dong Laoxiantiankeng -

Détail


Nom de la grotte : Laoxiantiankeng -
Autres noms : Gouffre du vieil ours
Province, Préfecture, District :
Chongqing 重庆, Wanxian , Fengjie 奉节县
Latitude Nord - Longitude Est :
30.6075 - 109.3245
Altitude (m) : 0
Développement (m) : 2 368
Profondeur (m) : 185
Profondeur - / + (m) : 185 /
Volume (m3) :
Géologie :

1Entrée : Laoxiantiankeng ,

Carte



Description 1



GOUFFRE DU VIEIL OURS

(Dév. : 2 368 m, dén. : -185 m)

Situation

L = 109° 19,47 1= 30° 36,45

X = 39,322 Y = 88,728

L'accès à ce gouffre se fait à partir de la piste qui mène de Han Re Ba à Banquiao. Il faut prendre une piste secondaire au nord de la piste principale et poursuivre jusqu'à une ferme, terminus de la piste. Le gouffre, très impressionnant, s'ouvre une centaine de mètres plus loin. Un petit sentier contourne l'énorme doline (20 x 40 m) entourée de bambous.

Un report des coordonnées GPS sur la carte nous a montré que nous étions, en fait, sur le flanc sud de la colline dans laquelle s'ouvre Mei Zi Cao. Mais il nous est toujours très difficile de nous orienter dans la région, tous les pitons du karst se ressemblant. Tof a fait cette description de l'accès: " Prendre le bus à Xin Long. De là, la Gisquette vous emmènera à une ferme avec du mais et du tabac. Pour plus de précision, demander à un Chinois."

Description

Ce gouffre présente l'entrée la plus impressionnante de la région de Xin Long. Il s'agit d'un gigantesque puits de 120 m de profondeur. Nous avons équipé cette verticale à partir d'un gros arbre surplombant, sous les yeux d'une centaine de spectateurs chinois, massés sur les bords, sur les vires et accrochés aux branches dangereusement inclinées vers le vide...

A la base du puits (5 m x 8 m) démarrent deux grandes galeries.

La galerie Sud est empruntée par la rivière asséchée lors de l'exploration. Cette rivière qui doit être active pendant les pluies de la mousson, a entamé les épais dépôts de limons et glaise qui remplissent la galerie, sur une forte épaisseur. Les coupes laissent apparaître des troncs et des branches d'arbres. Nous avons également trouvé, parmi les cailloux et blocs du lit de cette rivière, des ossements humains ainsi que de cochon. Les fermiers nous ont dit qu'il y a quelques années, une vieille personne y était tombée.

Quelques mètres après un gros tronc d'arbre, une galerie s'ouvre à droite. Passé quelques gros bloc, elle devient spacieuse (5 m de large pour 4 m de haut). Le sol est recouvert d'abord de cailloutis puis de glaise durcie. Après un amas de blocs provenant d'un effondrement du plafond, le sol est recouvert de calcite. Un gour au pied d'une coulée stalagmitique provenant d'un puits remontant, marque le terminus de cette galerie.

La galerie principale, de dimensions sympathiques (9 m de large pour 3,5 m de haut), descend jusqu'à un carrefour (point X), puis, après une petite galerie glaiseuse arrivant de la droite, bute sur un puits de 10 m dont la base est occupée par un lac. De part et d'autre de cette excavation, à notre hauteur, partent deux galeries non explorées que l'on pourrait atteindre moyennant une main courante sur parois verticales glaiseuses.

Revenons à la petite galerie glaiseuse croisée précédemment. Après quelques mètres, la progression se fait sous des ponts rocheux, puis dans un méandre taillé dans les épais dépôts argileux, jusqu'au pied d'un barrage de calcite. Ce ressaut d'à peine 2 m est malaisé à franchir car le concrétionnement est lisse et recouvert de glaise liquide. Sur quelques mètres, des petits gours parsèment le sol puis un grand bassin occupe toute la largeur du passage sur 4 m de long. Ce bassin, qui peut se traverser à la nage, a arrêté notre exploration mais la galerie continue (pas de courant d'air évident ce jour là).

Au point X, la galerie de gauche est un vaste méandre. Un premier puits argileux de 7 m, au fond occupé par un lac, est contourné facilement par une vire à gauche. Après le virage suivant, nous avons délaissé un autre puits du même type. Cent mètres plus loin, un troisième puits-lac, plus grand et très " gras ", marque la fin de cet embranchement. Nous avons pu noter à cet endroit la présence d'un morceau de tronc d'arbre coincé en hauteur, dans un recoin. Les puits n'ont pas été descendus.

Revenons à la base du puits d'entrée. Vers le nord, après un ressaut d'argile et de graviers, démarre une large galerie (15 m de large pour 7 m de haut). Un gros morceau de tronc d'arbre (1 m de diamètre pour 5 m de long) est échoué dans la galerie, vestige, probablement, d'une crue monstrueuse et ancienne, car il n'y en a pas traces récentes. Au niveau de cette curieuse relique, sur la gauche, un petit départ n'a pas été exploré. La vaste galerie principale s'élargit encore (22 m de large pour 12 m de haut). Juste avant un rétrécissement, une petite galerie (la galerie de la Petite Sœur, 1 m de large pour 3 m de haut), n'a pas été explorée. Elle est occupée par un lac où vivent quelques gros têtards blancs et leurs congénères classiques noirs.

Environ 60 m plus loin (point A), un méandre affluent de 1,5 m de large pour 6 m de haut, s'ouvre à gauche et se rétrécit rapidement. Il se subdivise en trois petits affluents. se terminant tous sur puits remontants, d'où provient un petit peu d'eau. Au fond d'une de ces branches, nous avons noté un dépôt de guano de chauves-souris.

Après le point A, la galerie principale, toujours de bonne taille (10 m de large pour 6 m de haut). continue à descendre doucement, se rétrécit (5 m de large pour 4 m de haut), puis s'élargit à un important carrefour de galeries:

* le ruisseau. à sec, se poursuit à droite, puis, après un petit affluent glaiseux à droite (petite arrivée d'eau provenant d'un puits remontant), la galerie se transforme en un canyon glaiseux. L'argile liquide aspire les bottes. Ce canyon débouche sur une galerie creusée à la faveur d'une diaclase. A droite, le lit du ruisseau se termine sur un siphon. A gauche, un amont bute sur un énorme entonnoir de glaise, dont le fond est occupé par un lac. Un courant d'air sensible semble provenir d'une galerie en face, que nous n'avons pas essayé d'atteindre.

* A gauche, vers le nord-est, en haut de dunes d'argile, un passage bas et venté donne accès au reste du réseau. Avec un fort courant d'air dans le nez, nous franchissons le passage bas et arrivons dans une salle en forte pente, occupée par un chaos de gros blocs. En haut et sur la gauche, un départ d'une grosse galerie n'a pas été exploré. A droite, la galerie descend parmi la caillasse. A droite, dans un virage à gauche, un diverticule à forte pente remontante s'arrête sur puits remontant. La galerie principale continue vers le nord-est, toujours dans de belles dimensions (7 m de large pour 4 m de haut). Le sol est recouvert de glaise sèche. Ca et là, des surcreusements au sol indiquent des arrivées d'eau temporaires. Un diverticule à droite se termine rapidement sur . un petit lac (pas de courant d'air) . Après un passage argileux, 150 m plus loin, le plafond remonte à 25 m. Suit un impressionnant chaos remontant (la " trémie des Tables ") au sol de pierres plates et aux concrétions en forme de choux-fleurs cassants. Deux passages sont possibles : en escaladant la trémie à droite, ou en passant, sur la gauche, par un "shunt" en contrebas. La galerie s'abaisse peu à peu à 4 m et le sol devient argileux. Un ruisselet, avec deux jolies petites vasques, y circule. A gauche, une conduite forcée de petit diamètre descend sur quelques mètres pour déboucher dans la rivière "Nostalgie de la Gadoue". Un courant d'air se fait sentir. Il faut se mouiller pour voir la suite méandriforme qui semble intéressante mais n'a pas été explorée. La galerie principale se poursuit sur 150 m et arrive dans une grande salle (60 m x 30 m), dont le plafond est une magnifique coupole, "le dôme des Goûters". Une petite galerie étroite démarre de cette salle. L'exploration est arrêtée, faute de temps, devant une étroiture glaiseuse et légèrement soufflante...

Exploration

Dès le début du séjour, les habitants nous parlent de ce gouffre. Ce n'est que le 8 août, en sortant du gouffre de la Colline Jaune, que Bernard et Josiane repèrent l'entrée. Le lendemain, 9 août, Tof et Jean-Marc équipent le puits d'entrée (3 h dans le puits), puis explorent et topographient 700 m de galeries. Le 10 août, Tof, Nini, Jean-Marc et Martine se séparent en deux équipes, pour explorer et topographier 1700 m de galeries de plus. Quelques départs de galeries restent encore à explorer, mais seront moins faciles d'accès. Toutefois, c'est la première fois que ce type de cavité donne un regard sur un actif dans la région.

Ouvrage collectif, Synthèse Patrick Degouve Bernard et Josiane Lips avec la collaboration de Fabrice Abréal (dessins), Roger Benvenutti, Maurice Chiron, Patrick Deriaz, Robert Le Pennec, Christian Locatelli, Patrick Schalk, Jean-Marc Verdet, professeur Wan Xinnan et M. Yang Guihe
Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage 4ème EXPEDITION SPELEOLOGIQUE EN CHINE, Aventures Karstiques Lointaines 1999-n°4. 120 pages
Analyse :

8467 caractères - lu : 18 Fois


Bibliographie 1



Ouvrage collectif, Synthèse Patrick Degouve Bernard et Josiane Lips avec la collaboration de Fabrice Abréal (dessins), Roger Benvenutti, Maurice Chiron, Patrick Deriaz, Robert Le Pennec, Christian Locatelli, Patrick Schalk, Jean-Marc Verdet, professeur Wan Xinnan et M. Yang Guihe
Spéléologie au pays de l'Homme Sauvage 4ème EXPEDITION SPELEOLOGIQUE EN CHINE, Aventures Karstiques Lointaines 1999-n°4. 120 pages

Source :


Images 0



Topographie 1



topographie
Source : Akl

Expédition 1


Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche