dong Liangjiadong - 梁家洞

Détail


Liangjiadong est une entrée de :
Liangjiadong - 梁家洞
Nom de la grotte : Liangjiadong - 梁家洞
Autres noms : Grotte De La Famille Liang
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Liupanshui 六盘水, Liuzhi 六枝
Latitude Nord - Longitude Est :
26.41133 - 105.29792
Altitude (m) : 1425
Développement (m) : 2 022
Profondeur (m) : 154
Profondeur - / + (m) : 129 / 25
Volume (m3) : 0
Géologie :

1Entrée : Liangjiadong 梁家洞,

Carte



Description 1



"BARBARY, Jean-Pierre; BOTTAZZI, Jean; DARNE, Fabien; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 2
Analyse :
Le plateau de Xingchang (district de Liuzhi, Guizhou, Chine) est un massif économiquement déshérité mais riche d'histoire et de karst. Lors d'expéditions en 1997, 1998 et 2001 nous y avons exploré 22 km de cavités dans quatre réseaux remarquables. Le système perte-résurgence de la Gaoluhe développe environ 12 km. Au nord-est, la grotte de Wuliudaxiaodong est une ancienne exploitation de nitrates de grande ampleur et constitue l'ancien cours souterrain de la Gaoluhe. Au sud, le système de Heitanghe présente deux maillons fossiles : le paléocollecteur de Linjiadong et son prolongement dans l'énorme grotte de Fujiadadong. Ces grottes présentent toutes d'importants vestiges historiques. (BJ).

caractères - lu : Fois


1. Liangjiadong - Grotte de la Famille Liang

(fig. 80) - Code : Liu972 - Village : Xingchang

Lat. : 26°24’40” N - Long. : 105°17’49” E - Alt. : 1 460 m

Dév. : 2 022 m - Dén. : - 128 m, + 25 m - Vol. : ± 514 707 m3

Cette cavité a été partiellement topographiée le 8 juillet 1997 par le stage de formation technique dans le cadre de l’apprentissage de la topographie. Ce travail a été poursuivi lors de l’expédition Yungui 2001. Cette grotte se situe à 0,5 km au sud du village de Xingchang et s’ouvre à l’extrémité amont d’une vallée sèche, sur le bord d’une grande dépression entièrement occupée par les champs de maïs. Malgré la dimension du porche, de 40 m de large sur 15 m de haut, celui-ci est bien dissimulé. La galerie d’entrée descend sur 200 m vers l’est ; dès l’entrée un ruisselet creuse l’éboulis en rive gauche. A 100 m de l’entrée, un énorme pan de rocher décollé de la paroi a été appelé la Sentinelle. Sur la rive droite, à 200 m de l’entrée, un puits circulaire de 8 m donne sur un plan d’eau qui empêche toute continuation. Puis la pente s’accentue encore et de grandes strates effondrées forment un grand chaos que l’on franchit sur la droite, entre les blocs.

En bas, la rivière traverse perpendiculairement la grande galerie, du sud vers le nord, pour se perdre 40 m plus loin sous la paroi de rive gauche. Après un superbe joint de stratification élargi qui permet de rejoindre la galerie, on traverse une cuvette de 20 m de diamètre qui se transforme en lac alimenté lors des crues par un affluent perché 15 m au-dessus en rive droite. Par un éboulis, on atteint la rivière souterraine, située à la cote - 127 m, qui coule maintenant d’ouest en est. En juillet 1997, le débit était proche de 1 m3/s, mais en février 2001, il n’est plus que de 10 l/s, ce qui permet de suivre sur 50 m une galerie de 1,5 m de haut jusqu’à un siphon.

De l’autre côté de la rivière, en rive gauche, la galerie remonte vers le nord. Après des sables fins, une pente argileuse très glissante et la ligne de hautes eaux sur la paroi indiquent une remontée de 15 m lors des grandes crues de mousson. Dans ce cas, il faut donc traverser à la nage un lac de 50 m de large sur 15 m de profondeur.

Au-dessus du toboggan d’argile humide, les blocs font leur apparition. On remonte désormais un immense éboulis de 144 m de dénivellation totale depuis la rivière jusqu’à un replat sommital orné de belles stalagmites, c’est le terminus 97 situé à la cote + 17 m. Sur la gauche, on observe un départ de galerie de 30 m de large. Celui-ci est exploré en 2001 en suivant la paroi de gauche et en redescendant de l’autre côté dans les blocs. On aboutit alors dans une belle salle de 60 m de long sur 30 m de large (+ 25 m). La suite se situe en descendant à gauche une rampe assez raide, suivie par une autre galerie descendante de petites dimensions (4 x 3 m) dénommée réseau de la Désescalade Teigneuse qui mène, au bout de 40 m, dans une salle terminale à la cote - 38 m. Au retour, sur la droite, au sommet de la désescalade, un conduit donne dans la salle de l’Entonnoir qui présente un suçoir de soutirage de plus de 40 m de large (- 97 m)

Depuis le terminus de 1997 situé au sommet du grand éboulis de 144 m, une grande galerie se dirige plein est : c’est le réseau 2001. Pour l’atteindre, il faut redescendre de plusieurs dizaines de mètres et emprunter la large galerie située à main gauche. Celle-ci mène rapidement au sommet d’un ressaut que l’on franchit sur la droite. Un conduit très raide permet d’atteindre la salle du Carrelage, dont le plancher est recouvert par un dépôt argileux sec. Ensuite, une descente raide mène au point bas de la cavité, à la cote - 128 m, qui se situe au niveau d’une nouvelle et dernière apparition de la rivière sur 20 m de distance, entre un siphon amont et une infiltration dans les blocs en aval. On peut continuer la progression vers le nord en gravissant la grande salle terminale (80 x 50 x 40 m). La suite du réseau se situe probablement en hauteur.

La galerie Oubliée, pourtant observée lors de l’expédition de 1997, mais non explorée par manque de temps, est située à 250 m de l’entrée, en rive gauche. Le conduit est aisé à parcourir et mesure 10 m de large. Il se termine au bout de 255 m sur une coulée stalagmitique, juste au nord du grand porche d’entrée, à la cote - 35 m.

Bibliographie 3



BARBARY, Jean-Pierre (1998) : Yungui 97, les tribulations du P.S.C.J.A en Chine... suite.-
Spéléo-Dossiers, n°28 : 103-105.
Bilan de l'expédition. Reconnaissance dans l'est du Yunnan (comté de Shizong) 1925 m. topographiés dans 3 cavités : Paomuqingdong (dévelop. 176 m., - 33m.) ; Ganhe (développ. 1095 m., + 42 m.) ; Yenfungdong (dévelop. 654 m., - 48 m.). Un stage de formation technique et 2203 m. topographiés dans la province du Guizhou. Comté de Liuzhi : Fujiadadong (développ.: 440 m., -110 m. / +2 m.) ; Liangjiadong (dévelop. 672 m, - 127 m. / +17 m.) ; Wuliudaxiaodong (topographie de 385 m. supplémentaires et plusieurs km. parcourus, à suivre...). Comté de Panxian : Panlongdong (développ.: 600,8 m., - 12 m. / + 33 m.) ; Shuitanliangfengdong (développ.: 105 m., - 7,5 m.). (DK).
Source : BBS

"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :

"BARBARY, Jean-Pierre; BOTTAZZI, Jean; DARNE, Fabien; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 2
Le plateau de Xingchang (district de Liuzhi, Guizhou, Chine) est un massif économiquement déshérité mais riche d'histoire et de karst. Lors d'expéditions en 1997, 1998 et 2001 nous y avons exploré 22 km de cavités dans quatre réseaux remarquables. Le système perte-résurgence de la Gaoluhe développe environ 12 km. Au nord-est, la grotte de Wuliudaxiaodong est une ancienne exploitation de nitrates de grande ampleur et constitue l'ancien cours souterrain de la Gaoluhe. Au sud, le système de Heitanghe présente deux maillons fossiles : le paléocollecteur de Linjiadong et son prolongement dans l'énorme grotte de Fujiadadong. Ces grottes présentent toutes d'importants vestiges historiques. (BJ).
Source :


Images 0



Topographie 0




Expédition 2


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche