dong Tianjiaodaxiaokeng - 田叫大消坑

Accès : il convient de monter en voiture par une piste bétonnée jusqu’au virage en épingle à cheveu qui précède le hameau de Zhaizishan 寨子山. On poursuit à pied sur environ 500 m vers le nord sans prendre de dénivelé, en passant par les quelques fermes du hameau de Tianjiao 田叫, pour s’approcher du canyon large et profond nommé Dawulong. À peine entré dans la forêt, prendre un sentier sur la gauche. Il avance en bordure au-dessus d’un poljé. L’entrée de Tianjiaodaxiaokeng apparait rapidement sur la gauche du sentier.

Description : deux petites cascades se perdent dans le vaste puits d’entrée, profond d’une dizaine de mètres. L’éboulis semble en boucher le fond, mais il n’en est rien. Au contraire, la galerie s’agrandit et le fort courant d’air laisse espérer les continuations les plus prometteuses. Une fracture permet de descendre au-dessous d’une couche schisteuse. En circulant dedans, on peut descendre sans corde jusqu’à une polie petite galerie menant à un P8, suivi d’un P15. On peut alors suivre au sud-est et descendre progressivement dans la fracture. On passe alors sous un puits d’où tombe un petit actif, on descend un R9 puis on revient sous l’actif descendre un P12 un peu arrosé. La suite praticable est une petite galerie fossile creusée de larges marmites. On descend finalement d’un cran dans une zone où le petit actif retrouvé devient impénétrable. Des boyaux fossiles ont été fouillés, l’un d’eux pourrait continuer en cassant la roche.
En bas du P15, une bonne moitié du courant d’air part au nord-ouest. Une galerie sur fracture, horizontale, permet de retrouver l’eau de la perte et d’arriver à un puits très ventilé et arrosé. Un peu plus loin dans la fracture, qui devient étroite dans cette direction, un P15 permet de descendre au sec et d’atteindre un P27 que l’on peut équiper sans trop se mouiller. En bas, la fouille d’un labyrinthe de boyaux a permit d’atteindre la suite active et ventilée avec un P20 arrosé et un petit puits sec.
L’exploration de ce trou est à reprendre par temps sec en espérant que le P20 soit suivit de passages pénétrables. La direction du courant d’air nous indique que, par temps froid, il part vers des entrées supérieures, ce qui est à la fois décevant et déconcertant mais peut être du aux chutes d’eau dans la fracture. [Jean Bottazzi]



Analyse :

2435 caractères - Lu 110 Fois




Recherche