dong Xiahedong - 下河洞

Détail


est une entrée de :
Baizhangluoshuidong - 摆掌落水洞
Nom de la grotte : Xiahedong - 下河洞
Autres noms : Grotte de la rivière inférieure
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Qiannan 黔南, Pingtang 平塘
Latitude Nord - Longitude Est :
25.62771 - 106.79367
Altitude (m) : 895
Géologie : Trias
2Entrée : Baizhangluoshuidong 摆掌落水洞, Xiahedong 下河洞,

Carte



Description 1



Xiahedong est une grotte située sur le flanc oriental d’une immense doline de 720 m de diamètre. L’entrée en pied de falaise est partiellement obstruée par de gros éboulis de pente, ce qui la rend assez discrète et ce d’autant plus qu’elle est protégée par un mur bâti avec meurtrières. Le violent courant d’air aspirant en période chaude qui parcourt la toute relative “étroiture d’entrée” ne laisse aucun doute sur les possibilités qu’offre la cavité. Nous avons d’ailleurs pu constater que ce phénomène est à l’origine d’un redoutable piège pour les insectes qui se hasardent à voleter devant l’entrée et qui sont littéralement aspirés dans la cavité ! Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, nous avons rencontré dans les premiers élargissements faisant suite à l’entrée, un énorme scolopendre (espèce de mille-pattes géant) de près de 20 centimètres profitant sans aucun doute de ce piège naturel. Les résidus de chitine, ailes de papillons et autres débris d’insectes parsemant le sol, attestent de leur funeste destinée. Pour parfaire l’anecdote, il est à signaler que nous avons tenté de capturer sans succès ce scolopendre, qui a fait preuve d’une étonnante agressivité, nous avons appris par la suite que cette espèce est particulièrement venimeuse !

C’est en descendant dans les éboulis d’entrée que l’on découvre une large galerie ponctuée de gros piliers stalagmitiques pouvant atteindre une vingtaine de mètres de diamètre. Rapidement on se retrouve dans une salle formant carrefour :

Sur la gauche, nous surplombons un vaste puits d’une quarantaine de mètres de diamètre pour une trentaine de profondeur. Une large corniche permet de le contourner partiellement, mais surtout d’atteindre à son extrémité des vires plongeantes par lesquelles il est possible de gagner le point haut de l’énorme éboulis qui constitue le fond du P30. Une corde, au moins par sécurité est tout de même nécessaire. L’éboulis fortement pentu se descend en louvoyant parmi les blocs géants, mais petit à petit, la granulométrie diminue et tandis que la pente s’accentue on se retrouve au sommet d’une verticale d’une vingtaine de mètres. Le bruit de la rivière sous-jacente est de ce point nettement perceptible... En remontant quelques mètres en rive droite de l’éboulis il est possible de s’insinuer entre les blocs et ainsi de gagner par des ressauts et de nouvelles pentes ébouleuses, le pied de la verticale de vingt mètres sans avoir à équiper. Du bas du puits, en partant sur la gauche, on quitte rapidement la zone d’éboulis au profit d’une pente argileuse que l’on descend en essayant d’éviter la glissade. Encore quelques gros blocs à contourner et nous pouvons prendre pied dans la rivière. À l’aval, elle disparaît immédiatement sous les éboulis, sans aucune chance de pouvoir la suivre. À l’amont nous pouvons la remonter facilement, sur une centaine de mètres en utilisant de part et d’autre des plages de graviers entre lesquelles circule l’actif, puis de gros blocs coincés nous contraignent à de petites escalades faciles pour les contourner et une nouvelle descente équivalente pour retrouver l’actif. Nous nous sommes arrêtés à ce point devant un bassin profond dans lequel la rivière chute par une petite cascade. C’est ici qu’arrive la rivière provenant de Baizhangluoshuidong.

Revenons au bas du P20, mais en partant cette fois sur la droite. Une nouvelle descente sur des blocs géants nous oblige à chercher quelque peu notre chemin, pour arriver au point bas actuel de la cavité. À cet endroit, toute suite en aval semble compromise. Pourtant il est possible de s’insinuer entre les blocs, où nous avons gagné quelques mètres. Le passage est ventilé et une corde sera nécessaire pour descendre jusqu’à un plan d’eau qui n’a été qu’aperçu. Du point bas, une galerie volumineuse remonte fortement sur 150 m jusqu’à une gigantesque trémie qui correspond sans aucun doute à une ancienne entrée.

Au bas de la galerie d’entrée, dans la salle carrefour, nous pouvons descendre sur la droite des ressauts concrétionnés, un passage un peu plus raide d’une quinzaine de mètres nécessite une corde, ce qui permet d’arriver rapidement à un puits de plusieurs dizaines de mètres, au fond duquel on perçoit parfaitement le bruit de la rivière. Ce puits n’a pas été descendu, puisque nous savons qu’il retombe dans les parties déjà reconnues.

Enfin, de la salle carrefour, il est possible en partant sur la droite de suivre des vires plus ou moins délicates qui surplombent la partie précédemment décrite. On arrive ainsi à atteindre une galerie supérieure de faible développement, fortement concrétionnée, qui se termine devant une trémie colmatée.

BOTTAZZI, Jean; BARBARY, Jean-Pierre; HUGON, Bruno (2011)
Spelunca Mémoires, n° 35 (2011) : 306 p. 300 photos, 135 topos, 14 cartes (ISBN 978-2-900894-18-7)
Voyages en terre chinoise tome 3 : Expéditions spéléologiques franco-chinoises du P.S.C.J.A. de 2006 à 2010.

Analyse :
Les résultats traités dans cet ouvrage rendent compte des travaux effectués au cours de six expéditions du P.S.C.J.A., toutes agréées par la Fédération Française de Spéléologie, s’étant déroulées de 2006 à 2010, ainsi que d’explorations réalisées sur la même période en marge de ces expéditions. Ce sont en tout plus de 186 km de grottes inédites, principalement situées dans la province du Guizhou. 278 cavités sont citées, dont 253 le sont pour la première fois. Après quelques clefs de lecture et le résumé des expéditions ayant permis toutes ces découvertes, les résultats de ces expéditions sont présentées en 11 chapitres. (JB).

4893 caractères - Lu 218 Fois

Bibliographie 1



BOTTAZZI, Jean; BARBARY, Jean-Pierre; HUGON, Bruno (2011)
Spelunca Mémoires, n° 35 (2011) : 306 p. 300 photos, 135 topos, 14 cartes (ISBN 978-2-900894-18-7)
Voyages en terre chinoise tome 3 : Expéditions spéléologiques franco-chinoises du P.S.C.J.A. de 2006 à 2010.

Les résultats traités dans cet ouvrage rendent compte des travaux effectués au cours de six expéditions du P.S.C.J.A., toutes agréées par la Fédération Française de Spéléologie, s’étant déroulées de 2006 à 2010, ainsi que d’explorations réalisées sur la même période en marge de ces expéditions. Ce sont en tout plus de 186 km de grottes inédites, principalement situées dans la province du Guizhou. 278 cavités sont citées, dont 253 le sont pour la première fois. Après quelques clefs de lecture et le résumé des expéditions ayant permis toutes ces découvertes, les résultats de ces expéditions sont présentées en 11 chapitres. (JB).
Source :


Images 0



Topographie 0




Expédition 2


Cette grotte a été identifiée ou explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche