dong Zhaonichidaxiaokeng - 照泥迟大消坑

Détail


Nom de la grotte : Zhaonichidaxiaokeng - 照泥迟大消坑
Autres noms : Perte selon la boue tardive
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Zunyi Shi 遵义市, Zheng'an 正安
Latitude Nord - Longitude Est :
28.27944 - 107.251897
Altitude (m) : 1261
Développement (m) : 1 752
Profondeur (m) : 247
Profondeur - / + (m) : 247 /
Volume (m3) :
Géologie : Ordovicien inférieur O1t (Tongzi) + O1h (Honghuayuan)
1Entrée : Zhaonichidaxiaokeng 照泥迟大消坑,

Carte



Description 1



Zhaonichidaxiaokeng (17)

Cette perte, découverte et explorée très récemment, continue à descendre dans l’Ordovicien et au nord de la gorge de Yangjiagou. Nous ne connaissons pas de résurgence qui pourrait lui correspondre, à moins qu’un grand puits ne finisse par drainer ses eaux vers le Cambrien.

Accès:depuis le col où l’on se gare pour se rendre à Duiwodong, partant à pied en direction de Jinzhongshan, on prendra à 200m du col un gros sentier sur la gauche au niveau d’une ferme abandonnée. Il circule à flanc de coteau sur 800 m environ. La grosse doline d’entrée de Zhaonichidaxiaokeng est sur la droite du sentier, juste avant une ferme située directement au-dessus.

Description : la descente est glissante. Elle n’est possible que de l’autre côté du chemin, dans les bambous. On entre dans une salle assez grande de 10m de large sur 20m de long et 6m de plafond. En fonction des jours, un léger courant d’air aspirant se fait sentir. Quelques départs fossiles sont visibles et restent à explorer. Au fond de la salle un ressaut de 7m se descend très facilement avec une corde de 10m. S’en suit un méandre de largeur humaine avec deux oppositions pour passer des ressauts. Un actif apparaît en bas du R7 et se perd 10 m plus loin dans un méandre sur la droite. Celui-ci rejoint le méandre fossile en bas d’un premier ressaut, mais l’actif continue sur la droite, l’aval n’a pas été exploré, de même que les départs avant le P50. On croise ainsi un petit puits fossile et un puits avec l’actif au fond. Le méandre devient boueux avant le P50. Un méandre remontant a été en partie exploré, mais non topographié, il redonne dans le P50. La roche est de très mauvaise qualité. La descente du P50 comprend une désescalade sur une dizaine de mètres, une main-courante (2 amarrages), une tête de puits en plafond (2 amarrages), une arrivée en surplomb sur une vire (1 amarrage), une main-courante descendant de 6 m (2 amarrages) et enfin une descente de 30 m avec une déviation sur lunule percée à 7 m du sol. En bas du P50, on retrouve un actif en rive gauche. Son débit, 3-4l/s, est plus important que celui de l’entrée. Il est probable que ce soit l’actif de l’entrée augmenté d’un affluent. Il n’a pas été exploré. La progression continue dans un méandre de plus de 50 m de haut taillé dans une roche grise de bonne qualité dans lequel l’eau s’écoule. On arrive sur des marmites qui se désescaladent rapidement. Sur la droite un actif peut se remonter sur 4-5 m. La topographie serait à compléter. En bas des marmites, une laisse d’eau peu profonde se traverse en posant les pieds sur des pierres jetés au fond. En 2018, elle était à sec. La suite se poursuit dans une zone de trémie composée de très gros blocs que l’on passe par le bas. La trémie est seulement sur la droite, le côté gauche étant un surplomb de bonne roche. Une première trémie obstrue le fond, mais se franchit par un passage se trouvant à 2-3 m du sol entre les blocs. Des flèches ont été tracées et du ruban de balisage mis en place pour faciliter l’itinéraire. Après quelques montagnes russes entre les blocs, on rejoint l’actif. Une dizaine de mètres plus loin, une deuxième trémie barre le passage. Elle vient cette fois-ci du côté gauche et bute sur un côté droit solide. Là encore un passage entre les blocs permet d’en sortir. Une troisième trémie doit être franchie avant que la galerie devienne encore plus large. Elle est constituée de gros blocs. Son amont peut être remonté sur une dizaine de mètres et finit par un P12. Celui-ci termine sans doute dans une des trémies précédentes, mais descendre et topographier le puits est nécessaire pour en être sûr.

La galerie en aval donne sur une grosse salle d’effondrement, visitée rapidement, mais non topographiée. Un énorme bloc d’une dizaine de mètres est suspendu dans la galerie et sert de plancher à la salle. Sur la rive gauche, une galerie part, mais rejoint la salle d’effondrement quelques mètres plus loin. En dessous de cette salle, l’actif part dans un méandre. Il faut d’ailleurs à un moment s’allonger sur un bloc pour pouvoir passer. Dans le méandre, on voit par endroits un réseau fossile au plafond, mais il n’a pas été atteint car il faudrait escalader un ressaut particulièrement instable constitué de cailloux et de sable. Le méandre continue avec des dimensions qui commencent à devenir grandes. Plusieurs fois, l’actif arrive puis se perd. Au fur et à mesure de l’avancée, les marmites se font plus nombreuses. La roche est grise, assez bonne. Quelques fois, des blocs jonchent le sol, mais ils n’entravent pas le passage. Ensuite, le méandre se transforme en une sorte de petit canyon avec des jolies marmites constituées de roche orange. [Emmanuel Vitte]

Un départ sur la rive droite arrive à un R5. Si l’on suit le cheminement de l’eau, on est amené à continuer à plat ventre sur 10 m au-dessus d’un surcreusement. Un passage sur la droite permet d’arriver à la base du R5 et continue sur un gros méandre fossile. Ce méandre aboutit à une salle d’effondrement au bout de laquelle, mais cela reste à confirmer, une descente devrait rejoindre une partie connue. Si on continue sans prendre le passage sur la droite, on arrive à une cascade de 6m que l’on peut descendre par la gauche, soit en désescalade soit avec une corde, cela n’empêchant pas de se faire mouiller. En bas de la cascade, l’eau tombe dans un petit bassin puis se perd au pied d’un chaos qui suit. Ce chaos se passe par la partie haute jusqu’à un verrou en clef de voûte. Au fond, il faut descendre entre les blocs contre la paroi gauche. On arrive dans une galerie confortable puis on entre dans un laminoir. Côté gauche, à l’entrée de celui-ci, se trouve un siphon avec cône de déjection. Le laminoir est lavé, preuve de son activité en hautes eaux. Ce laminoir semble être un décollement de strate. Après avoir laissé une petite galerie légèrement concrétionnée sur la droite, on continue dans une galerie constituée sur sa droite d’une zone ébouleuse par endroit et sur sa gauche d’une paroi. Cette galerie contient quelques flaques d’eau, mais pas d’écoulement libre. Après avoir traversé un éboulement, on tombe dans une grosse galerie. Cette galerie sinueuse est jonchée de roches grises entourées de banquettes qui s’effondrent. Un filet d’eau arrive puis se perd immédiatement. Après 200 m des concrétions obstruent la galerie. Un dizaine de mètre en amont de la zone concrétionnée se trouve un soutirage entre des gros blocs. Une courte descente entre les blocs avec passage d’une étroiture permet d’accéder à une galerie active de dimension confortable. L’axe de cette galerie est le même que la galerie obstruée. Le plafond concrétionné correspond aux coulées du dessus. Au sol, on observe une alternance de rochers en place, de marmites, de galets et de sable. On retrouve le même filet d’eau que précédemment. Une arrivée d’eau d’environ 2/3 l/s sourd en rive gauche et donne vue sur une galerie pénétrable à 5 m du sol. Le plafond s’abaisse ensuite presque jusqu’au sol, nécessitant une désobstruction facile, mais humide dans le lit de sable et de gravier. On notera la présence de feuilles et de rameaux bien verts, sûrement ramenés par les rats, ainsi qu’un fort courant d’air aspirant. [Marc Guichot]

Remarques:l’exploration a eu lieu sans écoulement visible au niveau de la perte, mais nous pensons que les crues peuvent poser des problèmes de sécurité, notamment vers le fond. On y trouve quelques déchets. Attention également aux risques de piqûres de plantes ou d’insectes dans la doline d’entrée. [Emmanuel Vitte]

AUT. VAR (2019)
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Olivier TESTA, Alain MAURICE, Marc GUICHOT, Florence GUILLOT, Cécile PACAUT, Marc FAVERJON, Marc TREMBLAY, Amandine LABORDE, Nicolas FAURE, Emmanuel VITTE, Jessica MORIN-BUOTE, Éric DAVID, Éric LECUYER, Éric MADELAINE, Gilles CONNES.
Topographes
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Nicolas FAURE, Olivier TESTA, Barnabé FOURGOUS, Pascal ORCHAMPT, Emmanuel VITTE, Éric DAVID, Marc TREMBLAY, Florence GUILLOT, Fabien MULLET, Marc FAVERJON, Charles BUTIN, Cécile PACAUT, Alain MAURICE, Gilles CONNES, Jes- sica MORIN-BUOTE, Michel ISNARD, Jean-Pierre BARBARY, Patrick LETOURNEL, Marc SÉCLIER, Marc GUICHOT, Vivien MOINAT, Éric MADELAINE, Silvia ARRICA, Silvère PASTUREAU, LIZIXIN, Éric LECUYER, Thierry MONGÈS, Amandine LABORDE, Daniel BETZ, Olivier JÄRMANN, Christian DELAIRE.
Coordination, rédaction, synthèse topographique et composition :
Jean BOTTAZZI
Spelunca Mémoires n° 39 (2019)
Voyages en terre chinoise tome 5. Expéditions spéléologiques franco-chinoises 2011-2019 dans les grottes de Suiyang Shuanghedong

Analyse : gkc-JPB

7888 caractères - Lu 96 Fois

Bibliographie 1



AUT. VAR (2019)
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Olivier TESTA, Alain MAURICE, Marc GUICHOT, Florence GUILLOT, Cécile PACAUT, Marc FAVERJON, Marc TREMBLAY, Amandine LABORDE, Nicolas FAURE, Emmanuel VITTE, Jessica MORIN-BUOTE, Éric DAVID, Éric LECUYER, Éric MADELAINE, Gilles CONNES.
Topographes
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Nicolas FAURE, Olivier TESTA, Barnabé FOURGOUS, Pascal ORCHAMPT, Emmanuel VITTE, Éric DAVID, Marc TREMBLAY, Florence GUILLOT, Fabien MULLET, Marc FAVERJON, Charles BUTIN, Cécile PACAUT, Alain MAURICE, Gilles CONNES, Jes- sica MORIN-BUOTE, Michel ISNARD, Jean-Pierre BARBARY, Patrick LETOURNEL, Marc SÉCLIER, Marc GUICHOT, Vivien MOINAT, Éric MADELAINE, Silvia ARRICA, Silvère PASTUREAU, LIZIXIN, Éric LECUYER, Thierry MONGÈS, Amandine LABORDE, Daniel BETZ, Olivier JÄRMANN, Christian DELAIRE.
Coordination, rédaction, synthèse topographique et composition :
Jean BOTTAZZI
Spelunca Mémoires n° 39 (2019)
Voyages en terre chinoise tome 5. Expéditions spéléologiques franco-chinoises 2011-2019 dans les grottes de Suiyang Shuanghedong

Source : gkc-JPB


Images 7



  • Zhaonichidaxiaokeng
  • Zhaonichidaxiaokeng
  • Zhaonichidaxiaokeng
  • Zhaonichidaxiaokeng
  • Zhaonichidaxiaokeng
  • Zhaonichidaxiaokeng
  • Zhaonichidaxiaokeng

Topographie 0




Expédition 2


Cette grotte a été identifiée ou explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche