dong Kedudong - 蝌蚪洞

Détail


Nom de la grotte : Kedudong - 蝌蚪洞
Autres noms : Grotte des tétards, Ha Ma Zui Dong, Grotte de la Bouche de la Grenouille
Province, Préfecture, District :
Hubei 湖北省, Enshi 恩施土家族苗族自治州, Enshi 恩施市
Latitude Nord - Longitude Est :
30.54033 - 109.2635
Altitude (m) : 1600
Développement (m) : 2 986
Profondeur (m) : 150
Profondeur - / + (m) : 65 / 85
Volume (m3) :
Géologie :

1Entrée : Kedudong 蝌蚪洞,

Carte



Description 3



Situation

La cavité s’ouvre à une dizaine de mètres en contrebas d’une piste carrossable pour un 4 x 4.

Exploration

* La première reconnaissance date d’août 2004 et permet de topographier une salle certes de grandes dimensions mais sans suite à part deux petites galeries vite topographiées. Le rapport 2004 indique « Soit-disant une cavité importante... la grotte de Kedu Dong s'est avérée de peu d'intérêt ». * Le 5 août 2006, nos guides locaux chinois insistent pour nous faire retourner dans la cavité. De fait, ils mettent en place une échelle permettant d’atteindre une lucarne au plafond. 550 m de galeries sont topographiés dans la foulée.

* Dimanche 6 août 2006, Florence Rinaldi, Jean- Marie Briffon et Rémy Vulliez ajoutent 358 m.

* Lundi 7 août 2006, Marc Beltrami, Florence Rinaldi et Rémy Vulliez ajoutent 780 m de topographie.

* Mardi 8 août 2006, Marc Beltrami, Gérald Legrand et Rémy Vulliez ajoutent encore 400 m.

* Enfin samedi 12 août 2006, une dernière visite permet de guider quelques officiels dans la cavité. Les détails de ces explorations sont publiés dans le rapport AKL n°7-2006 (p. 54 et 55).

* Jeudi 6 août 2009, Jean-Marie Briffon, Claire Falgayrac, Rémy Vulliez, Maud et Marc Faverjon, Florence Rinaldi et Bernard Lips repassent à la ferme pour emprunter l’échelle pour le ressaut de la salle d’entrée. L’équipe a pour but de revoir quelques points d’interrogation et démarre par le puits de la Vire. Marc plante un spit d’assurance et effectue la traversée. Malheureusement la galerie pressentie redonne directement sur un nouveau puits rejoignant la rivière en contrebas (50 m de topographie).

Le deuxième objectif se situe au terminus amont de la rivière. Une escalade, effectuée par Marc, donne accès à une suite. Il n’y a pas de trace et c’est probablement de la vraie première. Jean-Marie et Bernard lèvent 360 m de topographie. TPST : 8 h.

Description

La cavité a été décrite dans le rapport AKL n°7- 2006 (p. 54 et 55).

Nous ne décrivons ci-dessous que le résultat des explorations de 2009.

* Le puits de la Vire : le puits, qui coupe une grande galerie, fait une quinzaine de mètres de profondeur. Il donne dans le niveau inférieur parcouru par la rivière. En 2006, une équipe s’est arrêtée au bout d’une vire confortable. La galerie paraît continuer, spacieuse, de l’autre côté du puits. Un court passage délicat (corde indispensable) puis une pente remontante donnent effectivement accès à une vaste salle qui surplombe le niveau inférieur sans aucune autre suite.

* L’amont de la rivière : Une escalade dans une cheminée assez étroite donne accès à une galerie. Deux petites escalades délicates, au-dessus de vasques, sont passables sans matériel. Le méandre qui fait suite présente un aspect déchiqueté puis se transforme en conduite forcée plus confortable. Une galerie sur la droite rejoint un petit actif qui a été topographié vers l’amont jusqu’à une zone étroite (pas de courant d’air).

La galerie principale bute finalement sur un siphon. Peu avant, sur la gauche, une courte désobstruction d’un talus d’argile a permis de remonter le courant d’air dans une petite galerie. Mais, 30 m plus loin, celui-ci provient d’un petit boyau impénétrable. Des traces indiquent que des animaux y passent. L’observation est étonnante compte tenu de la position de cette galerie au cœur du massif.

Un autre départ sur la droite donne accès à de petites conduites forcées qui finissent par devenir impénétrables.

[Bernard Lips]

AUT. VAR (2009) Synthèse par Bernard Lips avec la collaboration de Marc Faverjon, Vincent Routhieau et Patrick Schalk et les corrections de Josiane Lips
8 ème expedition spéléologique en Chine. AKL. Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage N°8 – 2009 : 116pp, 122 photo couleurs, 6 cartes, 11 aquarelles et dessins, 34 topos.
Analyse :
Résultat des explorations 2009 dans le Sichuan et le Hubei. 16 440 m de topographie, 23 nouvelles cavités répertoriées

3605 caractères - lu : 3 Fois


Situation

La cavité s’ouvre à une dizaine de mètres en contrebas d’une piste carrossable pour un 4 x 4.

Exploration

* En août 2004 à la suite du repas officiel d'accueil des autorités de la ville de Banqiao nous sommes invités à visiter une grotte située en montagne non loin de la ville. Nous faisons le relevé topo de ce qui nous apparaît être une salle certes de grandes dimensions mais sans suites à part deux petites galeries vite topographiées. Le rapport 2004 indique « Soit-disant une cavité importante... La grotte de Kedu Dong s'est avérée de peu d'intérêt ».

* Samedi 5 août 2006, Bernard m’annonce : « Les Chinois insistent pour qu'on aille jeter un coup d’œil à un trou pas loin dans la montagne mais je crois que c'est du déjà vu et ça ne donne rien, tu te souviens tu y étais il y a deux ans ». Je réponds : « Bon, d'accord pour revisiter la Grotte du Têtard ».

Sur place nos amis de Banqiao se saisissent d'une solide échelle de ferme et se dirigent vers le trou. Plein de certitudes je déclare : « Ils vont nous emmener dans la petite galerie qu'on a déjà vue et l'échelle nous évitera de refaire l'escalade ».

Au lieu d'aller vers la petite galerie, nos porteurs d'échelle foncent vers le fond de la grotte et posent l'échelle contre la paroi pour atteindre une margelle. Comment a-t-elle pu nous échapper en 2004 (saké?). Ce jour nous (Yvette Schalk, Christian Locatelli, Robert Le Pennec, Jean-Marie Briffon, Florence Rinaldi et moi) topographions 550 m de galeries.

* Dimanche 6 août, Florence Rinaldi, Jean-Marie Briffon et moi ajoutons 358 m.

* Lundi 7 août, Marc Beltrami, Florence Rinaldi et moi ajoutons 780 m de topographie.

* Mardi 8 août, Marc Beltrami, Gérald Legrand et moi ajoutons encore 400 m.

* Enfin samedi 12 août, une dernière visite permet de guider quelques officiels dans la cavité.

Description

Le trou s'ouvre à flanc de talus sous la forme d'une large baume qui est certainement à l'origine du nom de la cavité: Bouche de la Grenouille (ou du crapaud ou du têtard). Une pente douce d'éboulis donne dans une grande salle au sol parfaitement plat de glaise sèche. La montée des eaux saisonnière doit transformer cette salle en un grand lac.

Le passage clé vers la suite de la grotte se trouve au fond de la salle d'entrée à 3 ou 4 m du sol. Une échelle est indispensable. Une galerie donne accès à la première grande salle.

Un départ à droite donne accès à un méandre et un puits permet de rejoindre la petite galerie reconnue en 2004 (elle débouche dans la paroi droite de la salle d'entrée). La jonction se fait en franchissant une zone labyrinthique en trois dimensions.

Un escalier construit par les Chinois pour l'exploitation du salpêtre descend vers un réseau de sentiers. Dans toute la cavité on a trouvé des traces de visites et de travail au plus loin de nos explorations.

La descente du côté gauche de la salle conduit à deux regards vers le niveau actif de la grotte. Une vingtaine de mètres plus bas un ruisseau serpente entre des dunes de glaise.

Les galeries du fond donnent accès à deux salles assez importantes et qui présentent des suites en hauteur dont l'exploration ne pourra se faire qu'au prix d'escalades difficiles.

Le niveau médian pourrait sans doute être exploré plus loin sous réserve de protéger un passage en vire au dessus du regard. En fait le plancher, relativement mince, sur lequel est tracé le sentier s'est ouvert sur le niveau inférieur et il a complètement disparu au niveau de la vire. La galerie principale continue manifestement en face. Il faut noter la présence d'un magnifique pont rocheux qui permettrait d'accéder à la suite mais il faut faire une escalade d'une dizaine de mètres pour y prendre pied.

Un départ à main droite en bas du premier escalier donne accès à un niveau supérieur.

Pour y parvenir il faut faire une escalade facile d'une vingtaine de mètres, contourner un puits (à visiter), prendre de l'altitude en suivant la galerie qui est spacieuse puis franchir une chatière balayée par un fort courant d'air glacé. On débouche alors dans des volumes très importants où le salpêtre à été exploité comme en témoignent les constructions dédiées à son extraction (fours et bassins).

Vers le haut, cette branche se termine sur de grandes galeries obstruées par des éboulis.

Une de ces galeries se termine au pied d'un puits remontant (peut-être à escalader).

Il faut noter que nous avons été suivis partout y compris dans les escalades par un groupe de Chinois en habits de ville et lampes de poche. Ce qui a eu pour conséquence l'exaspération de quelques topoteurs qui n'arrivaient plus à se faire entendre au milieu des bavardages et des commentaires ni à faire des visées correctes.

[Rémy Vulliez]

Ouvrage collectif, Synthèse Bernard Lips avec la collaboration de Xavier Robert et les corrections de Josiane Lips
Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage 7ème EXPEDITION SPELEOLOGIQUE EN CHINE, Aventures Karstiques Lointaines 2006-n°7. 111 pages
Analyse :

4837 caractères - lu : 3 Fois


Situation

X=109°15,81 Y=30°32,42Z=1600m

L’accès à cette cavité s’est fait en jeep sur un très mauvais chemin carrossable qui monte en rive droite de la rivière coulant à Banqiao, peu avant l’arrivée de la route de Xing Long. La cavité, non visible du chemin, s’ouvre en contrebas à gauche, environ un kilomètre avant une

ferme desservie par le chemin.

Exploration

Après un accueil par le gouverneur de Banqiao et un déjeuner servi en notre honneur le 7 août 2004, les responsables de la ville décident de nous montrer quelques entrées de cavité. Rémy Vulliez, Josiane et Bernard Lips prennent place dans une jeep pour aller visiter Kedu Dong, soit-disant une cavité très importante.

Description

Deux vastes entrées, masquées par les buissons et les taillis, donnent accès à une grande salle d’une bonne centaine de mètres de long pour 50 m de large. Près des entrées, le sol est encombré par des blocs rocheux mais un peu plus loin, on marche sur un sol d’argile parfaitement plat. Cette partie de la salle doit probablement être noyée une partie de l’année lors des fortes pluies. Lors de la visite, l’argile restait humide mais était assez ferme pour permettre de progresser partout.

La salle présente trois diverticules :

* Vers le sud un petit affluent provient d’une galerie assez étroite qu’il est possible de remonter sur une vingtaine de mètres. Les dimensions deviennent très petites.

* Vers l’ouest, la salle se termine sur un talus d’argile de 3 m de haut. Au-dessus du talus, trois bacs à salpêtre témoignent d’une exploitation passée (un autre bac à salpêtre est visible au nord-est de la salle). Un petit affluent provient d’une galerie basse et boueuse. Il n’y a pas de courant d’air et nous avons arrêté l’exploration en un point où il fallait se mettre à plat ventre dans la boue. La galerie se poursuit au moins sur une dizaine de mètres.

* Enfin vers le nord, une escalade de 3 m (passable en courte échelle ; prévoir une corde d’une dizaine de mètres pour le reste de l’équipe) donne accès à une belle et spacieuse galerie qui aboutit à un carrefour. Vers le sud-ouest, une galerie descendante amène au point bas de la cavité à -23 m. Un ultime petit effondrement est colmaté par ses pierres et de l’argile. Vers le nord-est, deux ressauts remontants se passent en escalade mais la galerie finit par être colmatée à –12 m par rapport à l’entrée.

LIPS, Bernard; LIPS, Josiane; SCHALK, Yvette; SCHALK, Patrick
Spéléologie au Pays de l’Homme Sauvage ; 6 : 88 p. (5 cartes, 9 dessins, 4 tab., 3 fig., 70 photos, 23 topographies)
Analyse :
6e expédition franco-chinoise de l’AKL en juillet-août 2004 dans le Sichuan et le Hubei (Chine). Liste des participants, compte rendu journalier. Catalogue des 82 cavités (59,2 km topographiés) explorées en 1995, 1997, 2001 et 2004 dans la région de Xing Long, 9 cavités (6,4 km topographiés) dans le district de Tong Jiang, et 4 cavités (5,2 km topographiés) dans le district de Beichuan. Description des cavités vues en 2004 (21 500 m topographiés); grotte des Trois Yeux (Dév.: 10 484 m, dén.: +17 / -167 m), grotte du Dragon (Dév.:10328 m, dén.: +31 / -391 m). Note sur l’exploitation du salpêtre. Biospéologie (193 prélèvements, identification au niveau du groupe). Budget. (FB).

2473 caractères - lu : 6 Fois


Bibliographie 3



AUT. VAR (2009) Synthèse par Bernard Lips
avec la collaboration de Marc Faverjon, Vincent Routhieau et Patrick Schalk et les corrections de Josiane Lips
8 ème expedition spéléologique en Chine. AKL. Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage N°8 – 2009 : 116pp, 122 photo couleurs, 6 cartes, 11 aquarelles et dessins, 34 topos.
Résultat des explorations 2009 dans le Sichuan et le Hubei. 16 440 m de topographie, 23 nouvelles cavités répertoriées
Source :

Ouvrage collectif, Synthèse Bernard Lips avec la collaboration de Xavier Robert et les corrections de Josiane Lips
Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage 7ème EXPEDITION SPELEOLOGIQUE EN CHINE, Aventures Karstiques Lointaines 2006-n°7. 111 pages

Source :

LIPS, Bernard; LIPS, Josiane; SCHALK, Yvette; SCHALK, Patrick
Spéléologie au Pays de l’Homme Sauvage ; 6 : 88 p. (5 cartes, 9 dessins, 4 tab., 3 fig., 70 photos, 23 topographies)
6e expédition franco-chinoise de l’AKL en juillet-août 2004 dans le Sichuan et le Hubei (Chine). Liste des participants, compte rendu journalier. Catalogue des 82 cavités (59,2 km topographiés) explorées en 1995, 1997, 2001 et 2004 dans la région de Xing Long, 9 cavités (6,4 km topographiés) dans le district de Tong Jiang, et 4 cavités (5,2 km topographiés) dans le district de Beichuan. Description des cavités vues en 2004 (21 500 m topographiés); grotte des Trois Yeux (Dév.: 10 484 m, dén.: +17 / -167 m), grotte du Dragon (Dév.:10328 m, dén.: +31 / -391 m). Note sur l’exploitation du salpêtre. Biospéologie (193 prélèvements, identification au niveau du groupe). Budget. (FB).
Source :


Images 0



Topographie 3



topographie
Source : Akl
topographie
Source : Akl
topographie
Source : Akl

Expédition 3


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche