dong Ganbandong - 干班洞

干班洞 Gānbāndòng
C’est une superbe grotte fossile concrétionnée.
Accès : Elle se trouve à 25 km au sud-est de Fengshan. On peut prendre le même itinéraire que pour se rendre à Diaodongtiankeng en continuant sur la route et en prenant la direction de Donglan à la bifurcation suivante qui est toute proche. Environ 2 km après la bifurcation, la route traverse un hameau en marquant un virage très prononcé, comme un belvédère pour admirer le paysage.
Yangjiaodong, un petit puits non descendu nommé dont les autochtones disent qu’il rejoint une grande cavité, se trouve sous ce virage, pas très loin à l’ouest.
Après ce hameau, on trouve une piste bétonnée qui descend au village de Yangjiao. On monte à pieds à l’ouest du village, puis on prend un sentier qui suit une sorte de vallée perchée au sud. Après un col, il faut descendre sur la gauche pour découvrir le porche d’entrée de Ganbandong.
Description : Le porche d’entrée mesure plus de 50 m en largeur, mais il reste très discret dans le paysage. En effet, sa hauteur n’est que d’une dizaine de mètres et des colonnes stalagmitiques marquent un rétreint dès qu’on entre un peu. D’autre part, la doline dans laquelle il s’ouvre présente un pierrier fortement recouvert d’un maquis luxuriant.
La galerie descend en pente douce. Les premiers gours, les premières stalagmites sont tout de suite là pour donner le ton. Nous sommes dans une très vieille conduite forcée horizontal, relique d’une rivière souterraine que la calcite comble petit à petit.
La largeur de la galerie est de 30 m. Les inévitables menus écoulements qui arrivent épisodiquement à ruisseler dans l’entrée se perdent dans un soutirage. Après 150m de progression, on a l’impression d’une bifurcation. Mais la galerie qui s’écarte d’une cinquantaine de mètres vers la droite n’est peut-être qu’une circonvolution du conduit principal vaguement isolé par le formes d’érosion du plafond que le remplissage a fini par atteindre localement.
La direction s’oriente à l’ouest. Les perles des cavernes et les gours sont de plus en plus nombreux. Les colonnes massives réduisent la largeur de la galerie à une quinzaine de mètres, puis on arrive au pied d’une salle très concrétionnée que l’on traverse de gours en coulées. On passe un col, la galerie continue derrière. Les pisolithes sont extrêmement abondantes.
Plus loin, il faut passer à droite pour trouver la suite. La galerie, qui 300 m en arrière, avant la salle, avait légèrement obliqué vers le nord, marque un coude à 90° et continue sud-ouest, conformément à la fracturation générale du massif. Elle conserve cette direction sur 250 m. Cette portion se caractérise par un conduit moins large, 20 m tout de même, un cheminement plus complexe avec des ressauts, dont un R6 non descendu car trop glissant qui pourrait offrir une suite, et un concrétionnement très abondant à gauche contrastant avec un mur à droite généralement constitué de calcaire massif. Il faut encore suivre la paroi de droite en passant entre les colonnes pour ne pas rater la sortie de cette fracture et déboucher dans la dernière ligne droite.
La galerie reprend sa largeur originelle brusquement au sortir d’un rideau de concrétions. La direction est à nouveau plein ouest. On descend sur des vieilles coulées dégradées, puis la galerie s’agrandit pour dépasser 50m en largeur et 30m en hauteur. Les concrétions sont moins nombreuses et plus petites. Le sol de sédiments présente des grosses zones de soutirage qui ne sont pas des points d’absorption. On avance vers la lumière du jour. Elle baigne un grand carrefour présentant quelques stalagmites. Elle provient de la sortie ouest de la grotte, en haut d’une pente raide, dans le fond d’une petite doline aux parois verticales. Le temps a manqué pour confirmer s’il y a ou non une continuation au-delà du maquis qui l’encombre.
Au carrefour, on a une grande galerie remontant au nord-ouest. C’est une coulée stalagmitique qui finit par rejoindre le plafond et tout boucher.

Coordination, rédaction, synthèse topographique et composition : Jean Bottazzi
Auteurs et topographes principaux :Jean Bottazzi, Bruce Bensley, Marc Faverjon
Auteurs, topographes et explorateurs :
Alan Fletcher, Alister Renton, Andy Eavis, Anne Cholin, Anthony Harrison, Arthur Clarke, Ben Lyon, Bill Hawkins, Bruce Bensley, Bruno Hugon, Charlotte Roberts, Cyan Connes, Daniele Battistini, Dave Appleing, Dave Gill, Dave Williams, Emma Porter, Emmanuel Tessane, Eric David, Eric Sanson, Ernie Shield, Fabien Hobléa, Francesca Onnis, Francesco Valerino, Francois-Xavier De Ruydts, Gavin Newman, Ged Campion, Geoff Crossley, Giampaolo Marianelli, Gianluca Giummarra, Gianluca Melis, Gilles Connes, Iolanda Galletti, Jerry Wooldridge, John Frankland, Katie Dent, Kucsera Marton, Lilou Connes, Marc Faverjon, Marc Tremblay, Marco Lunardi, Marco Taverniti, Marco Zambelli, Mark Noel, Michele Pazzini, Mike Clayton, Mike Meredith, Mimmo Scipioni, Nicolas Borchers, Nicolas Faure, Niu Chang-Ying, Olivier Järmann, Pam Fogg, Paola Pierinami, Paul Hatherley, Riccardo Orsini, Rob Garrett, Rob Parker, Robert Eavis, Rosario Ruggieri, Ruth Shield, Silvia Arricia, Simon Fowler, Stefano Del Testa, Steve Jones, Tim Fogg, Tim Josephy, Tony Harrison, Tristan Godet, Vivien Moinat, 刘永明, 刘育新, 卢一榕, 卫文峰, 吴荺, 孙等伟, 张鹏, 杜子, 梁正宁, 汪勇, 王建军, 王慧畅, 经纬, 罗宏杰, 蒋华军, 蔡益昌, 薛莲, 郭鑫, 陈立新, 韩风, 黄鹤
Voyages en terre chinoise, tome 4. Spelunca Mémoires N°37 (2018). Inventaire spéléologique du district de Fengshan.
Editeur : Leye-Fengshan UNESCO Global Geopark, Chen Ziqiang, Zhang Yuanhai

Analyse : gkc-JPB

4148 caractères - Lu 188 Fois




Recherche