Chargement de fichiers

ch_02 : Karstologia Mémoire n° 9 : 2004@https://www.grottes-et-karsts.org/telecharge/ch_02.pdf

Taille du fichier : 2.7 MB

Version : 1

Date de chargement sur le serveur : 31-01-2007 00:00

Chargements : 1 442

Catégorie : Livre

Description : Voyages en terre chinoise - Karstologia Mémoire n° 9 : 2004 - Chapitre 2 : Explorations dans le district de Liuzhi, province du Guizhou Version du 25/04/2004 Résumé : Le karst du plateau de Xingchang est situé dans le district de Liuzhi, à  l’ouest du Guizhou, dans une région pauvre, mais présentant une histoire géologique et humaine d’une remarquable richesse. Ici, en 1997, 1998 et 2001, nous avons exploré 22 km de galeries dans quatre réseaux remarquables. Le plateau, situé vers 1 500 m d’altitude, correspond au rebord ouest du synclinal triasique de Baixing. Il est traversé d’ouest en est par deux systèmes pertes / résurgences dont les bassins d’alimentation sont localisés dans les terrains impermables du Permien. Le premier système, au nord, est celui de la Gaoluhe. Il donne directement accès à  un réseau exploré sur 12 km environ, avec une traversée allant de la perte actuelle à  la résurgence temporaire de trop-plein appelée Ganlondong. Situé 2 km au nord-ouest, le réseau fossile de Wuliudaxiaodong, connu sur plus de 4 km, est probablement un maillon important de l’ancien système de la Gaoluhe. A une période encore indéterminée, la rivière de surface traversait le plateau de part en part à  la faveur des couches argileuses recouvrant les calcaires et dolomies du Trias inférieur. Puis, la rivière s’est enfouie dans une cavité dont l’entrée est aujourd’hui masquée par l’érosion. Cette grotte constitue donc le premier parcours souterrain connu de la Gaoluhe. Au sud, le système de la Heitanghe débute par une perte impénétrable. Cependant, la rivière souterraine apparaît furtivement, à  deux reprises, dans la grotte de Liangjiadong, connue sur plus de 2 km. Cette vaste grotte présente le tracé du paléocollecteur perché 50 à  100 m au-dessus de la rivière, mais fortement transformée par les effondrements de la voûte. Le réseau fossile de Fujiadadong, de 5 km de développement, correspond probablement au prolongement nord-est de ce paléodrain de l’ancien système de la Heitanghe. Aujourd’hui, le système a migré vers l’est en direction d’une résurgence qui n’est pas encore localisée. La géométrie des systèmes et paléosystèmes karstiques, dont on ne connaît que quelques maillons disposés en patte d’oie, suggère une évolution spatiale et temporelle par migration des systèmes vers l’est en fonction de la surrection tectonique et du creusement des vallées. La possibilité de jonctions spéléologiques entre les différents réseaux n’est ni évidente, ni exclue. En outre, l’intérêt humain des ces grottes géantes doit être souligné à  propos de leur exploitation, notamment pour les nitrates et le gypse, mais aussi pour leur fonction de grotte-forteresse. C’est le cas de Fujiadadong et surtout de Anjiadong qui a été, en 1950, le théà¢tre d’un combat funeste entre l’Armée Populaire de Libération et les “brigands” assiégés. Mots-clés : Guizhou, Liuzhi, Sanchahe, perte, résurgence, grotte-forteresse, nitrate, gypse, opium.

Auteur : 

Page d'accueil :