dong Hujiadadong - 胡家大洞

Détail

Hujiadadong est une entrée de :
Hujiadadong - 胡家大洞
Nom de la grotte : Hujiadadong - 胡家大洞
Autres noms : Grande Grotte De La Famille Hu
Province, Préfecture, District :
Guizhou 贵州省, Liupanshui 六盘水, Panxian 盘县
Latitude Nord - Longitude Est :
-
Altitude (m) : 1785
Développement (m) : 258
Profondeur (m) : 55
Profondeur - / + (m) : 55 / 0
Volume (m3) : 17678
Géologie : Trias moyen

1Entrée : Hujiadadong 胡家大洞,

Carte


Description [1]




Analyse :

caractères - lu : Fois


2. Hujiadadong - Grande grotte de la famille Hu

(fig. 40) - Code : Pa0030 - Village : Liuguan

Alt. : 1 785 m

Dév. : 258 m - Dén. : - 55 m - Vol. : ± 17 700 m3

Située au sommet d’un chaînon de pitons, cette cavité sèche se développe dans des strates inclinées de dolomies et brèches du Trias moyen de la formation Guanling (T2g). L’orifice est bien camouflé dans une petite dépression. L’entrée présente des murets de terre et bien entendu les traces de sempiternels fours. Après le porche (12 x 8 m), la galerie descend en pente douce ; un conduit sur la gauche mène à une petite salle basse qui est hélas devenue un cimetière de concrétions.

A 100 m de l’entrée, on franchit un ressaut de 8 m ; à sa base, la galerie se dirige toujours vers le nord-ouest au gré d’un joint de strate, notamment sur des coulées jusqu’à un gros bouchon glaiseux dénommé l’Obstruction chinoise qui colmate toute la base de la galerie à la cote - 54 m. Deux paysans chinois discutent autour d’une barre à mine enfoncée d’un mètre dans le mur d’argile, ils essaient de nous faire comprendre quelque chose, mais en vain. En ressortant nous croisons quelques hommes vaillants armés de binettes. Après discussion nous avons une explication : tout le monde savait, sauf nous, que ce bouchon d’argile était artificiel. Les deux hommes et la barre à mine ne suffisent pas pour rouvrir le passage et les renforts arrivent. Ce bouchon d’argile bien stabilisé, plus difficile à détruire qu’à construire, ruine notre «timing» pourtant bien construit, nous privant ainsi de la suite de la cavité. En tout cas il s’agit d’un exemple de protection des cavernes, à la façon chinoise, les autorités du village ayant bouché le fond de la grotte pour la protéger des pilleurs de concrétions. De l’autre côté de la crête, l’exploration du puits de Dongshangdong, non inventorié, est interrompue par un violent orage ; ce puits de 30 m au moins pourrait rejoindre Hujiadadong, probablement après le bouchon artificiel [J.-P. Barbary].

Bibliographie [2]


"MAIRE, Richard; BARBARY, Jean-Pierre; ZHANG, Shouyue; VANARA, Nathalie; BOTTAZZI, Jean"
Karstologia Mémoires, n° 9 : 562 p.
"Cet ouvrage synthétise les travaux des six expéditions organisées par le P.S.C.J.A. dans les provinces chinoises du Yunan, Guizhou et Liaoning entre 1997 et 2001. Il est organisé en trois livres traitant de : 1) les résultats des explorations, contenant inventaires, descriptions, cartes et topographies des 144 cavités explorées ; 2) l'environnement karstique, études approfondies sur des thèmes scientifiques ciblés ; 3) la spéléologie en Chine, sous l'angle historique et avec le récit des dernières expéditions. Les karsts sont ainsi numérisés depuis l'échelle géographique à microscopique selon des critères d'analyses aussi diversifiés que la géomorphologie, les indicateurs du milieu, le fonctionnement hydrochimique, l'écologie, le développement local et l'histoire de la spéléologie. (BJ)."
Source :

"BARBARY, Jean-Pierre; FAURE, Nicolas; MAIRE, Richard; MANGEL, Laurent; MATRICON, Sylvain; VANARA, Nathalie; ZHANG, Shouyue"
Karstologia Mémoires, n° 9 : Voyages en terre chinoise : Chapitre 1
A l'est du Guizhou (Chine), en bordure du Yunnan, le district de Panxian présente de forts dénivelés, le karst occupe 59 % de la surface et les couvertures basaltiques offrent des surfaces de drainage importantes. Un mois d'exploration lors de l'année 2000 a permi de topographier 32 km dans 66 cavités réparties sur quatre zones. La plus impressionante inclut le système perte-résurgence de la Gesohe capable de drainer 1700 m3/s avec de spectaculaires systèmes perte-résurgence sur son cours aval. La perte de Biyundong, 2 km, avait été explorée en 1638 par Xu Xiake. Le petit massif de Dabashan présente des karstifications dans les conglomérats. (BJ).
Source :


Images [0]


Topographie [0]



Expédition [1]

Cette grotte a été explorée au minimum par cette (ces) expédition (s) :




Recherche