dong Huotugoudafengdong - 火土沟大风洞

Détail


Nom de la grotte : Huotugoudafengdong - 火土沟大风洞
Autres noms : Grotte du grand vent du ravin du feu terrestre
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Zunyi Shi 遵义市, Suiyang 绥阳
Latitude Nord - Longitude Est :
28.278709 - 107.235982
Altitude (m) : 1375
Développement (m) : 3 136
Profondeur (m) : 118
Profondeur - / + (m) : 14 / 104
Volume (m3) :
Géologie : Ordovicien inférieur O1t (Tongzi) + O1h (Honghuayuan)
3Entrée : Huotugoudafengdong 火土沟大风洞, Shangchuandong 上穿洞, Xiachuandong 下穿洞 ,

Carte



Description 1



Huotugoudafengdong (32)

Huotugoudafengdong, au nord-ouest de Dawan, est un réseau perché qui semble drainer le mont Daping vers la résurgence nommée Huotugoushuidong à l’altitude 1350 m.

Accès:depuis la maison de Zhao Zhongguo, il faut monter par la petite route en direction de l’est et rapidement descendre par une ferme vers le nord, puis traverser un premier talweg et remonter le suivant pour atteindre des pâturages plus ou moins abandonnés en gagnant de l’altitude. On atteint finalement la tête d’une vallée assez importante, parcourue par le ruisseau provenant de la résurgence nommée Huotugoushuidong. Cette vallée s’écoulant vers le sud-est devient un affluent de la rivière Shuanghe après avoir rejoint la fracture de Yangjiagou. L’entrée de Huotugoudafengdong est située une dizaine de mètres plus haut que la résurgence, au pied d’une petite paroi, sur le flanc sud du vallon, un peu au- dessus d’une résurgence de trop-plein entre blocs.

Exploration:au terme d’une journée de prospection guidée par Zhao Zhongguo, le 26 novembre 2016, l’entrée principale a été repérée par l’équipe d’Éric David, Vivien Moinat et Marc Tremblay. Cette petite entrée comportait un fort courant d’air aspirant et semblait plus attrayante que celle d’une résurgence en contrebas qui est grillagée pour protéger une espèce de salamandre. Une première section a été topographiée le lendemain et suffisamment d’indices (empreintes, graffitis et résidus de charbon) ont permis d’établir que des chinois s’y étaient aventurés jusqu’à sa partie active. La topographie a été complétée par une seconde séance le 30 novembre 2016.

Le 19 avril 2017, les explorations se sont poursuivies d’abord dans l’amont de l’actif où une vaste galerie a été trouvée avec plusieurs suites potentielles. Le 21 avril, un étroit passage a débouché sur une grande salle recevant trois affluents aux cascades remontantes et non explorées. Cependant, une petite cavité, Xiachuandong, trouvée ultérieurement, serait toute proche pour espérer une jonction avec l’un de ces affluents. Enfin, il reste à topographier une section de 300 m de rivière plutôt aquatique se dirigeant vers la résurgence.

Description : ce petit orifice est un trou souffleur impressionnant : il aspire très fortement à l’automne et souffle très bien vers l’extérieur au printemps.

On doit ramper pour rapidement se relever dans une galerie bien sèche d’environ 2 à 4 m de hauteur. Il y au moins deux regards impénétrables d’où on entend la rivière de l’actif couler plus bas. Une cheminée remontante escaladée en partie avec continuation sur puits remontant attire l’attention, mais la suite emprunte d’abord un passage au plafond bas avec quelques concrétions et traces d’animaux et, ensuite, des fissures assez hautes et surcreusées. La morphologie de la cavité devient alors plus complexe et est influencée par de nombreuses diaclases. Le profil des passages se met à zigzaguer en angles aigus et adopte aussi de beaux arrondis phréatiques. La section sèche rejoint l’actif en trois endroits où la rivière s’est enfoncée plus profondément. Il se pourrait que la partie amont du réseau fossile ait été sculptée par le trop-plein des crues de la rivière principale. Il reste d’ailleurs de bonnes accumulations d’argile séchée dans cette section. L’accès à la rivière se fait par un puits de 5m dans une diaclase, où l’eau se jette quelques mètres en amont. On chemine ensuite dans une confortable galerie agrémentée de plusieurs bassins où quelques acrobaties sont nécessaires pour ne pas trop se mouiller. Plusieurs départs à droite semblent se connecter à la galerie d’entrée, au niveau des passages où l’on peut entendre le bruit de la rivière. Un ressaut de 3 m nécessite une ultime corde, puis on continue dans des galeries de plus en plus basses qui finissent par se transformer en un laminoir à moitié rempli d’eau. À la fin, on débouche dans une petite salle se terminant sur siphon.

L’amont de la rivière mène vite à une jonction de deux galeries parallèles très rectilignes que l’on pourrait confondre tellement elles se ressemblent. Ces deux passages suivent un système de fissures associés à la même compression tectonique qui a causé les magnifiques plis-failles de la grande galerie dans laquelle on débouche ensuite. Un puits remontant a élargi en salle l’extrémité nord-ouest de cette grande galerie, très encombrée de dalles et blocs éboulés. Ensuite, on peut suivre cette galerie impressionnante sur plus de 200 m en ligne assez droite. À son terme, il faudrait le matériel pour grimper d’une dizaine de mètres pour atteindre une suite d’un style différent du réseau inférieur qui ne peut être poursuivi que par des boyaux étroits, boueux et humides.

La portion sud-ouest de cette galerie présente un profil qui nous permet de bien voir le plissement des strates au plafond, ce qui dans ce massif est exceptionnel.

Un passage étroit et balayé par un bon courant d’air a permis de prolonger notablement Huotugoudafengdong. Il suit en fait la même diaclase, le même axe que celui emprunté par la galerie parallèle méridionale (voir topographie). Cette galerie présente quelques passages encombrés de blocs qui peuvent s’éviter par un méandre en paroi droite. Il débouche à nouveau dans la galerie principale quelques dizaines de mètres plus loin. Bien que plus étroit, celui-ci est plus confortable à parcourir. Après un virage à droite à 90°, on bute sur une trémie qu’il faut remonter pour rapidement déboucher dans la plus grande salle de la cavité, dans son angle sud-est. C’est une salle oblongue parsemée de blocs au sol, orientée est-ouest, d’environ 140 m de long pour 35 m de large et d’une hauteur variant de 5 à 20m selon les endroits. En plus du passage étroit par lequel on y pénètre, on distingue 4 départs :

- au sud-ouest, une courte galerie mène assez rapidement à une trémie descendante où il faut chercher son chemin pour atteindre la rivière qui à l’aval s’insinue sous les blocs de la salle. L’amont se parcourt sur une centaine de mètres dans une confortable galerie, on passe ensuite un talus de blocs pour déboucher sur une cascade remontante de 2 m puis sur un puits non escaladé ;

- au nord-ouest, un passage mène rapidement à une cascade de 5 m qui nécessiterait un équipement pour la remonter ;

- au nord, on parcourt un autre amont, puis on traverse un bassin pour escalader une cascade de 2 m. Après celle-ci la galerie se divise en deux branches plus étroites qui n’ont pas été explorées ;

- au nord-est, on retrouve l’aval de la rivière issu des trois branches précédentes et on parcourt une galerie d’une dizaine de mètres de large sur environ 100 m. Elle se termine sur une trémie ascendante où nous n’avons pas trouvé de suite évidente. Peut-être en existe-t-il une au plafond ? [Marc Tremblay]

AUT. VAR (2019)
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Olivier TESTA, Alain MAURICE, Marc GUICHOT, Florence GUILLOT, Cécile PACAUT, Marc FAVERJON, Marc TREMBLAY, Amandine LABORDE, Nicolas FAURE, Emmanuel VITTE, Jessica MORIN-BUOTE, Éric DAVID, Éric LECUYER, Éric MADELAINE, Gilles CONNES.
Topographes
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Nicolas FAURE, Olivier TESTA, Barnabé FOURGOUS, Pascal ORCHAMPT, Emmanuel VITTE, Éric DAVID, Marc TREMBLAY, Florence GUILLOT, Fabien MULLET, Marc FAVERJON, Charles BUTIN, Cécile PACAUT, Alain MAURICE, Gilles CONNES, Jes- sica MORIN-BUOTE, Michel ISNARD, Jean-Pierre BARBARY, Patrick LETOURNEL, Marc SÉCLIER, Marc GUICHOT, Vivien MOINAT, Éric MADELAINE, Silvia ARRICA, Silvère PASTUREAU, LIZIXIN, Éric LECUYER, Thierry MONGÈS, Amandine LABORDE, Daniel BETZ, Olivier JÄRMANN, Christian DELAIRE.
Coordination, rédaction, synthèse topographique et composition :
Jean BOTTAZZI
Spelunca Mémoires n° 39 (2019)
Voyages en terre chinoise tome 5. Expéditions spéléologiques franco-chinoises 2011-2019 dans les grottes de Suiyang Shuanghedong

Analyse : gkc-JPB

7097 caractères - Lu 50 Fois

Bibliographie 1



AUT. VAR (2019)
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Olivier TESTA, Alain MAURICE, Marc GUICHOT, Florence GUILLOT, Cécile PACAUT, Marc FAVERJON, Marc TREMBLAY, Amandine LABORDE, Nicolas FAURE, Emmanuel VITTE, Jessica MORIN-BUOTE, Éric DAVID, Éric LECUYER, Éric MADELAINE, Gilles CONNES.
Topographes
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Nicolas FAURE, Olivier TESTA, Barnabé FOURGOUS, Pascal ORCHAMPT, Emmanuel VITTE, Éric DAVID, Marc TREMBLAY, Florence GUILLOT, Fabien MULLET, Marc FAVERJON, Charles BUTIN, Cécile PACAUT, Alain MAURICE, Gilles CONNES, Jes- sica MORIN-BUOTE, Michel ISNARD, Jean-Pierre BARBARY, Patrick LETOURNEL, Marc SÉCLIER, Marc GUICHOT, Vivien MOINAT, Éric MADELAINE, Silvia ARRICA, Silvère PASTUREAU, LIZIXIN, Éric LECUYER, Thierry MONGÈS, Amandine LABORDE, Daniel BETZ, Olivier JÄRMANN, Christian DELAIRE.
Coordination, rédaction, synthèse topographique et composition :
Jean BOTTAZZI
Spelunca Mémoires n° 39 (2019)
Voyages en terre chinoise tome 5. Expéditions spéléologiques franco-chinoises 2011-2019 dans les grottes de Suiyang Shuanghedong

Source : gkc-JPB


Images 0



Topographie 0




Expédition 2


Cette grotte a été identifiée ou explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche