dong Xianrendong - 仙人洞

4. Xianrendong - Grotte de la fée
(fig. 71) - Code : Pa0055 - Village : Xinmin
Lat. : 25°31’28,4” N - Long. : 104°51’55,5” E - Alt. : 1 510 m
Dév. : 2 156 m - Dén. : - 91 m - Vol. : ± 115 900 m3
Cette cavité active remarquable s’ouvre à 9 km au nord-nord-est du village de Xinmin (fig. 8, zone IV.C, point 58). Ce réseau, orienté globalement NE-SW sur faille, débute par une petite doline dont le fond effondré est ceinturé par un mur de soutènement. On prend pied dans une galerie présentant un amont et un aval. La partie amont, axée sur une faille N060°, se prolonge au nord-est sur 200 m ; elle se termine par une obstruction stalagmitique.
Vers l’aval, la même galerie sur faille se prolonge sur 700 m avant de donner accès, sur la gauche, à un boyau étroit appelé le passage des Chinois qui mène à la rivière souterraine. Dans ce petit méandre ouvert en paroi gauche dans un grand coude de la galerie, on progresse à plat ventre sur 50 m. On débouche dans une salle. A l’est, par un ressaut de 4 m, on prend rapidement pied dans la rivière souterraine. A l’aval, la progression se fait d’abord au-dessus de l’eau en rive gauche. Au bout de 250 m, nous arrêtons la topographie sur une grosse concrétion sise au milieu de la galerie. La rivière s’écoule rapidement dans un bassin non franchi. A l’amont de cette rivière, on remonte dans l’eau en évitant les marmites les plus profondes. Au bout de 100 m, la rivière sort d’un siphon (25 l/s),
Depuis le carrefour marquant le début du passage des Chinois, la galerie principale est poursuivi au sud-ouest sur 200 m. Un puits de 20 m permet d’accéder à nouveau à la rivière qui est suivie à l’aval sur 30 m, avec arrêt sur bassin profond. A l’amont la rivière sort d’un siphon. Dans la galerie fossile supérieure, le réseau continue au sud-ouest et on parvient au niveau d’un aven laissant passer la lumière du jour. En face, la galerie replonge jusqu’à la rivière court-circuitant ainsi le premier siphon. A droite on retrouve l’amont coulant dans une fracture étroite. L’eau sort d’un siphon. Une escalade de 7 m devrait permettre de continuer les explorations. A gauche, l’aval se divise en deux fractures spectaculaires. A l’étiage, l’eau utilise la fracture de droite avant de rejoindre celle de gauche par un siphon. Juste avant le siphon, une galerie étroite et masquée repart à l’opposé. C’est un amont bien ventilé. Du carrefour si l’on prend la fracture de gauche, on récupère l’eau du siphon qui coule au fond d’une magnifique fracture polie par l’eau. Nous n’avons pas poursuivi jusqu’au siphon qui ne devrait pas être très loin. [S. Matricon, L. Mangel, R. Maire]

"BARBARY, Jean-Pierre; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; MATRICON, Sylvain; VANARA, Nathalie; ZHANG, Shouyue"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 1
Analyse :
A l'est du Guizhou (Chine), en bordure du Yunnan, le district de Panxian présente de forts dénivelés, le karst occupe 59 % de la surface et les couvertures basaltiques offrent des surfaces de drainage importantes. Un mois d'exploration lors de l'année 2000 a permi de topographier 32 km dans 66 cavités réparties sur quatre zones. La plus impressionante inclut le système perte-résurgence de la Gesohe capable de drainer 1700 m3/s avec de spectaculaires systèmes perte-résurgence sur son cours aval. La perte de Biyundong, 2 km, avait été explorée en 1638 par Xu Xiake. Le petit massif de Dabashan présente des karstifications dans les conglomérats. (BJ).

2758 caractères - lu : 8 Fois




Recherche