dong Grotte Chaude Et Froide -

Détail


Nom de la grotte : Grotte Chaude Et Froide -
Autres noms :
Province, Préfecture, District :
Hubei 湖北省, Shengzhixia , Shennongjia 神农架林区
Latitude Nord - Longitude Est :
-
Altitude (m) : 1400
Développement (m) : 1 073
Profondeur (m) : 71
Profondeur - / + (m) : 50 / 21
Volume (m3) :
Géologie :

1Entrée : Grotte Chaude Et Froide ,

Carte



Description 1



Grotte Chaude et Froide (ait. : 1400 m, dév. : 1073 m, dén. : 71 m)

Froide en été, chaude en hiver, le nom même de cette cavité indique qu'elle est le siège d'un important courant d'air.

Lors de notre visite, la température à l'intérieur de la cavité était de 7,5 °C.

Accès

A partir de Muyu, il faut prendre la route de Xing shan sur une dizaine de kilomètres jusqu'au premier pont carrossable qui enjambe la rivière à gauche de la route. Une bonne piste monte dans une petite vallée en longeant un ruisseau. Un beau et vaste pont naturel, sous lequel s'écoule le ruisseau, marque l'arrêt des véhicules. Une passerelle suspendue donne accès à un sentier qui passe devant une ferme, traverse quelques champs de maïs puis remonte en flanc du talweg. Le porche de la cavité se trouve à 30 ou 40 minutes de marche. C'est le terminus du sentier.

Exploration

L'exploration de la cavité débute le jeudi 30 juillet (Bernard, Gilles, Josiane et François). L'équipe parcourt la grande galerie d'entrée puis la diaclase des Choux-Fleurs. Nous tentons à tout hasard une escalade, au fond de la grande galerie et c'est avec surprise que nous découvrons le réseau amont. Nous nous arrêtons, faute de temps d'une part au sommet d'un puits d'une dizaine de mètres et d'autre part à l'entrée d'un labyrinthe. En sortant, nous topographions les galeries visitées.

Le lendemain, vendredi 31 juillet, la même équipe renforcée par la présence de Michel, continue l'exploration. Josiane et Gilles descendent le puits qui s'avère être bouché au fond. Le reste de l'équipe topographie le labyrinthe. C'est ensemble que nous finissons par découvrir le départ de la galerie amont qui se dirige plein nord. Il est presque l'heure de faire demi-tour lorsque Gilles, parti en éclaireur, nous signale que le terminus est proche. La topographie achevée, nous prenons le temps de faire quelques photos sur le chemin du retour. Les deux séances d'exploration ne totalisent que 10 heures passées sous terre.

Description

Un grand porche donne accès à une vaste galerie fossile. Un épais brouillard, dû au mélange de l'air froid de la grotte et de l'air chaud et humide de l'extérieur, règne dans les premiers cinquante mètres. De grandes stalagmites, se découpant en ombres chinoises dans le brouillard sur la lumière d'entrée, donnent un aspect fantasmagorique. Au bout d'une centaine de mètres, la galerie descend fortement en une pente d'éboulis plus ou moins stables et la visibilité s'améliore. On aboutit à -35 mètres sur un sol d'argile plat. Des restes de fours à nitrates attestent de cette activité d'extraction. La grande galerie s'arrête brutalement au contact d'un miroir de faille de direction nord-sud.

* Vers la gauche, une remontée entre des blocs donne accès à la diaclase des Choux-Fleurs. Il s'agit d'une étroite faille, dont une paroi est entièrement tapissée de concrétions en choux-fleurs rendant l'opposition pénible. Le fond de la faille est colmaté par des cailloux. C'est le point bas de la cavité vers -50 mètres.

* Vers la droite, il faut monter en escalade d'une quinzaine de mètres pour rejoindre la branche nord de la faille. Après 30 mètres relativement étroits, nous rejoignons une galerie plus vaste. Un ressaut de quelques mètres se remonte en escalade (mais une corde est utile pour la descente). Une courte galerie ébouleuse aboutit à un important carrefour :

- Vers la droite, deux petites diaclases parallèles amènent dans une courte galerie percée de plusieurs puits. Tous ces puits rejoignent une vingtaine de mètres plus bas un fond de faille colmaté de toute part.

- Vers la gauche, une conduite forcée amène au début du labyrinthe. Le labyrinthe est formé de galeries en diaclase, d'un mètre de large pour trois à quatre mètres de haut, se développant en bayonnettes. Ce réseau se termine d'une part par un puits remontant, d'autre part par un point de soutirage à la cote -22 mètres. Nous n'avons trouvé aucune trace au fond de ce réseau.

Le labyrinthe communique en deux endroits avec une grande galerie fossile, suite logique du réseau. Il s'agit d'une galerie rectiligne, de quatre à cinq mètres de large et de cinq à dix mètres de haut, encombrée d'éboulis et qui se dirige plein nord. Une vire permet de traverser un surcreusement et, peu après, un ressaut de onze mètres se descend en escalade.

Après le passage d'une trémie, la galerie change rapidement d'aspect. La hauteur diminue et un concrétionnement de plus en plus important limite la section de passage. Quelques rares traces et un ou deux morceaux de papier ayant servi de balisage nous indiquent qu'une petite équipe d'une ou deux personnes a déjà visité le site. Après un tronçon très joliment concrétionné, la galerie se termine par une énorme coulée stalagrnitique que nous escaladons facilement jusqu'au plafond. Nous sommes à la cote +21 mètres par rapport à l'entrée.

Biospéléologie

* Présence de nombreux papillons dans la salle aux nitrates et dans la diaclase des Choux-Fleurs.

* Présence d'un "essaim" de petits moustiques près de l'entrée.

* Nombreuses toiles d'araignées dans la galerie terminale.

* Toujours dans la galerie terminale, on trouve de très nombreuses traces de petits rongeurs (graines, noisettes, noix coupées en deux et vides, crottes, ossements dont certains scellés dans la calcite).

* Prélèvement des échantillons C (1 diplopode, 1 diptère, 2 collemboles, 2 larves, 3 acariens, 2 aranéides, os de rongeurs).

LIPS, Bernard; LIPS, Josiane; SCHALK, Patrick; COTTET, Jean-Pierre; BODIN, Michel; ARIAGNO, Daniel (1994) :
Spéléologie au pays de l'homme sauvage -AKL- Chine 1992.- 139 p. (20 photos couleur, 15 tableaux, 27 dessins, 5 cartes couleur, 9 cartes n. & b. et fig., 41 topos).
Analyse : BBS
Rapport spéléologique et scientifique d'expédition dans la région de Guilin et la province du Hubei (juillet-août 92). Déroulement; Contexte physique; Catalogue et fiches détaillées de 52 cavités pour 15,8 km de topo, 6 grottes d'un développement supérieur à 1000m., dont : Fen Dong (Xing'An) 1886m.-136m); Grotte du Pot de Chambre (Shennongia) 1535m.-60m.; Grotte des araignées (Yishang) 1383m. Hydrogéochimie (15 sites); Biospéologie : 127 prélèvements (liste et 40 déterminations); Annexes logistiques détaillées; Bibliographie. (FB).

5567 caractères - lu : 12 Fois


Bibliographie 1



LIPS, Bernard; LIPS, Josiane; SCHALK, Patrick; COTTET, Jean-Pierre; BODIN, Michel; ARIAGNO, Daniel (1994) :
Spéléologie au pays de l'homme sauvage -AKL- Chine 1992.- 139 p. (20 photos couleur, 15 tableaux, 27 dessins, 5 cartes couleur, 9 cartes n. & b. et fig., 41 topos).
Rapport spéléologique et scientifique d'expédition dans la région de Guilin et la province du Hubei (juillet-août 92). Déroulement; Contexte physique; Catalogue et fiches détaillées de 52 cavités pour 15,8 km de topo, 6 grottes d'un développement supérieur à 1000m., dont : Fen Dong (Xing'An) 1886m.-136m); Grotte du Pot de Chambre (Shennongia) 1535m.-60m.; Grotte des araignées (Yishang) 1383m. Hydrogéochimie (15 sites); Biospéologie : 127 prélèvements (liste et 40 déterminations); Annexes logistiques détaillées; Bibliographie. (FB).
Source : BBS


Images 0



Topographie 1



topographie
Source : Akl

Expédition 1


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche