dong Shigaodong (est) - 石膏洞

Détail

Shigaodong (est) est une entrée de :
Shuanghedongqun - 双河洞
Nom de la grotte : Shigaodong (est) - 石膏洞
Autres noms : Grotte Du Gypse
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Zunyi 遵義, Suiyang 绥阳
Latitude Nord - Longitude Est :
28.238054 - 107.277263
Altitude (m) : 850
Géologie : Ordovicien inférieur O1t (Tongzi) + O1h (Honghuayuan)

0Entrée :

Carte


Description [1]




Analyse :

caractères - lu : Fois


4. Shigaodong - Grotte du Gypse

Code : K2 - Village : Wenquan

Lat. : 28°14’17,5” - Long. : 107°16’38,5” - Alt : 840 m

Cette cavité a constitué une grotte-mine pour l’exploitation du gypse, d’où son nom. Pour atteindre l’entrée orientale de Shigaodong, il faut passer devant la résurgence de Shuangheshuidong, puis remonter un sentier sur 100 m de dénivelé pendant 15 mn. Le porche d’entrée mesure 10 m de large sur 4 m de haut. Au bout de 300 m, une fortification a été construite sur un rétrécissement de la galerie (6 x 1,5 m). Un orifice de 80 cm permet d’atteindre une galerie horizontale qui aboutit, au bout de 180 m, dans un vaste carrefour.

A gauche, on rejoint la salle du Rideau (50 x 25 x 20 m) qui donne accès au méandre Agressif découvert par des ouvriers chinois. Dans la salle du Rideau, une tranchée a été creusée par ces derniers jusqu’à une autre salle. L’accès au méandre Agressif se situe sur la paroi de gauche, au niveau d’un ressaut étroit avec courant d’air, suivi d’un puits de 12 m. Ce méandre, de 2 m de large, dont les parois sont tapissées de concrétions en choux-fleurs et piles d’assiettes, est entrecoupé de trois ressauts. Au bout de 230 m, il débouche dans la salle des Pas par un puits de 8 m. C’est là que nous avons trouvé des empreintes de pas anciennes apparemment laissées par une personne seule. La salle des Pas débouche sur un puits-faille qui recoupe une galerie de 5 m de large sur 15 m de haut parcouru par un ruisselet de 3 l/s. A l’aval, la galerie est trépanée par un puits de 20 m au fond duquel l’eau se perd dans un laminoir inter-strate infranchissable. De l’autre coté du puits, on devine la suite de la galerie qui n’a pas été explorée. A l’amont de cette galerie, au bout de 100 m, le ruisselet sort d’un siphon qui est court-circuité par la chatière du Velcro Noir. Le réseau se termine à la base d’un puits que nous n’avons pas remonté.

A droite on se dirige vers le carrefour du Bloc par un tunnel de 20 m de large, encombré de blocs concassés. C’est la galerie de l’Exploitation qui se développe sur 300 m. A mi-parcours, on passe devant la galerie des Gours qui est colmatée à ses extrémités par des sédiments et un fort concrétionnement.

Au carrefour du Bloc, deux itinéraires permettent de sortir dans Tuanduiwoshuidong :

- à droite, débute Subway Branch, galerie de 900 m de long sur 10-15 m de large, qui rejoint directement le porche ouest. Le plafond, de morphologie phréatique, mesure 3 à 5 m de haut. Le plancher est creusé de tranchées artificielles. A 30 m de la sortie, la galerie recoupe la Grande Fracture qui débouche, après un toboggan et un puits de 15 m, sur la Grande Carrière et une autre entrée appelée Tonggu-Pixiaodong ;

- Tout droit, on se dirige vers les puits des Japonais, le réseau Enfin de la Première et la grotte de Tonggu-Pixiaodong. Le puits des Japonais, large de 6 x 15 m est suivi par un puits de 15 m. A sa base, on accède au réseau de la Grande Carrière, tandis que le dernier puits des Japonais, profond de 57 m, donne accès au niveau inférieur représenté ici par le réseau intitulé Enfin de la Première. Il s’agit d’une galerie en méandre de 3 m de large recoupant une rivière de 2 l/s provenant d’un puits remontant et se terminant sur le cloaque des Générations Futures, zone boueuse étroite marquée par un léger courant d’air.

Depuis l’entrée de Tonggu-Pixiaodong, porche de 10 m de large sur 4 m de haut, un petit orifice situé à droite donne accès à une galerie descendante qui a été aménagée en escalier pour faciliter le passage des ouvriers. On débouche dans une salle inclinée dans laquelle on aperçoit, à droite, l’arrivée de la Grande Fracture. Au fond de la salle débute le réseau dit de la Grande Carrière qui a été totalement défiguré par l’exploitation de gypse et de nitrate de 1928 à 1960. La galerie mesure 10 m de large et 2 à 3 m de hauteur et rejoint une salle de 30 à 40 m de diamètre transformée également en carrière. La Grande Carrière se termine au niveau du Rideau d’Eau entre le second et le troisième puits des Japonais. [N. Clément]

Bibliographie [3]


Aut. Var.(1992) : Guizhou China '91 Expedition Report (1988-1991).
95 pp., en japonnais, sommaire anglais, 16 cartes et figures., 25 topos plan et coupe, 59 phot n&b, 5 photo couleurs.

Source : gkc_ JPB

"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :

"BOTTAZZI, Jean; LI, Po; FAURE, Nicolas; SANSON, Eric; BOUGNOL, Aymeric; HE, Wei; ZHU, Wenxiao"
Spelunca Mémoires, n° 30 : Voyages en terre chinoise tome 2 : Chapitre 1
Le réseau de Shuanghe se trouve sur le district de Suiyang (Guizhou, Chine). Il se développe dans les dolomies d'un plateau de 78 km2 et de 700 à 1700m d'altitude. 100 entrées y sont inventoriées dont 64 topographiées. La complexe réseau de Shuanghe, 85 km, possède 27 entrées et trois rivières principales. Les paramètres lithologiques, structurels et hydrologiques, et spécialement le niveau de gypse inclu dans la stratification, déterminent le développement de ces grottes dont la formation peut être décomposée en quatre phases. Nous présentons ici la description du massif, l’inventaire des cavités, une approche des facteurs génétiques et les résultats des expéditions 2004 et 2005. (Author, BJ).
Source :


Images [0]


Topographie [0]



Expédition [3]

Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche