accentue et un long rapide sur une belle coulée de calcite finit sa course dans un nouveau barrage de gours qui sert d’embarcadère pour le prochain lac. Le réseau se dirige maintenant vers le nord-est pendant 350 m, avec un enchaînement de trois lacs tous délimités par de superbes formations de gours. Un puissant courant d’air nous accompagne jusqu’au bief de sortie qui débouche dans la grande doline d’effondrement centrale. 100 m avant, deux gros départs fossiles en rive droite forment probablement une boucle de capture, sorte de gros méandre abandonné.

La grande doline centrale mesure 150 m de profondeur maximum sur une largeur de 100 à 150 m. Malgré une jungle abondante, on observe quelques départs de galeries et surtout un pont rocheux qui délimite sur le bord ouest un puits de plus de 100 m (photo 148). La rivière, d’un bleu-vert typiquement karstique, contourne lentement un grand éperon situé à l’aplomb du pont naturel géant, dans une exubérance de fleurs aux couleurs vives, belle invitation à explorer la partie aval (photo 149).

Deuxième aval. Après avoir laissé une partie de son débit dans une diffluence située dans la doline, la rivière profonde pénètre dans une galerie de belle section, de 15 m de large par 6 m de haut en moyenne. En rive gauche, une galerie supérieure n’a pas été explorée. Le lit cascadant de la rivière forme des gours somptueux sur une cinquantaine de mètres et se termine par un ressaut concrétionné de plus de 4 m de haut. A cet endroit, en rive droite, un gros renfoncement de la galerie permet de remonter d’environ 30 m de dénivelé dans des coulées stalagmitiques très raides et plus ou moins glissantes presque jusqu’au plafond de la galerie (arrêt sur puits remontant). Au pied de la cascade de 4 m, la rivière forme un profond bief, d’abord étroit, jusqu’à un nouveau barrage de gours. A partir de ce point, le plafond commence à s’abaisser et après 70 m de canotage dans un lac profond, c’est le siphon recouvert par un tapis de débris végétaux qui masque l’eau. Nous naviguons avec prudence. Dès que nous écartons cet écran, nous apercevons sous l’eau de grands troncs d’arbres et moultes branches prêtes à éventrer nos canots. Dans cette zone terminale, en rive droite, deux petits affluents ont été reconnus sur 30 m environ se terminant sur des puits remontants. La traversée espérée avec la belle résurgence en paroi a tourné court. [J.-P. Barbary, R. Maire]

Bibliographie 2



BARBARY, Jean-Pierre ; DARNE, Fabien (1999) : Compte-rendu de l'expédition spéléologique en Chine Yungui 98.-
Spéléo-Dossiers, n° 29 : 98-99.
Prospection dans le Lijiang, explorations dans les comtés de Liuzhi, de Xiuwen et de Xifeng. 15 km. de topographie. (IO).
Source : BBS

"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :


Images 0



Topographie 0




Expédition 1


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche