dong Luoshui Dong - 落水洞

Détail

Luoshui Dong est une entrée de :
Luoshui Dong - 落水洞
Nom de la grotte : Luoshui Dong - 落水洞
Autres noms : La Perte
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Anshun 安顺, Xiuwen 修文
Latitude Nord - Longitude Est :
27.04083 - 106.46556
Altitude (m) : 1000
Développement (m) : 351
Profondeur (m) : 81
Profondeur - / + (m) : 0 / 0
Volume (m3) : 12671
Géologie : Trias

1Entrée : Luoshui Dong 落水洞,

Carte


Description [1]




Analyse :

caractères - lu : Fois


2. Luoshuidong - La Perte

(fig. 89) - Code : Xiu981 - Village : Dashi

Dév. : 351 m - Dén. : - 81 m - Vol. : ± 12 671 m3

Lat. : 27°02’27” N - Long. : 106°27’56” E - Alt. : 1 000 m

Placée à l’extrémité d’une vallée aveugle, cette superbe perte engouffre les eaux provenant du système de Xiangshuidong localisé 1,5 km au nord-ouest. La cavité se situe 2 km au NNE du village de Dashi tout près du hameau de Taozhigou. Luoshuidong s’ouvre également dans les calcaires du Trias. Le porche d’entrée, large de 15 m et haut de 10 m, a été aménagé par un mur de pierres de plus de 7 m de haut pour retenir la précieuse terre nourricière. L’eau est canalisée pour l’irrigation des rizières. Ce porche donne directement dans un puits de 59 m dans lequel cascade la rivière. Quelques petits conduits doublent la paroi, en rive droite et permettent de rejoindre le plafond, créant ainsi de multiples petits balcons où prennent place quelques spectateurs du cru. Ils donneront eux-mêmes le titre du show : Shalingpo, ce qui signifie la “pente aux paillettes d’or”.

Par cette belle journée d’été, il faut plus de 5 h pour toucher le fond du puits car l’équipement est technique. Nous passons une vire aérienne en rive gauche puis atteignons un tronçon fossile. Arrivé au milieu du puits sur un pont rocheux, un rayon de soleil éclaire le fond du puits. Ce spectacle rare nous encourage à redoubler d’efforts pour finir d’équiper hors crue : au total 130 m de corde, 8 spits, 2 pitons, 1 coinceur et 5 sangles ont été utilisés pour équiper le puits du Rayon Blanc. En bas, nous prenons pied dans une grande vasque peu profonde au bord d’une galerie large de 20 m dont l’amont est constitué par une grande coulée stalagmitique très inclinée. 30 m en aval, dans un lac peu profond, une stalagmite très massive, de 8 m de diamètre, barre presque totalement la galerie. Ensuite, la rivière emprunte vers le sud-est une galerie de 4 m de large, très concrétionnée et aspergée par des cascades tombant du plafond. L’odeur âcre du guano de chauves-souris nous prévient, nous entrons en territoire chiroptère ; le conduit s’abaisse et les bianfu slaloment entre les flammes de nos lampes. Dans les vasques, nous observons une multitude de poissons. Au bout de 200 m, le réseau s’enfonce d’un cran et se transforme en canyon, avec des marmites à tous les étages. Nous butons sur une série de quatre cascades de 4, 9, 7 et 5 m. Cette dernière constitue notre terminus par manque de corde. Au retour, le relevé topographique est perturbé par les conditions aquatiques : le compas Morin est embué et le décamètre chinois n’a pas résisté aux multiples explorations.

Si d’aventure vous explorez Luoshuidong, n’oubliez pas le rendez vous, c’est vers 14 h 40, entre le 6 et le 8 septembre, vous assisterez à un spectacle inoubliable : la naissance et la mort du rayon blanc. [J.P. Barbary]

Bibliographie [2]


BARBARY, Jean-Pierre ; DARNE, Fabien (1999) : Compte-rendu de l'expédition spéléologique en Chine Yungui 98.-
Spéléo-Dossiers, n° 29 : 98-99.
Prospection dans le Lijiang, explorations dans les comtés de Liuzhi, de Xiuwen et de Xifeng. 15 km. de topographie. (IO).
Source : BBS

"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :


Images [0]


Topographie [0]



Expédition [1]

Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche