dong Panlongdong - 盘龙洞

Détail

Panlongdong est une entrée de :
Panlongdong - 盘龙洞
Nom de la grotte : Panlongdong - 盘龙洞
Autres noms : Grotte Du Dragon Lové
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Liupanshui 六盘水, Panxian 盘县
Latitude Nord - Longitude Est :
25.67406 - 104.59258
Altitude (m) : 1580
Développement (m) : 2 102
Profondeur (m) : 111
Profondeur - / + (m) : 51 / 60
Volume (m3) : 289075
Géologie : EOCENE

1Entrée : Panlongdong 盘龙洞,

Carte


Description [1]




Analyse :

caractères - lu : Fois


1. Panlongdong - Grotte du dragon lové

(fig. 26) - Code : Pa971 - Village : Shuitang

Lat. : 25°40’26,6” N - Long. : 104°35’33,3” E - Alt. : 1 580 m

Dév. : 2 102 m - Dén. : 111 m (- 51 ; + 60) - Vol. : ± 289 000 m3

Cette cavité se situe 2 km au sud du village de Shuitang (fig. 8, zone II.B, point 47). Le réseau de Panlongdong, le plus important du secteur, présente une organisation relativement complexe. Il a été exploré partiellement le 12 juillet 1997 lors du stage de formation technique, en période de grosse crue, puis terminé en avril 2000. On distingue deux orifices connus. L’entrée inférieure, de 3 m de large, est située 30 m au-dessus d’une large dépression qui se transforme en lac durant la mousson. La galerie sèche d’entrée conduit au bout de 350 m à une salle d’effondrement dans laquelle on rencontre une rivière au débit très variable. En juillet 1997, lors de la première visite, la rivière boueuse disparait dans un puits-fracture et débite plus de 1 m3/s (photo 69). En avril 2000, son débit passe à 50 l/s seulement (9/04/2000). Cette rivière suit la paroi orientale de la salle Sismique et provient d’un siphon situé dans l’angle sud-est. La salle, de 60 m x 50 m, est constituée par un amoncellement de blocs géants résultant sans doute d’une fracture active, d’où l’appellation de salle Sismique. Comme dans le réseau de Bianfu-Lianfengdong, la cavité est située à proximité du grand accident SW-NE de Panxian.

En suivant la rivière entre les blocs, on arrive au sommet de la cascade de la Peur Microbienne qui débite 50 l/s le 9 avril, mais plus rien le 26 avril. A la base du puits-fracture, la cascade rejoint le collecteur dont l’amont est impénétrable. A l’aval, la rivière circule dans une belle galerie de 10 m de large sur 10 m de haut, ponctuée de quelques rétrécissements dus à des trémies. Au bout de 400 m, on arrive sur un lac siphonnant. Le petit courant d’air aspirant, très sensible dans les passages étroits, semble disparaître dans les cheminées surplombant la rivière.

L’entrée supérieure du réseau, très ventilée, a été ouverte lors de la construction de la route. Elle se situe dans le flanc du piton coté 1 795 m, au-dessus de Panlongdong, soit 100 m au-dessus de la grande dépression. Le porche minuscule, large de 2 m, donne directement dans une salle d’effondrement inclinée vers le nord-ouest. Au sud-ouest, un ensemble de galeries se termine rapidement sur des entonnoirs de soutirage et des étroitures. A la base de la salle, que l’on atteint par une traversée entre les blocs, puis une désescalade à droite, on prend une vire au nord-est, suivie d’une petite galerie qui débouche au sommet d’un toboggan haut de 25 m. En bas, on pénètre dans la salle des Touristes, de 30 m de diamètre, dont le fond horizontal est couvert de gours immaculés, se prolongeant à l’est par une galerie aussi concrétionnée.

Au sud de la salle, après un laminoir et un puits de 13 m, des galeries ébouleuses et argileuses rejoignent la rivière au bas de la cascade de la Peur Microbienne. Au nord de la salle des Touristes, une galerie donne accès à un deuxième toboggan qui permet de rejoindre une grosse galerie sèche, couverte d’argile, qui correspond à l’ancien drain collecteur actuellement perché 20 m au-dessus. Au sud, la galerie a été remontée sur 40 m. Elle donne sur un ressaut de 8 m surplombant une salle d’effondrement de plus de 20 m de large dont l’exploration n’est pas terminée. Au nord, la galerie fossile jonctionne avec la galerie active un peu avant le lac siphonnant terminal.

Ce réseau appartient à un système karstique formé par le binôme classique perte-résurgence. La perte nord draine les terrains imperméables pélitiques du Permien supérieur, puis disparaît au contact des conglomérats éocènes vers 1 490 m d’altitude, 40 m en contrebas d’un col caractéristique. La résurgence se situe 1 km au nord-est, mais les eaux se reperdent au bout de 250 m, à l’est, sur un contact faillé. [S. Matricon, N. Faure, R. Maire]

Bibliographie [3]


BARBARY, Jean-Pierre (1998) : Yungui 97, les tribulations du P.S.C.J.A en Chine... suite.-
Spéléo-Dossiers, n°28 : 103-105.
Bilan de l'expédition. Reconnaissance dans l'est du Yunnan (comté de Shizong) 1925 m. topographiés dans 3 cavités : Paomuqingdong (dévelop. 176 m., - 33m.) ; Ganhe (développ. 1095 m., + 42 m.) ; Yenfungdong (dévelop. 654 m., - 48 m.). Un stage de formation technique et 2203 m. topographiés dans la province du Guizhou. Comté de Liuzhi : Fujiadadong (développ.: 440 m., -110 m. / +2 m.) ; Liangjiadong (dévelop. 672 m, - 127 m. / +17 m.) ; Wuliudaxiaodong (topographie de 385 m. supplémentaires et plusieurs km. parcourus, à suivre...). Comté de Panxian : Panlongdong (développ.: 600,8 m., - 12 m. / + 33 m.) ; Shuitanliangfengdong (développ.: 105 m., - 7,5 m.). (DK).
Source : BBS

"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :

"BARBARY, Jean-Pierre; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; MATRICON, Sylvain; VANARA, Nathalie; ZHANG, Shouyue"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 1
A l'est du Guizhou (Chine), en bordure du Yunnan, le district de Panxian présente de forts dénivelés, le karst occupe 59 % de la surface et les couvertures basaltiques offrent des surfaces de drainage importantes. Un mois d'exploration lors de l'année 2000 a permi de topographier 32 km dans 66 cavités réparties sur quatre zones. La plus impressionante inclut le système perte-résurgence de la Gesohe capable de drainer 1700 m3/s avec de spectaculaires systèmes perte-résurgence sur son cours aval. La perte de Biyundong, 2 km, avait été explorée en 1638 par Xu Xiake. Le petit massif de Dabashan présente des karstifications dans les conglomérats. (BJ).
Source :


Images [15]


  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong
  • Panlongdong

Topographie [0]



Expédition [2]

Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche