dong Bailongdong - 白龙洞

8. Bailongdong (8)
C’est une résurgence temporaire en bord de rivière donnant accès à une rivière et un gros réseau fossile.
Cette grotte a été explorée en 2000 par une équipe de spéléologues italiens sur 2840 m et 129 m de dénivelé. Ils ont donc poussé l’exploration bien plus loin que nous mais nous ne l’avons su qu’après notre retour en France. Nous ne donnons donc ici qu’une topographie et une description sommaires et partielles de la partie que nous avons visitée.
a. Accès
Depuis le village de Budi prendre la route des mines de charbon, la première produit 90 000 tonnes par an, la deuxième 150 000 tonnes par an. Une route de terre monte dans la montagne, passe un col et redescend dans une vallée. Après environ une demi- heure de route, on laisse la voiture et on poursuit sur le flanc droit de la vallée. On retrouve une rivière en contrebas qui part vers l’ouest, on la suit de haut en passant quelques maisons, puis il faut quitter le chemin en descendant. Arrivé presque au niveau de la rivière, on revient brièvement en arrière pour atteindre le porche d’entrée juste au-dessus de la rivière. Il faut compter quinze minutes de marche.
b. Description
Le porche d’entrée fait 3m de haut par 4m de large. Il est entièrement muré de pierres sèches pour protéger les concrétions qui ont déjà été bien abîmées. Un passage est rapidement ouvert dans le haut du mur, libérant un courant d’air de 2m3/s..
La galerie qui suit semble être le lit d’une petite rivière temporaire. La grotte a été exploitée par l’homme, on retrouve des bassins et un chemin de progression.
Après une zone où des départs en paroi forment un labyrinthe, on débouche dans une portion de galerie plus grosse noyée dans le brouillard. Un départ sur la droite ne semble pas continuer et n’explique pas ce brouillard. Progressivement nous voyons apparaître une petite rivière. Elle part dans un méandre sur la gauche tandis que la galerie fossile monte. Un départ potentiel important en haut d’une coulée de calcite n’a pas été vu.
La galerie recoupe la rivière, obligeant à passer sur l’autre rive par un pas exposé. Un peu plus loin une coulée de calcite avec des marches mal taillées permet de quitter la rivière pour une grosse galerie fossile. La suite de la rivière n’a pas été vue. Selon les autochtones, elle demande un bateau.
Plusieurs départs semblent rejoindre la rivière. En remontant, il y a un départ sur la droite arrivant sur une zone complexe et calcitée. En remontant la grosse galerie dans des très gros blocs, on vient buter sur une coulée de calcite, la suite semble être une belle galerie sur la gauche, ou un ressaut de deux mètres avec une étroiture ventilée. [Eric Sanson]

BOTTAZZI, Jean; BARBARY, Jean-Pierre; HUGON, Bruno (2011)
Spelunca Mémoires, n° 35 (2011) : 306 p. 300 photos, 135 topos, 14 cartes (ISBN 978-2-900894-18-7) Voyages en terre chinoise tome 3 : Expéditions spéléologiques franco-chinoises du P.S.C.J.A. de 2006 à 2010.
Analyse :
Les résultats traités dans cet ouvrage rendent compte des travaux effectués au cours de six expéditions du P.S.C.J.A., toutes agréées par la Fédération Française de Spéléologie, s’étant déroulées de 2006 à 2010, ainsi que d’explorations réalisées sur la même période en marge de ces expéditions. Ce sont en tout plus de 186 km de grottes inédites, principalement situées dans la province du Guizhou. 278 cavités sont citées, dont 253 le sont pour la première fois. Après quelques clefs de lecture et le résumé des expéditions ayant permis toutes ces découvertes, les résultats de ces expéditions sont présentées en 11 chapitres. (JB).

2791 caractères - lu : 26 Fois




Recherche