Chargement de fichiers

Spelunca Mémoires n°35 : 2011 - Chapitre 9@https://www.grottes-et-karsts.org/telecharge/t3_229_240_chap09.pdf

Taille du fichier : 0 B

Version : 1

Date de chargement sur le serveur : 04-02-2021 00:00

Chargements : 255

Catégorie : Livre

Description : 

Voyages en terre chinoise tome 3
Expéditions spéléologiques franco-chinoises 2006-2010 (GUIZHOU, GUANGXI, CHONGQING, BEIJING, SHANDONG)
Chapitre 9

Explorations spéléologiques à  Bailidujuan.

Jean BOTTAZZI 1, Eric SANSON 2, Guillaume BARBIER 3.

Lors de l’expédition Guizhou 2010, nous avons abordé une zone nouvelle dans les deux sens du terme. Tout d’abord parce qu’aucune expédition d’exploration ne s’y était encore déroulée en dehors de l’expédition italienne ayant exploré Baimadong et ensuite parce que les paysages que nous y avons rencontrés diffèrent des habituels pitons envahis d’une végétation luxuriante ou cultivés jusque dans les recoins les plus extrêmes.

Bailidujuan, mot à  mot, se traduit par cent li* d’azalées. C’est le nom donné à  une unité administrative auto-proclamée, pour le moment soutenue par la province du Guizhou mais non reconnue par le gouvernement chinois, créée à  la limite entre les districts de Qianxi et de Dafang dans la préfecture de Bijie.

Peu peuplé et riche en charbon, ce secteur entend se consacrer au tourisme de masse en s’appuyant sur les azalées qui sont extrêmement abondantes.

Les pelouses en altitude et les grottes présentent un peu partout sont d’autres atouts de développement.Le karst de Bailidujuan s’élève jusqu’à  2000m d’altitude dans le Trias alors que les vallées les plus basses sont à  1500 m, dans le Trias au sud et dans le Cambrien à  l’est.

Les grottes que nous avons pu explorer sont essentiellement à  la limite entre Permien et Carbonifère, avec pour exception la résurgence temporaire de Bailongdong qui s’ouvre dans le Trias.

Nos investigations ont été trop parcellaires et les documents auxquels nous avons eu accès trop imprécis, pour arriver à  déterminer une organisation globale des réseaux souterrains. Un drain majeur a été atteint à  Xiangshuidong. Il semble s’écouler vers une résurgence identifiée au nord-est. Les autres cavités semblent plutôt influencées par un pendage sud-ouest. Pour le moment, seule l’apparente continuité de ce plateau massif surmonté de petits pitons et peu découpé par les vallées nous laisse imaginer un réseau souterrain important.

Auteur : collectif PSCJA/GKC

Page d'accueil : https://www.grottes-et-karsts-de-chine.org