dong Grotte du bouddha de Kuangshan -

Détail


Nom de la grotte : Grotte du bouddha de Kuangshan -
Autres noms :
Province, Préfecture, District :
Sichuan 四川省, Mianyang 绵阳, Jiangyou
Latitude Nord - Longitude Est :
31.83537 - 104.69727
Altitude (m) : 582
Développement (m) : 0
Profondeur (m) : 0
Profondeur - / + (m) : 0 /
Volume (m3) : 0
Géologie :

3Entrée : Grotte du bouddha de Kuangshan , Entrée des gours en béton , Résurgence ,

Carte



Description 1



Exploration

Visitée par Bernard, Josiane, Rémy, Lulu et Bib le 16 août 2006. Il s’agit d’une grotte aménagée dans le village de Yang You dans les Monts Kuang Shan Il n’était pas possible d’en relever la topographie.

Description

Un panneau d’entrée donne, en anglais, une description de la cavité :

« La cavité doit son nom à la découverte d’une stalagmite, de trois mètres de haut, dans la rivière et qui a la forme de Bouddha Rulai. Formée il y a 227 millions d’années, la grotte de Bouddha a une longueur de 3000 m. Plus de 60 points remarquables sont répartis dans trois salles, deux corridors et dans une rivière souterraine. Il s’agit d’un mystique et magnifique labyrinthe avec de merveilleuses concrétions de formes et de textures différentes. Vous pouvez naviguer sur la rivière souterraine vers Hisfangshing. Ce lieu est réputé comme un lieu de paix et de paradis sous terre. »

Un deuxième panneau indique :

« La grotte de Bouddha, une des plus importantes du parc national géologique de Yang You, est localisée à 31° 50’E et 104° 41’N. La cavité s’est formée entre 227 et 242 millions d’années. En plus d’être un merveilleux univers de concrétions, il s’agit d’un riche site scientifique et de visite. De nombreux paysages géologiques se retrouvent sur ce lieu, formés par l’évolution des cristaux tels que les dépressions, les puits, les piliers de pierres, les forêt de pierres et les grottes.

Les fantastiques stalactites, stalagmites et la rivière souterraine représentent un fantastique livre où le touriste peut apprendre les évolutions géologiques, les phénomènes de corrosions par une rivière souterraine grâce aux sels d’acide chlorhydrique et aux dépôts chimiques intrigants. »

La visite démarre par une vaste entrée et une vaste galerie meublée par diverses statues bouddhistes. Un passage étroit taillé dans une coulée stalagmitique donne accès à la suite de la galerie. Une galerie vers la gauche donne dans une salle qui sert de musée pour exposer, sous forme de statues et de statuettes, des scènes de l’enfer. C’est en fait assez gore avec des exécutions, des scènes de torture et de démembrement. « L’enfer chinois » ne semble guère fréquentable.

La galerie principale redébouche par un grand porche vers l’extérieur. De « magnifiques gours en béton » remplacent l’éboulis d’entrée d’origine. Dans ce nouveau porche d’entrée, il est possible de redescendre vers la gauche dans une nouvelle salle. Elle se poursuit par une galerie de deux à trois mètres de large jusqu’à une vaste salle au sol parfaitement plat (la salle du Dragon). Au fond de la salle, vers la droite, une petite galerie remonte vers une nouvelle entrée au fond d’un petit puits d’une dizaine de mètres facilement escaladable. Cette entrée est fermée par une grille.

Dans la salle précédente, des escaliers permettent d’accéder à un niveau inférieur qui aboutit à une belle petite rivière. Nous n’avons pas parcouru l’amont. D’après le plan schématique affiché à l’entrée de la cavité, l’amont doit être praticable (sentier à côté de la rivière) sur quelques centaines de mètres.

Vers l’aval on progresse également sur des sentiers, traversant deux fois la rivière sur de « jolis ponts chinois » pour aboutir finalement à un embarcadère. Le reste du trajet se poursuit en bateau plat (8 personnes sans compter le batelier armé d’une pelle en guise de rame). Au terme de quelques centaines de mètres de navigation (en chemin, un puits remontant donne sur l’extérieur laissant filtrer un peu de lumière), on débouche, toujours en bateau, dans une belle rivière s’écoulant dans des gorges.

Le développement de 3 km annoncé par le panneau semble assez largement surestimé. Mais le développement d’une cavité dépend largement des topographes et surtout de la manière de topographier. Il est probable qu’une topographie faite à la « manière spéléo » donnerait à peine un peu plus d’un kilomètre de conduit.

Biologie

La salle du Dragon et la galerie active abritent de nombreuses chauves-souris.

Ouvrage collectif, Synthèse Bernard Lips avec la collaboration de Xavier Robert et les corrections de Josiane Lips
Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage 7ème EXPEDITION SPELEOLOGIQUE EN CHINE, Aventures Karstiques Lointaines 2006-n°7. 111 pages
Analyse :

4199 caractères - lu : 0 Fois


Bibliographie 1



Ouvrage collectif, Synthèse Bernard Lips avec la collaboration de Xavier Robert et les corrections de Josiane Lips
Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage 7ème EXPEDITION SPELEOLOGIQUE EN CHINE, Aventures Karstiques Lointaines 2006-n°7. 111 pages

Source :


Images 0



Topographie 1



topographie
Source : Akl

Expédition 1


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche