dong Xiaolongfeng - 小龙缝

Accès : Depuis Shuanghe en direction de Wenquan, un peu après le petit temple sous la falaise en bord de route, une petite route bétonnée sur la droite pénètre une vallée latérale par sa rive gauche. Au fond de la val, la montée est très raide. Prendre à droite dans le premier village. Suivre la route principale sur plus de 1 km, puis prendre à droite aux deux bifurcations que l'on rencontre. Après une montée en lacets suivre une longue combe jusqu'à un col où se trouve le hameau de 烂泥垭 Laniya. Au col, prendre à gauche. La route longe une gorge profonde. Se garer lorsqu’elle la traverse, environ 2 km plus loin. Derrière une maison récemment construite, monter dans les plantations de bambou puis, dans la forêt, sur l’arête qui sépare une combe secondaire perchée de la combe principale. passer de préférence sur la droite de l’arête pour trouver l’entrée qui consiste en deux puits sur fracture.
Description : L’entrée se situe dans l’étage ordovicien Meitan. Elle consiste en un P28 sur fracture avec un palier à -7 m et une petite ouverture supérieure.
En bas du P28, on franchit une couche de silex. Il faut ramper un peu pour déboucher dans un passage plus important. L’aval, un laminoir, débouche sur une petite salle et tombe en cascade dans un P66 sous un énorme rocher.
Ce puits s’équipe hors crue par une descente en fil d’araignée de 66m. Il est suivit d’un P36. On arrive sur une rivière plus importante, provenant d’un puits remontant de plus de 50 m. L’aval suit une épaisse couche de schistes et présente d’autres affluents. Il s’écoule sur plus de 800 m nord-est. On rencontre alors des éboulis dus à la proximité d’une combe. Le courant d’air qui circule dans l’étroit passage terminal n’indique peut-être que la proximité d’une sortie.
Une lucarne dans le P66 dévoile coté aval un petit réseau de petits méandres et puits larges, ronds mais peu profonds. Il serait difficile d’en faire une exploration exhaustive et le courant d’air est faible et diffus. La branche principale débouche en haut d’un puits qui, d’après sa position et sa profondeur sondée, rejoint probablement la rivière située juste au-dessous.
Le coté amont est également complexe. Par un P7 qui, si on continuait la descente, déboucherait en hauteur dans le P36, on atteint un méandre fossile dont l’aval comme l’amont pourraient être poursuivis. L’aval par un méandre plutôt petit. Pour ce qui est de l’amont, en dehors de la branche qui rejoint Shuanghedong, il se divise en branches étroites, pas toutes impénétrables, et plusieur puits sont restés inexplorés.
La jonction avec Shuanghedong est plutôt difficile à trouver. En bas du P7, en suivant le courant d’air et en restant dans les passages supérieurs, un gros puits, actif, barre la route. Il a fallu le traverser par une escalade point par point pour accéder à un pont qui a permit d’équiper un pendule. Toujours en adoptant la même stratégie, on franchit en opposition ou en vire d’autres puits volumineux, fossiles et actif et on débouche dans une petite salle où l’on perd le courant d’air. La suite est un P47 fossile parcourue dans toute sa hauteur par une grosse coulée de calcite fortement recreusée qui procure un effet visuel unique. On peut accéder à ce puits par l’une des 2 fractures qui précèdent la salle. Par manque de corde, la solution retenue lors de l’exploration a été la descente dans le méandre actif qui circule sous la salle et présente quelques zones praticables en opposition. On prend alors pied sur la couche épaisse de schistes dans une galerie de plus de 15 m de large. L’amont butte sur un passage étroit à cause d’une strate décollée. Un gros courant d’air soufflant vient de là en été. L’aval descend en pente raide jusqu’en bas du P47. Le pied de la coulée obstrue tout, sauf un petit passage recreusé donnant accès à un P28 avec un fort courant d’air aspirant en hivers. Ce puits est inexploré. Au pied du P47, les lames d’érosions dans la calcite recreusée invitent à une escalade pour observer une petite lucarne. Elle conduit presque immédiatement à une fracture parallèle avec une autre galerie sur les schistes. Sur la droite, le creusement de la coulée par une arrivée d’eau forme un puits. Sur la gauche, un méandre de 10 cm procure les prises de pieds nécessaire à la descente de la coulée. La galerie qui suit, large d’une dizaine de mètres, avance en pente douce sur les schistes. Elle présente des stalagmites et des grosses colonnes. Le sol est souvent accidenté par des soutirages qui restent à inspecter. Le courant d’air est fort et descendant par temps chaud jusqu’à un ultime soutirage percé d’un puits profond. Une trémie vient alors obstruer toute la galerie. Toute ? Non, car un petit boyau, parcouru par un courant d’air inversé, plus chaud et humide mène rapidement à la galerie des schistes verts de Yanmingdawanlitoudaxiaokeng. Ce qui fait de Xiaolongfeng, découverte en regardant le paysage un jour de grand froid, la 80ieme entrée du réseau de Shuanghedong.
Les puits laissés inexplorés méritent qu’on s’y attarde car ils pourraient donner, selon lequel, accès à : une 3ieme rivière sur l’épaisse couche de schistes, le haut du puits du rêve dans Pixiaodong ou l’amont de la galerie du strontium dan Pixiaodong. Par ailleurs, la salle en haut du P47 présente des petits affluents qui pourraient provenir de pertes dans Yanmingdawanhoutoudafengdong qui passe environ 40 m plus haut.
La superposition des rivières sur la couche épaisse se schistes et les grandes galeries fossiles de Pixiaodong est saisissante. Le creusement de la galerie méandriforme qui passe de l’une à l’autre est un peu surprenant : il circule comme si les grandes fractures n’avaient jamais existé. Elle est disposée soit en sommet de puits, soit coupée à l’emporte pièce mais ne présente pas de forme d’érosion particulière pouvant évoquer qu’ils aient soutiré le cour d’eau qui l’ont formé. La grande coulée du P47 est visuellement tout à fait exceptionnelle car l’érosion dévoile sa stratification sur plusieurs mètres.
On observe des fossiles (oncocerida ? ) dans les strates depuis l’entrée jusqu’en haut du P66.
[Jean Bottazzi]



Analyse :

6417 caractères - Lu 38 Fois




Recherche