dong Luoshuidong-Fengdong -

Détail


Nom de la grotte : Luoshuidong-Fengdong -
Autres noms : Perte-Grotte du vent
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Qiannan 黔南, Pingtang 平塘
Latitude Nord - Longitude Est :
25.684273 - 106.808117
Altitude (m) : 0
Développement (m) : 1 453
Profondeur (m) : 34
Profondeur - / + (m) : 0 /
Volume (m3) :
2Entrée : Fengdong 风洞, Luoshuidong-Fengdong ,

Carte



Description 1



Luoshuidong Fengdong

Exploration

Michel Isnard, Didier Lescure, Jean-Pierre Bartholeyns, Jean Camplo, Christophe Verdet, Nathalie Verdier

Descriptif

Nathalie Verdier, Michel Isnard

WGS84 UTM 48 681452E 2841961N

Prendre la route au nord de Tangbian, vers Tongzhou. Après 5 minutes environ de voiture et après le pont, en face de la station-service, prendre le 1er chemin à droite. Nous sommes à environ 500 m avant l’entrée du village de Shuanghecun. Suivre le chemin bétonné sur 130 mètres (il mène à un village de quelques maisons), la cavité se situe sur la gauche à côté de la route.

Description

La rivière qui parcourt une partie du polje de Tang- bian vient buter contre un piton karstique qui ferme le polje. L’entrée de Luoshuidòng est au niveau de la route, au pied d’une petite falaise. Le ponor (perte) est quelques mètres plus bas, de l’autre côté de la route. Le débit apparent (estimé, non mesuré) est de plusieurs centaines de litres par seconde, peut-être plus d’un mètre cube. Le système Luoshuidòng – Fēngdòng traverse le piton au-dessus de la rivière pérenne sur laquelle nous avons un regard sur quelques mètres. La majorité du réseau doit s’ennoyer par hautes eaux et la plupart des galeries sont enduites d’argile ou lessivées par les crues. Le concrétionnement est quasiment absent.

Depuis l’entrée de Luoshuidòng, nous trouvons, après avoir passé quelques déchets... un croisement au bout de quelques mètres. A droite, une petite galerie revient en direction de la perte. Il reste de nombreuses traces des crues. Arrêt sur pincement dans des fissures. La perte est à proximité.

A partir du croisement de l’entrée, si nous prenons tout droit un passage bas, nous débouchons dans la galerie des scutigères. C’est une galerie qui doit s’ennoyer intégralement lors des crues. Elle est enduite d’argile et est relativement horizontale. De nombreux départs sont rapidement colmatés d’argile. Au bout de la galerie, un toboggan d’une quinzaine de mètres, corde recommandée, nous fait changer de niveau et arriver au collecteur. Il arrive d’un siphon sur la gauche et rapidement disparaît vers la droite dans un autre siphon. Le débit est important, au moins 500l/s et correspond probablement à la rivière disparue dans la perte du ponor. C’est le seul endroit dans la cavité où nous allons retrouver le collecteur.

Toujours depuis le croisement à proximité de l’entrée, après une désescalade d’un petit ressaut, nous arrivons dans une grande galerie. Sur la gauche, elle remonte et se bouche de blocs et d’argile. Nous sommes sous l’entrée de LSD. A droite, elle va en s’élargissant, encombrée de blocs et de plus en plus enduite d’argile. Quelques regards étroits, plutôt sur la droite de la galerie, donnent sur une nappe d’eau. Cette zone noyée, quelques mètres sous la galerie, est à proximité des siphons du collecteur de la galerie des scutigères.

Après un point bas, la grande galerie remonte fortement et débouche à l’extérieur par l’entrée (la sortie) de Fēngdòng (grotte avec du vent). Nous sommes de l’autre côté du piton karstique que le réseau traverse de part en part.

Le côté gauche (nord) de la grande galerie est plus complexe. Dans la première partie (depuis l’entrée de LSD), plusieurs arrivées, sont notées, sous forme de toboggans boueux. La plus importante peut être suivie sur plus d’une centaine de mètres, très colmatée sur la fin. Arrêt dans des entonnoirs d’argile où un ressaut nécessite d’équiper.

Nous entendons un bruit d’eau non loin. Au niveau du point bas de la grande galerie et également proche de l’entrée de Fēngdòng, se trouve un petit actif (quelques litres par secondes). Vers l’amont, il sort d’un petit siphon surmonté de l’habituel toboggan d’argile. Ce dernier n’a pas été remonté entièrement.

Il est probable que le bruit d’eau entendu au sommet des grands toboggans corresponde à l’amont de ce petit actif. Vers l’aval, la rivière devient plus profonde. L’arrêt s’est fait dans une « rue d’eau » de 2 à 3m de large nécessitant un bateau ou de nager. Deux poissons très blancs ont été aperçus. Un courant d’air très net provient de cette galerie. C’est actuellement le point majeur de continuation.

AUT.Var (2020) CHINEXPLOS 2019
Florence Guillot (dir.), Didier Lescure, Véronique Olivier, Emmanuel Vitte, Christophe Verdet, Nathalie Verdier, Jean-Pierre Bartholyens, Jean-François Fabriol, Jean Bottazzi, Denis Langlois, Kévin Hodké, Jean Camplo, Philippe Auriol, Michel Isnard, Christian Delaire. Remerciement : Jean-Pierre Barbary
CHINEXPLOS 2019 Rapport d’expédition spéléologique Guizhou Guangxi
Analyse :

4374 caractères - Lu 194 Fois

Bibliographie 1



AUT.Var (2020) CHINEXPLOS 2019
Florence Guillot (dir.), Didier Lescure, Véronique Olivier, Emmanuel Vitte, Christophe Verdet, Nathalie Verdier, Jean-Pierre Bartholyens, Jean-François Fabriol, Jean Bottazzi, Denis Langlois, Kévin Hodké, Jean Camplo, Philippe Auriol, Michel Isnard, Christian Delaire. Remerciement : Jean-Pierre Barbary
CHINEXPLOS 2019 Rapport d’expédition spéléologique Guizhou Guangxi

Source :


Images 0



Topographie 0




Expédition 1


Cette grotte a été identifiée ou explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche