dong Liangfengdong - 凉风洞

Détail


Nom de la grotte : Liangfengdong - 凉风洞
Autres noms : Grotte Du Vent Froid
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Liupanshui Shi 六盘水市, Panxian 盘县
Latitude Nord - Longitude Est :
25.749444 - 104.621158
Altitude (m) : 1585
Développement (m) : 2 508
Profondeur (m) :
Profondeur - / + (m) : 0 /
Volume (m3) : 127662
Géologie : Permien inférieur (Maokou) P1m

3Entrée : Liangfengdong 凉风洞, Xingsuodong 星烁, Bianfudong 蝙蝠洞,

Carte



Description 1



2. Liangfeng-Xingsuo-Bianfudong - Le réseau du vent froid, de l’étoile et des chauves-souris

(fig. 23) - Code : Pa006 - Village : Banqiao

Lat. : 25°44,92’ N - Long. : 104°37,61’E - Alt. : 1 585 m

Dév. : 2 508 m

Ce réseau fossile long de 2,5 km, à trois entrées, est d’abord intéressant par sa situation. En effet, il est placé au sud-ouest de la grotte-perte de Biyun, en position perchée, et juste au-dessus de la résurgence (fig. 8, zone II.A, point 6). En outre, comme pour le système de Biyun, il est axé sur la même grande fracture SW-NE et se développe dans les calcaires permiens. On pourrait donc avoir à faire à un niveau perché de l’ancienne rivière située actuellement plus de 100 m au-dessus du collecteur. Le réseau avait été topographié sur 1 887 m par l’expédition espagnole de 1997 ; nous avons terminé la topographie en 2000 en effectuant la jonction complète des trois cavités.

Le grotte de Bianfu (ou des chauves-souris), topographiée sur 621 m, est située sur le territoire du village de Banqiao, au-dessus du canyon, sous le sommet coté 1 774 m. Le porche d’entrée mesure 6 m de large. Il conduit, au bout de 15 m, dans une large galerie concrétionnée donnant au bout de 80 m dans une salle de 70 m de long sur 25 m de large occupée par des blocs et de gros piliers stalagmitiques. A 250 m de l’entrée, sur la gauche, on pénètre dans un conduit d’un grand intérêt karstologique appelé la galerie sismique. Elle se développe au nord, puis au sud, sur 140 m et présente, dans un parcours chaotique, toute la panoplie des effets sismo-tectoniques en milieu souterrain : parois et concrétions cisaillées, chaos de blocs et de concrétions, stalagmites et colonnes brisées, anciennes sutures, etc. Des phénomènes identiques, liés à d’anciens séismes, ont été observés dans la grotte parallèle de Liangfengdong, au niveau de la galerie Diana. Ces observations ne sont pas étonnantes dans la mesure où le réseau est situé sur un accident tectonique majeur qui a du rejouer à diverses reprises au cours du Quaternaire, dans une région de contact entre le plateau du Yunnan et le Guizhou.

La grotte de Liangfengdong se développe légèrement au sud-est, parallèlement au réseau de Bianfu, sur 1,8 km et plus de 20 m en contrebas. Le petit porche d’entrée, coté - 23 m, est donc placé au-dessous de celle de Bianfu à une distance de 40 m au sud. Il donne accès à une belle galerie concrétionnée. Au bout de 150 m, on parvient au niveau du point de jonction avec la grotte de Bianfu par un puits-faille remontant, concrétionné, haut de plus de 20 m. La galerie continue vers le nord-nord-est sur près de 700 m, le long de l’accident majeur, pour aboutir à un puits-faille de 27 m donnant accès à un étage supérieur qui permet de ressortir 300 m plus loin par une entrée minuscule recoupée par l’érosion du versant. Si l’on revient au sommet du puits de 27 m, une belle galerie horizontale et concrétionnée se développe au sud-ouest sur 150 m. C’est la galerie Diana, qui possède, comme la galerie sismique, des indices sismo-tectoniques affectant les massifs stalagmitiques et les colonnes. Le conduit se termine sur un mur concrétionné. [R. Maire]

"BARBARY, Jean-Pierre; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; MATRICON, Sylvain; VANARA, Nathalie; ZHANG, Shouyue"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 1
Analyse :
A l'est du Guizhou (Chine), en bordure du Yunnan, le district de Panxian présente de forts dénivelés, le karst occupe 59 % de la surface et les couvertures basaltiques offrent des surfaces de drainage importantes. Un mois d'exploration lors de l'année 2000 a permi de topographier 32 km dans 66 cavités réparties sur quatre zones. La plus impressionante inclut le système perte-résurgence de la Gesohe capable de drainer 1700 m3/s avec de spectaculaires systèmes perte-résurgence sur son cours aval. La perte de Biyundong, 2 km, avait été explorée en 1638 par Xu Xiake. Le petit massif de Dabashan présente des karstifications dans les conglomérats. (BJ).

3279 caractères - lu : 56 Fois


Bibliographie 2



"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :

"BARBARY, Jean-Pierre; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; MATRICON, Sylvain; VANARA, Nathalie; ZHANG, Shouyue"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 1
A l'est du Guizhou (Chine), en bordure du Yunnan, le district de Panxian présente de forts dénivelés, le karst occupe 59 % de la surface et les couvertures basaltiques offrent des surfaces de drainage importantes. Un mois d'exploration lors de l'année 2000 a permi de topographier 32 km dans 66 cavités réparties sur quatre zones. La plus impressionante inclut le système perte-résurgence de la Gesohe capable de drainer 1700 m3/s avec de spectaculaires systèmes perte-résurgence sur son cours aval. La perte de Biyundong, 2 km, avait été explorée en 1638 par Xu Xiake. Le petit massif de Dabashan présente des karstifications dans les conglomérats. (BJ).
Source :


Images 0



Topographie 1



topographie
Source : Gkc

Expédition 3


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche