dong Pengjiayuanzi - 彭家院子

"BOTTAZZI, Jean; LI, Po; FAURE, Nicolas; SANSON, Eric; BOUGNOL, Aymeric; HE, Wei; ZHU, Wenxiao"
Spelunca Mémoires, n° 30 : Voyages en terre chinoise tome 2 : Chapitre 1
Analyse :
Le réseau de Shuanghe se trouve sur le district de Suiyang (Guizhou, Chine). Il se développe dans les dolomies d'un plateau de 78 km2 et de 700 à 1700m d'altitude. 100 entrées y sont inventoriées dont 64 topographiées. La complexe réseau de Shuanghe, 85 km, possède 27 entrées et trois rivières principales. Les paramètres lithologiques, structurels et hydrologiques, et spécialement le niveau de gypse inclu dans la stratification, déterminent le développement de ces grottes dont la formation peut être décomposée en quatre phases. Nous présentons ici la description du massif, l’inventaire des cavités, une approche des facteurs génétiques et les résultats des expéditions 2004 et 2005. (Author, BJ).

a. Pēngjiāyuànzĭ

Cour de la Famille Peng (Sui 0407)

L'entrée basse, 1x3 m, petit courant d'air aspirant, conduit immédiatement à une grande salle qui se poursuit par une galerie plate concrétionnée, deux passages bas de plafond viennent ralentir la progression. Après 200 m, le sol se dérobe au niveau d'une petite arrivée d'eau. La galerie s'abaisse ensuite à 1 m de haut. Une arrivée d'eau sur la gauche crée un étage inférieur impénétrable. La suite est peu engageante, de dimension modeste (0,60 m par 1 m environ) aux parois enduites de boue. Nous pouvons observer des traces de griffes un peu partout. Pas de courant d'air. Nous sommes à –32 m par rapport à l'entrée.

Au premier carrefour à droite, après avoir traversé une barrière de concrétions, le plafond s'abaisse sévèrement pour former un laminoir à 20 mètres du carrefour.

Les anciens disent que la grotte va très loin. [Nicolas Faure, Eric Sanson]

951 caractères - lu : 9 Fois




Analyse :

Pengjiayuanzi (17)
Accès: on peut se rendre par des pistes bétonnées au hameau nommé 槽口田 Caokoutian. De là, monter la combe juste au col, situé après la grande doline d’ effondrement de Shanwangdong, puis redescendre au lieu-dit 湾里 Wanli où il faut passer dans une étable pour descendre dans le talweg qui part à l’est. La pente s’accentue à l’approche d’une gorge, lorsqu’on franchit une petite barre de falaise et on voit un sentier qui part à gauche à sa base. On le suit, il descend d’un cran et aboutit rapidement à la grotte, à 60 m du talweg.
Description : l’entrée basse, 1x3 m, petit courant d’air aspirant, conduit immédiatement à une grande salle qui se poursuit par une galerie plate concrétionnée. Deux passages bas de plafond viennent ralentir la progression. Après 200m, le sol se dérobe au niveau d’une petite arrivée d’eau. La galerie s’abaisse ensuite à 1 m de haut. Une arrivée d’eau sur la gauche crée un étage inférieur impénétrable. La suite est peu engageante, de dimensions modestes - 0,6x1 m environ - et les parois sont enduites de boue. Nous pouvons observer des traces de griffes un peu partout. Une étroiture a été franchie pour arriver 10 m plus loin à un terminus définitif, étroit et colmaté, à la profondeur de 33 m. Au premier carrefour à droite, après avoir traversé une barrière de concrétions, le plafond s’abaisse sévèrement pour former un laminoir à 20 m du carrefour. Ce laminoir se dirige vers une ancienne sortie bouchée par effondrement, il ne subsiste aucun passage. Dans la salle d’entrée, sur la gauche, il y a deux ruisselets arrivant de passages en hauteur dont l’un semble pénétrable. Ils se perdent dans un effondrement avec deux issues, l’une active et l’autre fossile, mais toutes deux deviennent trop étroites pour être explorées. Le courant d’air de la cavité s’engouffre entièrement dans ces boyaux. [Nicolas Faure, Éric Sanson, Jean Bottazzi]

2004 caractères - lu : 18 Fois




Recherche