dong Luoshuikong - 落水孔

Détail


Luoshuikong est une entrée de :
Shuanghedongqun - 双河洞
Nom de la grotte : Luoshuikong - 落水孔
Autres noms : Puits de la perte
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Zunyi Shi 遵义市, Suiyang 绥阳
Latitude Nord - Longitude Est :
28.268212 - 107.243865
Altitude (m) : 1254
Géologie : Ordovicien inférieur O1t (Tongzi) + O1h (Honghuayuan)

82Entrée : Shanlindong (est) 衫林洞, Shigaodong (est) 石膏洞, Luojiaodong 罗教洞, Hejiaodong 何教洞, Mahuangdong 麻黄洞, Longtanzishuidong 龙潭子水洞, Hongzhaozidong 红罩子洞, Shuanghedongqun 双河洞, Pixiaodong 皮硝洞, Xiadong 下洞, Yinhedong 阴河洞, Zengjiaodong 曾教洞, Tuanduiwoshuidong 团堆窝水洞, Xiangshuidong 响水洞, Dafengdong 大风洞, Luoshuikong 落水孔, Shanwangdong 山王洞, Duiwodong 堆窝洞 , Xionghuatangdong 熊华塘洞, Xinjiawandaxiaokeng 辛家湾大消坑, Xinjiawanliangfengdong 凉风洞, Shuidong 水洞, Xiaolongdong 小龙洞, Huangghuatoudong 黄瓜头洞, Datudong 大土洞, Zichaowodong 紫巢窝洞, Shanlindong (ouest) 衫林洞, Shigaodong (ouest) 石膏洞, Wenjiadong 文家洞, Tonggupixiaodong 铜鼓皮硝洞, Shangdong 上洞, Xiaoshuidong 小水洞, Huangjiawandong 黄家湾洞, Daqingxiaokengdong 大庆消坑洞, Dawujidafengdong 大屋基大风洞, Mashagouxiaoshuidong 麻沙沟消水洞, Xiaokengwandaxiaokeng 消坑湾大消坑, Goujiaopianfengdong 狗叫片风洞, Zhangjiaowanliangfengdong 张教湾亮风洞, Huangjiawandafengdong 黄家弯大风洞, Dongtiankeng 洞天坑, Laoxiaodong 老硝洞, Shanwangshangdong 山王上洞, Wachangbaodong 瓦厂堡洞, Eryanghuagoubanpodafengdong 二羊花沟半坡大风洞, Luojiaodongerkou2 罗教洞2, Taozishuwanxiaokeng 桃子树弯小坑, Liexiongxiaokeng 猎熊消坑, Shimengzitiebiedafengdong 石萌子特别大风洞, Datiantangdafengdong 大田塘大风洞, Datianwandaxiaokeng 大田湾大消坑, Mahuangdong2 麻黄洞2, Qingganglinfengdong 青岗林风洞, Dongbaoyakoudong 洞堡垭口洞, Yangjiagoudaxiaokeng 杨家沟大消坑, Yangjiagoudaxiaokeng2 杨家沟大消坑2, Suanzaodong 酸枣洞, Suanzaodong 2 酸枣洞 2, Suanzaodong 3 酸枣洞 3, Datutianjiaodafengdong 大土田角大风洞, Datutianjiaodafengdong2 大土田角大风洞2, Lukanjiadafengdong 路坎甲大风洞, Luosuishidang 落燧石凼, Chalindafengdong 茶林大风洞, Bajiaoshudafengdong 消坑湾巴蕉树大风洞, Xiaofengdong 小风洞, Xiaokengdangdafengdong 消坑凼大风洞 , Xiaokengdangdafengdong 2 消坑凼大风洞 2, Chuandongwanshenxiandong 穿洞湾神仙洞, Chuandongwanshenxiandong 2 穿洞湾神仙洞 2, Xiangshuidong 2 响水洞 2, Yanghuzihoudafengdong 羊胡子后大风洞, Yanmingdawanlitoudaxiaokeng 岩明大湾里头大消坑, Longtanzishuidong 龙潭子水洞, Shanlindong (ouest 2) 衫林洞, Yanmingdawandahuoyan 岩明大湾大火岩, Huotudong 火土洞, Huotudong 2 火土洞 2, Huotudong 3 火土洞 3, Zhanjiaochuandong 湛教穿洞, Xiaolongfeng 小龙缝, Hongdingyan 红顶岩,

Carte



Description 1



Luoshuikong (55)

Explorée en 2003 et identifiée comme prometteuse, cette grotte est restée treize ans sans qu’on lui rende visite. Il a fallu d’abord retrouver l’entrée, ses coordonnées étant fausses et la description de son accès se référant à des points de repères insuffisamment significatifs.

En 2015, une jonction a été établie avec un système exploré en 2008 et comportant Mashagouxiaoshuidong, Goujiaopianfengdong et Xiaokengwandaxiaokeng (cf : voyages en terre chinoise tome 3, chapitre 8, page 212).

Luoshuikong - cinq entrées, 2,8 km - est également formé dans l’Ordovicien et au-dessus d’une couche de schistes argileux verts.

Accès : trouver l’entrée de Luoshuikong est désormais relativement aisé. En effet, une piste semi-carrossable monte depuis la vallée de Shuanghe presque jusqu’au sommet du massif où se trouve le monastère de Jinzhongshan. Il faut suivre scrupuleusement cette piste et se garer au tout premier col après l’embranchement menant à Dawan, donc le premier endroit où cette piste amorce une descente et qui correspond d’ailleurs à une bifurcation. De là, on descend à pied en direction d’une grande ouvala. On passe à proximité d’un puits, qui nous a été indiqué sous le nom désespérément long de Luoshuikongyakoulukanjiadafengdong que nous avons tronqué, enlevant « Luoshuikongyakou », qui signifie « col de Luoshuikong» et semble donc plutôt indiquer une position. En hiver, une puissante colonne d’air chaud provoque une grande colonne de fumée au-dessus de ce puits. Plus bas, 30 m environ, on est à l’entrée de Luoshuikong. La perte active de l’ouvala, située à peine plus bas, est impénétrable.

Jonction avec Mashagouxiaoshuidong

La galerie d’entrée, large de 6m et haute de 2m, passe à côté du puits de Lukanjiadafengdong débouchant en surface 35 m plus haut. Ce puits sur fracture descend également, d’ une vingtaine de mètres. En bas, on trouve une rivière de l’ordre de 1l/s. L’amont ne peut pas être poursuivi très loin, il se divise en continuations étroites et boueuses. L’aval suit la fracture. Au bout de 50 m environ, on trouve un petit affluent qui peut être remonté de 50 m également. L’aval mène à une cascade de 6 m bientôt suivie d’une cascade de 4m. On rejoint ici l’amont exploré dans Mashagouxiaoshuidong. [Jean Bottazzi]

Aval de Luoshuikong

De l’entrée, longer la paroi de gauche pour atteindre le premier puits-toboggan (P10). Nous arrivons dans la rivière de la perte que l’on peut observer à l’extérieur. On peut la remonter jusqu’à une trémie. En aval, le parcours est très humide. On passe sous des cascades tombant du plafond, un parapluie est utile pour ne pas être complètement trempé. L’eau ne dépasse jamais les bottes si l’on veut l’éviter. Le P21 est un peu délicat à équiper. On pourra rajouter des points pour prolonger la vire et ainsi éviter la douche si l’on se loupe dans la désescalade vers les amarrages naturels qui suivent. La déviation est éloignée, il faut «grattonner» pour l’atteindre.

Après une grande ligne droite, la rivière se perd dans une trémie. Un passage franchissant cet obstacle par un laminoir, un ressaut et un jeu de fissure a été trouvé, mais en crue, il peut être préférable de revenir en arrière pour monter sur une banquette en rive droite. Le fond de la banquette se termine sur une fissure délicate à escalader: l’astuce consiste à passer sous un caillou pour shunter le départ sans prises. Un P8 permet de redescendre après la trémie, on aboutit dans une zone carrefour complexe :

- à droite, une première fissure descend vers l’aval, c’est là qu’arrive le passage sous la trémie;

- plus loin, en bas et à droite, une petite rivière s’enfonce dans une labyrinthe de fissures pénétrables ; - à niveau à gauche, il y a également un affluent en fissure ;

- en face, la suite évidente est une galerie à niveau défendue par un ressaut humide et une escalade ébouleuse infaisable.

Une remontée en escalade au début de la fissure de l’affluent a permis de déboucher en balcon au-dessus de la zone et de profiter d’une vire pour shunter l’escalade ébouleuse, un équipement est en place, la vire est restée équipée par manque de temps. Une descente dans le « T » du croisement de fissures permet un accès facile à l’escalade ébouleuse en évitant le ressaut humide. Si l’on continue en face, on rejoint un carrefour avec un puits, la suite a été explorée en bas du puits à gauche, mais une continuation en face sans descendre le puits reste à explorer, il est possible que le fort courant d’air habituellement présent soit perdu à cet endroit. Nous suivons l’aval de la rivière vers le nord, ce qui est assez étonnant car la rivière précédente se dirige vers le sud. En fait, la galerie décrit une large boucle et se remet sur l’axe de fracture principal de la cavité, on perd l’actif juste avant dans une fissure. Une vire à rat constituée de banquettes terreuses est équipée pour rejoindre l’axe principal de la cavité. La progression est alors rectiligne, d’abord confortable avec puits, puis se resserre en un méandre étroit. Il faut alors chercher le meilleur passage en passant en opposition aux endroits les plus pratiques. Au bout de la ligne droite, on rejoint un affluent dans une zone fracturée, puis le gabarit se resserre et fait craindre le pire. La suite est à trouver en restant à niveau et en passant une étroiture verticale oblique, puis en traversant un puits par un pied-main pour accéder finalement au P12 du fond qui rejoint une salle au niveau de base en contact avec des schistes argileux. Cette salle est encombrée de blocs qui viennent de trémies sur la droite. L’actif se perd sur la gauche, de même qu’un second actif cascadant du plafond un peu plus loin. D’éventuels départs ont été recherché rapidement sans succès. Il subsiste un départ au fond de la salle parcouru sur une cinquantaine de mètres avec arrêt sur petit puits, mais sans courant d’air. [Éric Sanson]

