dong Fengchekou - 风车口

Accès :
En approchant de Hejiadaping, on remarque une retenue d’eau sur la droite. Prendre à gauche et aller jusqu’à la dernière maison. Prendre le sentier qui débute derrière. Il passe devant Hejiadapingdong dont on remarque le courant d’air, traverse un champ et rejoint le lit d’un torrent. Remonter ce torrent sur 300 m. Les petites grottes que l’on voit à droite puis à gauche sont sans intérêt. Le lit du torrent rencontre la fracture venant de Hejiadapingshuidong. L’entrée s’ouvre à moins de 100 m de ce point. C’est un porche de 28 m de haut et 5 m de large.
Description :
A peine entré, on remarque une grosse cheminée qui débouche en surface. Le courant d’air froid vient d’un puits de 6 m au départ resserré. En bas, on prend pied dans une galerie. La boue nous indique que la grotte est souvent noyée. Notre exploration a été facilité par une période de sécheresse. Dans une salle située 80 m plus loin, une autre cheminée remontante laisse apercevoir la lumière extérieure. Sa hauteur n’a pas pu être mesurée. Elle avoisine probablement 100 m. A partir de cette salle, on descend jusqu’au niveau d’un petit écoulement pérenne de moins de 10 l/s. Il traverse la galerie d’un passage impénétrable à un autre. Ce même écoulement se retrouve 40 m plus loin, à un autre point bas, mais forme une laisse d’eau profonde de 1 à 2 m. Le courant d’air est toujours très fort. On monte dans une salle qui offre un dernier accès à la rivière, au fond d’une descente et sous forme d’un siphon au-dessus duquel passe un courant d’air. Ces trois points bas sont à la même altitude et il est possible qu’une petite pluie suffisse à les rendre tous infranchissables.
Au-dessus du siphon, des pentes de boue permettent de poursuivre la fracture. Il faut alors avancer dans une boue sableuse et très liquide. On atteint ainsi un puits de 9 m en bas duquel le courant d’air est perdu. Il passe probablement au-dessus.
La suite est à chercher par le siphon.
[Jean Bottazzi]



Analyse :

2056 caractères - Lu 108 Fois




Recherche