dong Luojiaodong - 罗教洞

Détail


Luojiadong est une entrée de :
Shuanghedongqun - 双河洞
Nom de la grotte : Luojiaodong - 罗教洞
Autres noms : Grotte des Adeptes de Luo
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Zunyi 遵義, Suiyang 绥阳
Latitude Nord - Longitude Est :
28.238045 - 107.269672
Altitude (m) : 880
Géologie : Ordovicien inférieur O1t (Tongzi) + O1h (Honghuayuan)

0Entrée :

Carte



Description 2



"BOTTAZZI, Jean; CLÉMENT, Nicolas; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; LI, Po; POUILLY, Marc"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 4
Analyse :
Le district de Suiyang est au nord du Guizhou (Chine). Il recelle la plus longue grotte de Chine, creusée dans les calcaires et dolomies de l'ordovicien et du cambrien. Ce chapitre décrit l'état des explorations à l'issue des expéditions de 2001 et 2003 qui sont venues poursuivre les explorations débutées en 1988 par une équipe sino-niponne. La topographie de ce réseau géant (54,3 km en incluant les découvertes de l'année 2003) est donnée dans un additif en fin d'ouvrage. Ce chapitre contient également l'étude d'un têtard oreolalax observé sous terre. (BJ).

caractères - lu : Fois


2. Luojiadong - Grotte de Luojiao

Code : K3 - Village : Wenquan

Lat. : 28°14’23,7”N - Long. : 107°16’15,9” - Alt : 870 m

Cette cavité est une véritable grotte-mine. Pour l’atteindre, on rentre par Shigaodong Est que l’on traverse pour sortir par le porche occidental. Il faut ensuite parcourir un sentier peu marqué qui permet de traverser la cascade qui s’écrase 100 m plus bas. On atteint quelques dizaines de mètres plus loin le porche d’entrée qui mesure 15 m de large sur 6 m de haut. La galerie s’enfonce au nord sur 200 m puis se développe à l’ouest sur environ 300 m jusqu’à un carrefour :

- en face, une galerie, qui comporte de nombreuses traces d’exploitation, a été suivie sur 300 m. Elle continue mais nous n’avons pas eu le temps de poursuivre ;

- à droite, la galerie principale fait un coude et se poursuit vers le nord sur 130 m. Là, on croise un actif qui disparaît aussitôt à l’aval. A l’amont, on l’évite par une vire sur la gauche. On le laisse quelques mètres plus loin pour poursuivre dans la galerie fossile. La galerie est rapidement envahie par le concrétionnement et il faut chercher le passage entre les diverses formations stalagmitiques pendant deux hectomètres. Puis on arrive rapidement à une zone qui devient verticale. Les petits ressauts sont franchis par la gauche. On descend un puits de 17 m pour prendre pied dans un étage intermédiaire que l’on parcourt sur presque 300 m. La galerie se poursuit en face. Nous ne l’avons pas atteinte. Nous préférons descendre dans le puits de la Mystification qui permet de rejoindre 50 m plus bas le niveau de la rivière. A l’aval, nous nous sommes arrêtés, faute de canot, au bout de 300 m. La jonction avec la Shuanghe ne se fera pas sans se mouiller. A l’amont, la configuration étant similaire, nous nous sommes arrêtés sur un lac au bout de 150 m de progression aquatique.



Analyse :

caractères - lu : Fois


Luojiaodong (34)

L’accès à Luojiaodong se fait en traversant Shigaodong ou en arrivant par le bas par la grotte touristique de Shuangheshuidong dans le tiankeng de Tuanduiwoshuidong. Un accès touristique est en cours d’aménagement.

Lors d’une séance photo dans Luojiaodong, qui bénéficie dans les dires des autochtones de la réputation de plus belle grotte de Shuanghe, nous avons pu compléter la topographie et découvrir deux petits prolongements. Le premier débute sur la droite à quelques dizaines de mètres de l’entrée, à l’endroit où l’on voit encore le jour, juste avant de passer sous une superbe arche naturelle. Il s’agit d’une diaclase au sol calcifié, puis d’une courte galerie ressortant dans le tiankeng de Tuanduiwo. Il comporte un diverticule: un laminoir devenant trop étroit. Le second est dans la branche de gauche, après avoir passé la grande diaclase concrétionnée et dans son prolongement. Lorsque cette branche marque un coude à droite pour échapper à la diaclase, on peut monter en opposition, tout droit, pour atteindre une petite salle. Les prolongements de cette salle sont brefs, mais présentent de belles concrétions excentriques.

D’autre part, la branche fossile principale de Luojiaodong était interrompue par un P17. L’équipement d’une vire a permis de le traverser et de découvrir une courte galerie fossile. Deux escalades de part et d’autre de cette galerie n’ont rien donné d’intéressant : tout est colmaté par la calcite. En bas de ce même P17, les remplissages de la galerie sont surcreusés par un actif temporaire. Il provient d’un étroit boyau terreux, descendant et sans doute temporairement siphonnant. Celui-ci s’achève sur un ressaut de 2m. On a alors un aval impénétrable et un amont qui pourrait être désobstrué en quelques heures. Il présente un courant d’air ronflant. La galerie principale sur l’aval rejoint le collecteur de Longtanzi par un P36. Une fracture partant à côté d’un grand soutirage présente une autre jonction avec ce même collecteur et un puits de plus de 50 m. [Jean Bottazzi]

Bibliographie 3



Aut. Var.(1992) : Guizhou China '91 Expedition Report (1988-1991).
95 pp., en japonnais, sommaire anglais, 16 cartes et figures., 25 topos plan et coupe, 59 phot n&b, 5 photo couleurs.

Source : gkc_ JPB

"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :

"BOTTAZZI, Jean; LI, Po; FAURE, Nicolas; SANSON, Eric; BOUGNOL, Aymeric; HE, Wei; ZHU, Wenxiao"
Spelunca Mémoires, n° 30 : Voyages en terre chinoise tome 2 : Chapitre 1
Le réseau de Shuanghe se trouve sur le district de Suiyang (Guizhou, Chine). Il se développe dans les dolomies d'un plateau de 78 km2 et de 700 à 1700m d'altitude. 100 entrées y sont inventoriées dont 64 topographiées. La complexe réseau de Shuanghe, 85 km, possède 27 entrées et trois rivières principales. Les paramètres lithologiques, structurels et hydrologiques, et spécialement le niveau de gypse inclu dans la stratification, déterminent le développement de ces grottes dont la formation peut être décomposée en quatre phases. Nous présentons ici la description du massif, l’inventaire des cavités, une approche des facteurs génétiques et les résultats des expéditions 2004 et 2005. (Author, BJ).
Source :


Images 0



Topographie 0




Expédition 3


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche