dong Tiandong -

Situation
A partir de Long Tian Dong, il faut continuer la route sur quelques kilomètres. On passe un petit col et une assez large vallée se développe vers la droite de la route. Laissant le bus au bord de la route, nous avons continué sur un chemin carrossable. Après 10 min de marche et après avoir laissé quelques fermes en contrebas sur la droite, il faut prendre un petit sentier qui grimpe en flanc de montagne sur la gauche. Après 10 min de marche, le sentier recoupe le lit à sec de la rivière qui se perd, lors des crues, dans le gouffre.
Exploration
* Jeudi 11 août, le guide qui a montré la grotte du Soleil et la grotte Sans Nom, mène l’équipe à une troisième cavité après quelques kilomètres de voiture et environ 20 min à pied. Un magnifique gouffre s’ouvre dans un beau lapiaz et sert de perte à une rivière heureusement à sec.
* Vendredi 12 août, Vincent Routhieau, Christian Locatelli, Frédéric
Delègue en font
l’exploration. Lulu reste
en surface. Plusieurs villageois les accompagnent jusqu'au gouffre. L'utilisation du perfo permet d’accéder rapidement à la base du puits.
L’exploration est assez vite arrêtée dans un méandre impénétrable. Déséquipement et topographie à la remontée. TPST : 4 h
Description
L'entrée du gouffre est une perte temporaire située dans une zone de lapiaz dans un petit talweg à flanc de montagne. Un P67 en diaclase, fractionné en trois parties, permet d'accéder à un niveau horizontal. Des débris végétaux (branches, feuilles, humus et quelques déchets) jonchent le sol. Quelques mètres de progression permettent d'accéder à une salle circulaire avec un plafond comprenant de nombreux coups de gouge et point bas de la cavité à -67 m.. Le sol est constitué d'une épaisse couche de sable fin.
Cette salle donne accès à une vasque profonde remplie de têtards transparents. L'équipement d'une main courante en vire au-dessus de la vasque permet de continuer sans avoir à nager dans l’eau froide.
Un talus de sable-argile remontant de 2 à 3 m permet de rejoindre une 1ère chatière menant à une petite salle en forme d'igloo. Une 2ème chatière conduit à une nouvelle salle qui se termine sur un méandre légèrement descendant et rapidement impénétrable à -56 m par rapport à l’entrée. Le courant d'air soufflant est toujours présent. Des traces de mises en charge sont visibles assez haut. La rivière continue certainement en direction d’un collecteur mais une désobstruction à l'explosif est nécessaire pour pouvoir continuer.

Par Vincent Routhieau

Ouvrage collectif, Synthèse Bernard Lips avec la collaboration de Vincent Routhieau et les corrections de Françoise Poggia et de Josiane Lips
Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage 9 ème EXPEDITION SPELEOLOGIQUE EN CHINE, Aventures Karstiques Lointaines 2011-n°9. 114 pages
Analyse :

2589 caractères - Lu 98 Fois




Recherche