dong Grotte du poisson chat - 鲶鱼洞

Détail


Nom de la grotte : Grotte du poisson chat - 鲶鱼洞
Autres noms : lian yu dong
Province, Préfecture, District :
Sichuan 四川省, Mianyang 绵阳, Beichuan
Latitude Nord - Longitude Est :
31.90217 - 104.6985
Altitude (m) : 630
Développement (m) : 1 594
Profondeur (m) : 65
Profondeur - / + (m) : 30 / 35
Volume (m3) : 0
Géologie :

1Entrée : Grotte du poisson chat 鲶鱼洞,

Carte



Description 1



Situation

X = 104° 41,91 ; Y = 31° 54,13 ; Z = 630 m

Dans la zone de Beichuan, en aval de la grotte aménagée des singes.

Le porche, situé en rive droite, est bien visible de la route. L’accès se fait soit en traversant à l’aide d’un passeur, soit en empruntant un pont de singe au dessus de la rivière 1 km en aval. Il faut ensuite suivre la piste sur 200 m de dénivelé environ, et après avoir traversé un talweg, prendre une sente au milieu des cultures, menant à un petit hameau, le traverser et descendre vers la rivière. Un sentier bien travaillé mène au porche d’entrée.

Une autre alternative est de mettre les néoprènes et de traverser la rivière à la nage ! Attention au courant !

Exploration

* La cavité est repérée en août 2000 par le Professeur Wan et Maurice Chiron. Ils s’arrêtent sur le plan d’eau siphonnant.

* Le 15 août 2004, reconnaissance et topographie rapide de la zone d’entrée par l’ensemble de l’équipe AKL 04. Bernard Lips, Philippe Sénécal et Xavier Robert, utilisant les trois néoprènes de l’équipe, font une courte incursion dans la rivière.

* Le 17 août 2004, retour dans la cavité de Bernard Lips, Philippe Sénécal et Xavier Robert. Découverte de l’amont du réseau après désobstruction dans une trémie. Arrêt sur siphons, escalade et trémies.

Description

L’ensemble de la cavité est relativement linéaire, d’orientation N 35 environ.

Le porche est aménagé, avec une esplanade confortable et un bouddha. La galerie de belle taille qui lui fait suite bute rapidement sur un plan d’eau siphonnant. En paroi nord, deux départs fortement ventilés se rejoignent et permettent de rejoindre la rivière une centaine de mètres plus loin. Celle-ci peut être suivie en aval, jusqu’à un siphon, et vers l’amont, via une voûte mouillante avec 2 à 3 centimètres de revanche. Elle se shunte en suivant le courant d’air passant par un niveau supérieur, glaiseux à souhait. La galerie continue en demandant de temps en temps des immersions complètes, jusqu’à un grand éboulis. A sa base, en paroi sud, un départ ventilé n’a pas été exploré. Le sommet de cet éboulis correspond au point haut de la cavité. Un passage bas en paroi nord permet de gagner une salle ébouleuse, dans laquelle il faut s’insinuer entre blocs et paroi, avant d’accéder à la chatière désobstruée. Celle-ci, courte, donne dans une immense salle d’effondrement. Du plafond (mesuré à 54 m) arrive, via un puits, une cascade. La descente dans l’éboulis, raide, permet de rejoindre un actif qui se perd en aval dans un siphon. En amont, plusieurs siphons accidentent le parcours du ruisseau, que l’ont peut shunter par des galeries supérieures. Le dernier siphon est lui aussi accompagné d’une galerie supérieure ébouleuse qui bute sur une trémie. Le courant d’air se perd entre la chatière désobstruée et la trémie terminale.

Perspectives

Il faut bien sûr revoir les galeries terminales et fouiller la trémie et les moindres départs pour shunter le siphon. Il faut aussi explorer le départ entrevu mais non visité à la base de la trémie. Et bien sûr fouiller en extérieur pour tomber dans la grande salle par le plafond !

Le potentiel en dénivelé est de l’ordre de 1000 à 1200 m.

Karstologie

La cavité est linéaire, avec des conduits relativement homogènes, mis à part au niveau du grand éboulis qui correspond à un effondrement important.

Une question reste en suspend : la rivière en amont du grand éboulis est 10 m plus bas que le siphon aval, alors que nous sommes dans un amont... Soit il y a une erreur topo (probable), soit, à la faveur de cet éboulis, nous avons accès à un écoulement différent de celui rencontré à l’entrée. L’exploration du départ à la base aval du grand éboulis permettrait peut être de donner une réponse.

LIPS, Bernard; LIPS, Josiane; SCHALK, Yvette; SCHALK, Patrick
Spéléologie au Pays de l’Homme Sauvage ; 6 : 88 p. (5 cartes, 9 dessins, 4 tab., 3 fig., 70 photos, 23 topographies)
Analyse :
6e expédition franco-chinoise de l’AKL en juillet-août 2004 dans le Sichuan et le Hubei (Chine). Liste des participants, compte rendu journalier. Catalogue des 82 cavités (59,2 km topographiés) explorées en 1995, 1997, 2001 et 2004 dans la région de Xing Long, 9 cavités (6,4 km topographiés) dans le district de Tong Jiang, et 4 cavités (5,2 km topographiés) dans le district de Beichuan. Description des cavités vues en 2004 (21 500 m topographiés); grotte des Trois Yeux (Dév.: 10 484 m, dén.: +17 / -167 m), grotte du Dragon (Dév.:10328 m, dén.: +31 / -391 m). Note sur l’exploitation du salpêtre. Biospéologie (193 prélèvements, identification au niveau du groupe). Budget. (FB).

3896 caractères - lu : 0 Fois


Bibliographie 1



LIPS, Bernard; LIPS, Josiane; SCHALK, Yvette; SCHALK, Patrick
Spéléologie au Pays de l’Homme Sauvage ; 6 : 88 p. (5 cartes, 9 dessins, 4 tab., 3 fig., 70 photos, 23 topographies)
6e expédition franco-chinoise de l’AKL en juillet-août 2004 dans le Sichuan et le Hubei (Chine). Liste des participants, compte rendu journalier. Catalogue des 82 cavités (59,2 km topographiés) explorées en 1995, 1997, 2001 et 2004 dans la région de Xing Long, 9 cavités (6,4 km topographiés) dans le district de Tong Jiang, et 4 cavités (5,2 km topographiés) dans le district de Beichuan. Description des cavités vues en 2004 (21 500 m topographiés); grotte des Trois Yeux (Dév.: 10 484 m, dén.: +17 / -167 m), grotte du Dragon (Dév.:10328 m, dén.: +31 / -391 m). Note sur l’exploitation du salpêtre. Biospéologie (193 prélèvements, identification au niveau du groupe). Budget. (FB).
Source :


Images 0



Topographie 1



topographie
Source : Akl

Expédition 1


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche