dong Huangjiadadong - 黄家大洞



Analyse :

2338 caractères - lu : 358 Fois
2. Huangjiadadong - Grande grotte de la famille Huang
(fig. 30) - Code : Pa0049 - Village : Shuitang
Lat. : 25°37’25,1” N - Long. : 104°34’30,5” E
Dév. : 210 m - Dén. : - 106 m - Vol. : ± 70 800 m3
Cette grotte-salle de 15 000 m2 de superficie est remarquable par sa morphologie car il s’agit d’un vide large et aplati, développé dans un joint de strates incliné à 40° dans la direction nord-est du pendage. Située 3,5 km au sud-ouest de la perte de Shanlanlonggong (fig. 8, zone II.C, point 52), la cavité s’ouvre au milieu de la garrigue. Une descente raide, entre le flanc nord d’un piton et un énorme bloc décollé visible de loin, permet d’atteindre un porche de 7 m de large. Celui-ci est occupé par les restes d’un mur de fortification qui fermait totalement l’entrée, offrant ainsi un refuge pour les villageois lors des périodes troubles de l’histoire récente.
La galerie d’entrée, longue de 20 m, aboutit dans une très vaste salle d’effondrement inclinée dans la direction du pendage. Elle mesure 150 m de long, 100 m de large et seulement 10 m de haut. La descente raide, rendue complexe par les blocs tombés du plafond, mène au point bas de la cavité à la cote - 106 m. Le concrétionnement est rare ; on observe quelques gours et une grosse stalagmite servant de perchoir à un rapace comme en témoignent les pelotes de déjection. Des blocs veinés de gros cristaux de calcite ont reçu la visite de mineurs occasionnels.
Comme souvent dans ce type d’exploration systématique, c’est la grotte de «Cinq Heure Moins le Quart», celle qu’il faut explorer et topographier vite fait bien fait. Dans le cas présent, c’est la troisième de la journée pour notre vaillante équipe. Ainsi, à cause de l’heure tardive, il n’est pas possible de fouiller les bords de la salle ni d’en définir les contours exacts, mais la topographie est réalisée jusqu’au fond, à - 106 m, en passant par le centre de la salle. Même si aucun courant d’air n’est perçu, elle mériterait une nouvelle visite. Compte tenu du plafond sensiblement plat, non équilibré au niveau des contraintes, et de l’immense portée, cette salle constitue bien un exemple mécanique remarquable de vide souterrain creusé ici dans les calcaires permiens. [S. Matricon et P. Segu]


Recherche