En bas du P8, au niveau de la zone carrefour, l’affluent de la fissure a été topographié sur 60 m : on passe sous une cheminée de 25 m puis la fissure se resserre. L’aval - très ventilé - a été vu sur 300 m en passant par la première fissure. Il suit des fractures peu larges où l’on avance souvent en opposition. On y rencontre quelques ressauts ainsi qu’une étroiture. C’est une branche à poursuivre, elle devrait rejoindre Zhangjiaowanliangfengdong (cf : voyages en terre chinoise tome 3, chapitre 8, page 214). [Jean Bottazzi]

AUT. VAR (2019) Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Olivier TESTA, Alain MAURICE, Marc GUICHOT, Florence GUILLOT, Cécile PACAUT, Marc FAVERJON, Marc TREMBLAY, Amandine LABORDE, Nicolas FAURE, Emmanuel VITTE, Jessica MORIN-BUOTE, Éric DAVID, Éric LECUYER, Éric MADELAINE, Gilles CONNES. Topographes Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Nicolas FAURE, Olivier TESTA, Barnabé FOURGOUS, Pascal ORCHAMPT, Emmanuel VITTE, Éric DAVID, Marc TREMBLAY, Florence GUILLOT, Fabien MULLET, Marc FAVERJON, Charles BUTIN, Cécile PACAUT, Alain MAURICE, Gilles CONNES, Jes- sica MORIN-BUOTE, Michel ISNARD, Jean-Pierre BARBARY, Patrick LETOURNEL, Marc SÉCLIER, Marc GUICHOT, Vivien MOINAT, Éric MADELAINE, Silvia ARRICA, Silvère PASTUREAU, LIZIXIN, Éric LECUYER, Thierry MONGÈS, Amandine LABORDE, Daniel BETZ, Olivier JÄRMANN, Christian DELAIRE. Coordination, rédaction, synthèse topographique et composition : Jean BOTTAZZI
Spelunca Mémoires n° 39 (2019) Voyages en terre chinoise tome 5. Expéditions spéléologiques franco-chinoises 2011-2019 dans les grottes de Suiyang Shuanghedong
Analyse : gkc-JPB

6721 caractères - lu : 6 Fois


Bibliographie 1



AUT. VAR (2019)
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Olivier TESTA, Alain MAURICE, Marc GUICHOT, Florence GUILLOT, Cécile PACAUT, Marc FAVERJON, Marc TREMBLAY, Amandine LABORDE, Nicolas FAURE, Emmanuel VITTE, Jessica MORIN-BUOTE, Éric DAVID, Éric LECUYER, Éric MADELAINE, Gilles CONNES.
Topographes
Jean BOTTAZZI, Éric SANSON, Bruno HUGON, Nicolas FAURE, Olivier TESTA, Barnabé FOURGOUS, Pascal ORCHAMPT, Emmanuel VITTE, Éric DAVID, Marc TREMBLAY, Florence GUILLOT, Fabien MULLET, Marc FAVERJON, Charles BUTIN, Cécile PACAUT, Alain MAURICE, Gilles CONNES, Jes- sica MORIN-BUOTE, Michel ISNARD, Jean-Pierre BARBARY, Patrick LETOURNEL, Marc SÉCLIER, Marc GUICHOT, Vivien MOINAT, Éric MADELAINE, Silvia ARRICA, Silvère PASTUREAU, LIZIXIN, Éric LECUYER, Thierry MONGÈS, Amandine LABORDE, Daniel BETZ, Olivier JÄRMANN, Christian DELAIRE.
Coordination, rédaction, synthèse topographique et composition :
Jean BOTTAZZI
Spelunca Mémoires n° 39 (2019) Voyages en terre chinoise tome 5. Expéditions spéléologiques franco-chinoises 2011-2019 dans les grottes de Suiyang Shuanghedong

Source : gkc-JPB


Images 0



Topographie 0




Expédition 4


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche