dong Luoshuidong - 落水洞

Détail


Nom de la grotte : Luoshuidong - 落水洞
Autres noms : Perte
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Qiandongnan 黔东南, Kaili 凯里
Latitude Nord - Longitude Est :
26.694737 - 107.793468
Altitude (m) : 906
Développement (m) : 209
Profondeur (m) : 30
Profondeur - / + (m) : 30 /
Volume (m3) :
1Entrée : Luoshuidong 落水洞,

Carte



Description 1



L’entrée est un puits de 15 m. En bas, un cône d’éboulis descend jusqu’à une rivière. Les traces de boue indiquaient une mise en charge récente de 4 m.

La rivière provient d’un siphon à l’ouest et part vers l’est dans une fracture de l’ordre de 1 m de large et quelques mètres de haut.

Au début, elle courre sur un lit de cailloux, puis elle prend de la profondeur et la surface devient un plan d’eau horizontal jusqu’à la fin. Le fond présente moins de cailloux, principalement du sable.

Au bout de 25 m, il y a un rétrécissement où la voûte descend à 50 cm de l’eau. Il y a ensuite une plage boueuse sur la gauche, au bout de cette plage se trouve le point de prélèvement A des échantillons d’eau 7 (surface) et 8 (profondeur). La rivière à ce point n’atteint pas 50 cm de profondeur.

Moins d’une vingtaine de mètres après le point A, il y a un petit méandre hors d’eau qui se détache en hauteur du conduit principal et le rejoint un peu plus loin. C’est un peu après de point de jonction, à 25 m environ du point A, que se trouve le point B où ont été prélevé les échantillons d’eau 5 (surface) et 6 (profondeur). C’est aussi au point B qu’à été échantillonnée la boue orangée, mais on la retrouve en quantité variables à tous les endroits du méandre. La rivière à cet endroit est profonde de 1 m environ.

Au-delà du point B, il faut commencer à nager. On retrouve encore quelques hauts fonds, la profondeur varie sans doute de 1 à 2 m tandis que la voûte ne s’abaisse jamais à moins de 2 m. A 25 m du point B on remarque un affluent de très petit débit qui percole depuis le plafond. Il n’y a pas de conduit visible. L’eau de cet affluent a été prélevée. Le point C est situé quelques mètres plus loin, à un seuil très net où l’eau devient subitement plus profonde. Les échantillons d’eau 3 (surface) et 4 (profondeur) ont été prélevé 1 m en aval de ce seuil.

Moins de 10 m en aval, une diaclase perpendiculaire a généré un coude brutal à gauche suivit d’un autre à droite. On a un rétrécissement à faible profondeur pour quelques mètres. Plus on avance, plus on observe en surface un dépôt fin qui sent l’huile. Il a été observé que ce dépôt était sensiblement plus important le lendemain de la plongée, ce qui peut être interprété comme un signe de présence de cette pollution dans les sédiments qui recouvrent les parois du siphon. Bousculés lors de la plongée, les particules moins denses sont remontées en surface.

Le point de prélèvement D des échantillons d’eau 1 (surface) et 2 (profondeur) se trouve au bout du lac. Il y a quelques déchets flottants, mais en faible abondance. Le puits d’entrée n’étant pas lui-même une perte et étant décallé du passage de la rivière, il n’y a pas de conclusion particulière à tirer de ce constat.

Sous la surface de l’eau, les parois s’écartent légèrement jusqu’à 1 m de largeur et la boue est abondante partout où elle peut se déposer. La visibilité n’excède pas 50 cm avant libération de la touille, inévitable dans un conduit si peu large (elle tombe alors rapidement à 0). Il n’y a pas d’aspérité pour accrocher le fil d’ariane. Le point de descente choisi était le seul possible pour accrocher le départ du fil hors de l’eau et se trouve à proximité du rétrécissement infranchissable à faible profondeur. Ce fait, la faible largeur du conduit et la mauvaise visibilité rendent cette exploration dangereuse et on motivé son arrêt à une profondeur proche de 15 m. Le fond n’a pas été atteint.

Des mesures à l’aide d’un micro sonard laissent envisager une profondeur de 20 m.

Une seconde plongée a été faite : L’eau était parfaitement limpide avant plongée jusqu’à la profondeur de 6 mètres. Au dessous de ce niveau, la pollution est si dense que la visibilité tombe immédiatement à zéro.

Il a été possible au-dessus de ce niveau de vérifier toutes les parois sans trouver de continuation.

Des fissures remontantes ont été vues, elle ne permettent pas de déboucher en surface car trop étroites.

A deux reprises ont été observés des nuages de fluorescéine stagnant à proximité du plafond. Elles correspondraient à une tentative de coloration depuis des forages faits en surface.



Analyse :

4406 caractères - Lu 24 Fois

Bibliographie 0




Images 0



Topographie 1



topographie Luoshuidong 落水洞
Source : Gkc

Expédition 0




Recherche